L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

lundi 1 juillet 2013

Les médecins russes moins payés que les techniciens de surface

Voir: http://svpressa.ru/society/article/70137/

Les chiffres des salaires des médecins en Russie sont inquiétants. Si le ministère avance un salaire moyen de 38 000 roubles par mois (soit presque 1000 euros), alors que le salaire moyen officiel serait de 27 000 roubles (soit 675 euros), les médecins eux-mêmes parlent de tout autre chose.
 
Par exemple, un chirurgien à Novgorod expliquait avoir un salaire mensuel brut de 13 700 roubles (soit environ 340 euros) en tant que médecin de catégorie supérieure. Dans la région de Iaroslav, selon le syndicat des professions de santé, un médecin de première catégorie a un salaire mensuel de base de 6215 roubles (soit environ 155 euros) et une prime d'ancienneté de 1865 roubles, ce qui fait un salaire mensuel de 8080 roubles (soit environ 200 euros).
 
Dans le même temps, la ministre de la santé, Veronika Skvortsova a déclaré des revenus personnels pour l'année dernière s'élevant à 4,7 millions de roubles, soit environ 500 fois plus que le salaire moyen d'un médecin.
 
Si l'on s'intéresse aux offres d'emploi dans le secteur, à Rostov sur le Don, par exemple, les salaires à l'embauche pour les médecins varient de 7000 roubles à 27 000 roubles (pour un spécialiste hautement qualifié). A Saratov, plus de la moitié des offres d'emploi ne proposent pas un salaire supérieur à 10 000 roubles. Et 9000 roubles pour Briansk.
 
Dans le même temps, le rythme de travail demandé est effarant. Un chirurgien, par exemple, est amené à faire en moyenne 11 opérations par jour et doit remplir toute la paperasse qui va avec.
 
Selon l'analyse du centre de droit médical, le problème du financement de la médecine est endémique. Les fonctionnaires, tant fédéraux que régionaux, des ministères de la santé sont surpayés, quand les hôpitaux sont à peine financés. Les médecins sont ainsi moins payés que les techniciens de surface. Sans parler des détournements de fonds publics que permettent l'achat de matériel médical à un prix gonflé, les travaux de rénovation, etc ...
 
Si certains médecins ont commencé à réagir, à faire grève notamment, le mouvement est peu suivi. L'exemple a été donné. Quand un médecin fait grève, il a de grandes chances d'être renvoyé pour faute professionnelle et d'encourir ainsi une interdiction d'exercer. D'une manière générale, même s'il est "simplement" obligé de partir, il a de grandes difficultés à retrouver un emploi, car un employeur n'aura pas envie de recruter quelqu'un qui risque d'exprimer son mécontentement.
 
Tout cela donne parfois l'impression d'une volonté de détruire le service public de la médecine, qui coûte assez cher et de le remplacer par une médecine payante, privée. Assez souvent, de telles propositions sont formulées et les gens commencent à s'y accoutumer. Sans commentaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.