L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 5 septembre 2014

Les pays de l'OTAN livreront-ils des armes à l'Ukraine? Divergence dans les communiqués


Rasmussen, Kerry et le jeune ministre des affaires étrangères ukrainien, Klimkin

A la suite du sommet de l'OTAN qui vient de se tenir à Newport au Royaume Uni, l'intrigue n'est pas l'annonce par Poroshenko de la possible signature d'un plan de paix aujourd'hui à Minsk, ça c'est l'intrigue de cette nouvelle journée. Non, la véritable intrigue tient en peu de mots: les pays de l'OTAN livreront-ils ou non des armes à l'Ukraine? Selon les déclarations de Poroshenko, reprises par le très libéral Kommersant, oui. Pourtant, la presse française dit l'inverse. Qui ment, peut être par omission?
 

jeudi 4 septembre 2014

Les Mistrals de la République

François Hollande, le 14 janvier 2014, lors de sa conférence de presse à l'Elysée.
 
Un être vous manque et tout est dépeuplé! Et l'on veut nous faire croire que cette pauvre femme épleurée, tellement douce et sentimentale, a écrit dans le plus grand secret un livre, qu'elle lance comme une opération spéciale, imprimé en Allemagne, qui fait trembler ce qui reste de l'Elysée.
 
Car, la sortie du livre de révélations intimes de V. Trierweiler sort à point nommé pour affaiblir le Président le plus faible que la 5e République ait connu. Alors que la France s'obstinait à vouloir livrer ses Mistrals à la Russie, dans le même moment, la sortie du Livre est annoncée juste avant le sommet de l'OTAN, où la question ukrainienne sera centrale, et F. Hollande annonce "suspendre" l'exécution du contrat avec la Russie.
 
Quelle orchestration! L'on ne peut qu'être ébloui par une telle maîtrise du temps ... et de la faiblesse humaine. Pour continuer dans les séries d'évènements aléatoires qui tombent à pic, B. Obama vient de féliciter F. Hollande d'avoir pris une telle décision et de faire preuve d'autant de sagesse.
 
Mais comme la France n'est pas une République bananière, comme le Président est la clée de voûte des institutions et non une marionnette désarticulée, ceci n'est qu'une fable. La France a donc raison de refuser d'exécuter un contrat pour soutenir la politique américaine d'affaiblissement de l'Europe, d'éloignement des alliés traditionnels que sont les pays d'Europe de l'Ouest et la Russie. La France a raison de se mettre en situation de devoir payer une amende conséquente pour non exécution de ses obligations contractuelles et plomber par la même sa réputation à l'international. La France a raison de prendre le risque de mettre volontairement des gens au chômage et de porter atteinte à l'économie nationale.
 
La France, et son Président, ont raison, car lorsque l'on a choisi un chef, il faut obéir et non pas faire semblant de tenter de jouer sur les deux tableaux. Le chef n'est pas content, il a élevé la voix, le message est passé, tout est rentré dans l'ordre.
 
Vive la France! Vive la République!

mercredi 3 septembre 2014

Ces sanctions qui détruisent l'Europe

 
En infligeant des sanctions à la Russie, l'UE s'inflige des sanctions à elle-même. Plus de 7 milliards de pertes sèches prévues, 130 000 pertes d'emploi rien qu'à la suite de la réponse adoptée par la Russie. Et l'agence de notation Standard & Poor's d'indiquer que cela, finalement, ne joue pas fondamentalement sur la Russie. Et l'UE de ne plus savoir jusqu'où aller, même exclure les clubs de foot russes de la FIFA et de l'UEFA. Quand ces mouvements politiques deviennent hytériques et conduisent au suicide économique du marché européen, à la destruction des valeurs européennes et à la chute des Etats Nations, il est temps de tirer la sonnette d'alarme.
 

mardi 2 septembre 2014

La guerre cachée d'Ukraine

Tardi-c-etait-la-guerre-des-tranchees-03.jpg
J. Tardi, C'était la guerre des tranchées

En principe, une guerre c'est simple. Tous les enfants y jouent. Ils mettent face à face des soldats, des tanks, font voler des avions et se tirent dessus. En fait, la guerre, c'était simple. Maintenant, plus personne ne la déclare et presque tous les pays la connaissent, y sont impliqués d'une manière ou d'une autre.
 
Les gens meurent, des soldats partent, les blessés sont aussi des civils, et l'on parle d'opération de maintien de la paix, d'opération anti-terroristes. On n'ose plus dire la guerre. C'est un gros mot. Ca brûle les lèvres, c'est amer en bouche. Un goût de terre, un goût de sang. Et pour cause. Tout l'intérêt de notre civilisation européenne est d'avoir mis la guerre hors la loi, hors nos frontières, hors l'acceptable. Celui qui déclare la guerre est le fautif, car il est le barbare. Donc plus personne ne déclare de guerre et chacun la fait en silence.