L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

jeudi 8 décembre 2016

La libération d'Alep et l'Occident face à ses bassesses

Le Portrait de Dorian Gray


Le 7 décembre, F. Mogherini a fait une déclaration qui laisse sans voix: l'UE serait le SEUL fournisseur d'aide humanitaire en Syrie. Voici à quel degrè d'hystérie tombe la communauté internationale lorsque la libération d'Alep semble irréversible.


Comme le reprend l'agence d'information Regnum:
"Nous sommes les seuls, non pas un parmi d'autres, mais bien les seuls à fournir une aide humanitaire en Syrie"
Rappelons que en septembre, après le bombardement du convoi humanitaire de l'ONU sur la route Castello à l'entrée d'Alep, l'ONU a déclaré que c'était trop dangereux pour continuer et le grand plan d'aide est tombé à l'eau. 

Pendant ce temps là, la Russie apporte plusieurs tonnes d'aide alimentaire, en médicaments, en eau et autres besoins vitaux chaque jour, comme vous pouvez le voir en détail ici.

En octobre, la Commission européenne met en place un grand plan pour sauver la population civile ... à Alep-Est. Très ciblé, le plan ... pour 25 millions d'euros. Je cite la déclaration adoptée le 2 octobre:
Elle vise premièrement à faciliter la fourniture urgente d'une aide humanitaire de base destinée aux civils d'Alep-Est qui couvre les besoins médicaux et les besoins en eau et en nourriture. (...) En second lieu, elle vise dans le même temps à garantir, depuis Alep-Est, l'évacuation sanitaire des blessés et des malades ayant un besoin urgent d'assistance médicale, la priorité étant accordée aux femmes, aux enfants et aux personnes âgées.
Rassurez-vous, Alep-Ouest n'est pas oubliée, car il est proposé d'y entreposer les réserves d'aide humanitaire ... pour ensuite tout transporter à l'Est. Les civils à l'ouest peuvent donc ... souffrir, avoir faim, soif, être sous les bombes des "terroristes modérés". Il faut saver l'est de la ville, là où sont les groupes "d'opposition" soutenus par l'Occident. Daesh et Al Nusra.

Même si maintenant, avec la libération progressive de la ville, l'on sait que les civils à l'est n'avaient pas accès à l'aide humanitaire qui était réservée aux terroristes et stockée, que les hommes devaient se battre s'ils voulaient un bout de pain, que les terroristes faisaient un chantage à l'eau pour obtenir de l'essence et les sac d'aides humanitaires étaient utilisés pour se protéger, rien ne change dans le discours de la communauté internationale.

La libération en cours d'Alep devrait les rendre heureux, mais non. L'on observe une hystérie collective, qui tend à protéger, désormais ouvertement, les terroristes.

L'on ne compte plus les ministres des affaires étrangères et les dirigeants qui demandent l'interruption immédiate des combats. A l'ONU, il est clairement affirmé que l'agresseur n'est pas Daech, mais le régime qui a le toupet de défendre son territoire:
L'émissaire des Nations unies Staffan de Mistura a laissé entendre qu'Alep-Est pourrait tomber aux mains du gouvernement d'ici la fin de l'année. Lors d'une conférence à Rome, il a dit espérer qu'un «genre de formule» soit trouvé pour éviter «une terrible bataille qui se terminerait à Noël ou au Nouvel An».
"Tomber aux mains", la ville tombe, elle n'est pas libérée. L'on appréciera la nuance. Du côté de l'UE, F. Mogherini est décidément très en verve:
« Nous ne pouvons pas faire passer le message qu’Alep est perdu, que nous tournons la page, que nous avançons. Non, nous devons encore sauver la population d’Alep, protéger les civils, appeler à un arrêt des frappes aériennes » 
Alep libérée, c'est Alep perdue. Pour qui? La Haute représentante de l'UE ne le précise pas, mais chacun a compris. Toutefois, elle se rassure et rassure en même temps le représentant de l'ONU:
"I'm convinced the fall of Aleppo will not end the war," Mogherini said during a panel discussion at a conference in Rome war with U.N. Syria envoy Staffan de Mistura.
La libération d'Alep et la joie des habitants enfin sortis du joug des terroristes sont des images insupportables pour l'Occident. La libération d'Alep confronte cet Occident boursoufflé à sa propre bassesse, insoutenable. Imaginez Dorian Gray révèlant son portrait au monde entier?   
 

8 commentaires:

  1. Il est extrêmement choquant que l'Europe soutienne ouvertement les terroristes d'Aleppo Est.

    Quand la Russie a ouvert des couloirs humanitaires pour évacuer les civils et que les "rebelles" ont pilonné les routes et check point, pas une voix ne s'est élevé pour condamner ces attaques. La Russie avait cessé ses bombardements sur Aleppo durant 28 jours. Maintenant que les terroristes perdent et demandent un cessez le feu pour soi disant faire la même chose, ces mêmes hypocrites supportent ouvertement leur demande alors qu'aucune voix n'a condamné l'attaque de l'hôpital russe mobile faisant deux victimes parmi les infirmières. On croit rêver mais c'est cauchemardesque. C'est abjecte, il n'y a pas d'autres mots. Mais bientôt ces gentils djihadistes retourneront "aux pays" de ceux qui à leur yeux les ont trahi, ne leur donnant pas le support demandé ( lire plus d'armes) à grand renfort de propagande médiatique des plus obscène.

    En complément à cet article, voici une liste non exhaustive des aides concrètes de la Russie à la Syrie:

    - Equipes de déminage pour permettre aux populations déplacées de revenir le plus rapidement possible chez eux, ce qui a déjà commencé.
    - Cantines mobiles militaires acheminées par centaines dans les zones où tout a été détruit afin de pouvoir fournir de la nourriture chaude aux populations en détresse
    - Hôpitaux mobiles
    - Distribution de colis alimentaires ainsi que de couvertures quotidiennement.
    - Aide à la réparation des moyens de communications et de distribution d'eau et d'électricité (acheminement de générateurs neufs).

    L'Occident en est à ses dernières gesticulations, ils ont perdus et nous prouvent une fois de plus qu'ils sont de mauvais perdants. Ils menacent la Russie et l'Iran de nouvelles sanctions, c'est dire à quel niveau de désespoir ils en sont arrivés mais ils ne l'emporteront pas au paradis, le bien triomphera du mal et la pipeline du Qatar ne sera pas. Parcequ'en finalité c'est tout là l'enjeu de cette guerre depuis 2011 quand Assad a refusé ce plan pour privilégier la Russie et l'Iran, des alliés fidèles.

    La dernière interview de Assad ce jour: http://sana.sy/en/?p=95555

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le pipeline quatari et empéché le passage de la route de la soie.

      Supprimer
  2. "I'm convinced the fall of Aleppo will not end the war,"
    "Je suis convaincue que la chute d'Aleppo ne sera pas la fin de la guerre.

    Soupir. Une haute représentante de la diplomatie digne de ce nom aurait dit:

    "La reprise d'Aleppo par le gouvernement syrien est un premier pas vers la fin de la guerre en Syrie".

    RépondreSupprimer
  3. Mogherini parle trop, se rend-elle compte de ce qu'elle dit, c'est tellement énorme?
    J'ai lu qu'il se pourrait bien que dans le dernier carré de terroristes, qui combattent encore à Alep, on trouve des instructeurs américains, anglais ,français, qui encadrent tout ce joli monde et, que c'est surtout pour eux que les occidentaux voulaient à tout prix une trêve, afin de les sortir de ce guêpier. Donc à suivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement l'opinion occidentale ignore cela.

      Supprimer
  4. Bonsoir. Rassurez-vous: trois députés EELV sont disposés à aller protéger la population d'Alep-est, avec ça ils sont sur d'être sauvés! Cordialement. Bernard

    RépondreSupprimer
  5. Etonnant changement de ton de la presse dominante francaise
    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/12/08/31002-20161208ARTFIG00295-caroline-galacteros-la-bataille-d-alep-ou-la-deroute-de-la-diplomatie-occidentale-en-syrie.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La position de Caroline Galactéros n'est pas nouvelle et ce n'est pas forcément celle du Figaro.
      http://galacteros.over-blog.com/

      Supprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.