L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 17 mars 2017

Marche SS à Riga: L'Europe aime les nazis quand les nazis n'aiment pas la Russie



Alors que chacun jouait à se faire peur avant les élections aux Pays Bas, alors que l'on nous serine avec le danger que représente le Front national en France, l'Europe ne voit rien à redire lorsqu'une Marche célébrant la mémoire des légionnaires SS est organisée à Riga. Bref, comme on peut le lire de plus en plus souvent dans les réseaux sociaux russes: en principe l'Europe est contre les nazis, mais si les nazis sont contre les russes, alors l'Europe n'est pas contre. Toute l'hypocrisie d'une Europe décadente.


Riga organise chaque année une Marche en l'honneur de ses morts dans les bataillons SS de légionnaires. Voici en image:




Des manifestants antifascistes se sont fait arrêtés par la police:



Ainsi, environ 2000 personnes, des vétérans et des jeunes, viennent célébrer la mémoire de leurs héros, des SS. Dans le défilé ont pris part également des députés lettoniens, mais également des "collègues" venus d'Ukraine et d'Estonie.

Alors que le ministère russe des affaires étrangères est inquiet face à la normalisation dans l'espace européen de mouvements en soutien aux nazis et apelle la communauté internationale à réagir, le silence se fait dans les chancelleries occidentales. Elles sont beaucoup plus préoccupées à célébrer la victoire - sans surprise - de la démocratie européenne sur l'extrême droite aux Pays Bas ou bien à s'inquiéter des tweets de Marine Le Pen. 

Il est vrai que ces légions SS lettoniennes ne sont rien comparées à ce danger ... Elles furent simplement constituées sur le territoire lettonien occupé par les nazis et sous leur commandement. Elles comptaient jusqu'à 150 000 personnes, militaires ou policiers. Leurs exactions contre les populations civiles sont telles, qu'elles furent condamnés comme structure au procès de Nuremberg. Pourtant, leur popularité auprès du pouvoir balte est très fort. Ces individus sont reconnus comme ancien combattant et touchent en cette qualité une pension de retraite spéciale, qui n'est pas reconnue aux vétérans qui ont lutté contre le nazisme. Ce n'est pas l'allemand nazi qui est désigné comme occupant, mais le russe. Cette manière de réécrire l'histoire est très en vogue en Europe, ce qui est compréhensible lorsque l'on voit combien de pays se sont réellement battus contre les nazis, et elle est reprise par cette opposition russe dite libérale qui a table ouverte et garnie en Occident.

Ainsi, le seul site qui remette en cause le caratère nazi de cette manifestation est Meduza, dont voici le reportage:


Ils reprennent le discours habituel, ni nazis ni communistes, mettant sur le même pied Hitler et celui qui l'a vaincu, Staline et ainsi l'Allemagne nazie et l'ensemble de l'URSS, même si, étrangement, l'attaque ne vise que la Russie, une de ses composantes. Au fait, Staline était géorgien. Et quid du parti communiste en France alors? Il y a beaucoup d'incohérences dans cette démarche, incohérences qui montrent que le but est ailleurs.

Donc ces légionnaires ne seraient pas nazis, d'ailleurs certains le disent devant caméra, ils luttaient pour "la libération"  de leur pays. Et regrettent manifestement encore la défaite des nazis. Pendant ce temps-là, des slogans russophobes fusent et également antisémites. L'on voit des croix gammées, des saluts nazis, etc. Mais évidemment, ce ne sont pas des nazis. Comme nous pouvons le voir ici:




Pourquoi Meduza propage ce reportage alors? Parce que Meduza est un site en russe destiné à faire la propagande anti-russe dans les populations russophones. Il a été fondé en 2014 avec le soutien de M. Khodorkovsky et enregistré justement en Lettonie.

La boucle est bouclée. L'on retrouve ces individus qui toujours attendaient la "libération" par l'Allemagne civilisée depuis la chute de l'Empire russe, à chaque fois, cette libération d'eux-mêmes, de leur pays qu'ils détestent encore plus qu'ils ne se détestent. D'être nés en Russie et non ... à Paris. A la rigueur en Allemagne. Finalement le temps passe, les gens ne changent pas, n'apprennent pas. Ils n'ont toujours pas compris que sans l'armée rouge, ils ne seraient plus là pour en parler.







8 commentaires:

  1. Puisqu'ils sont tellement honteux de leur pays et de leur origines, les khodorkovsky, Navalny et cie, pourquoi ne leur enlève-t-on pas cette nationalité russe dont ils ne sont absolument pas dignes? Je trouve V.Poutine d'une faiblesse incroyable quand il s'agit de sévir contre ces gens.
    Pour ce qui est des européens et de leur manque de réaction devant les défilés à la gloire des collaborateurs nazis dans les pays baltes, c'est qu'ils s'en foutent éperdument des nazis, pour eux ce n'est pas un problème, le problème c'est les russes, c'est ce que l'OTAN a décrété donc, les vassaux européens s'inclinent, point final.

    RépondreSupprimer
  2. On va dans le Mur! Avec l'islamisation de l'Europe,on pas appeler ca la montee du nazislamisme

    RépondreSupprimer
  3. L'article n'a rien d'excellent! Certes, il pointe sur une réalité irréfutable, celle de politique délibérée anti-russe, effectué et par les gouvernements et par les médias occidentaux.
    Cependant, il traite les faits à la légère et de manière biaisée.
    Le problème avec les pays baltes, c'est que, rancuniers du passé, ils font volontiers l'amalgame entre le communisme et les russes, voyant, par conséquent la Russie toujours comme son ennemi mortel. (C'est comme si les pays environnants voyaient l’Allemagne et les Allemands toujours comme nazis.) Par ailleurs, c'est aussi dans l'intérêt du gouvernement d'entretenir l'animosité entre la population autochtone et la population russe dans ces pays. En réalité, chaque année, il y a deux défilés en Lettonie: une avec les vétérans qui ont combattu du côté des Allemands, l'autre avec les vétérans ayant combattu du côté de l'armée rouge. Les uns se font évidemment traiter de nazis, les autres de communistes; à chaque fois il y a des manifestations contre et l'un et l'autre défilé, bref, la populace se provoque et se défoule - une sorte de passe-temps. La réalité plutôt tragique de ces temps où parfois le fils était obligé de combattre contre le père et le frère contre le frère parce que chacun avait été recruté par le camp adversaire, se perd dans les machinations politiques, mais aussi dans les articles négligents et dilettantes comme celui-ci. (Oui, d'ailleurs, c'est "letton" et "lettone" et non pas "lettonien" et "lettonienne".)

    Quant à la question d'occupation, l'article vire tout à fait dans l'absurde.
    Si, dans les pays Baltes, c'est le russe et non pas l'allemand qui est perçu comme occupant, c'est parce que l'armée allemande occupait environs 50% du territoire lettone pendant quelques mois, tandis que l'Union Soviétique a annexé les trois pays Baltes pendant plus de 30 ans.
    Le ressentiment que le peuple de ces pays réprouve envers les russes est donc compréhensible, bien qu'il reste injustifiée car, comme je l'avais déjà mentionné, l'amalgame entre communisme et le peuple russe est aussi absurde que celui du nazisme et le peuple allemand.

    RépondreSupprimer
  4. Pour information, la Lettonie a été incorporéée dans l'Empire russe en 1721 ...

    RépondreSupprimer
  5. Il est vrai que les pays baltes furent ensuite indépendants ... entre 1918 et 1920.

    RépondreSupprimer
  6. Je dois dire que j'apprécie votre honnêteté intellectuelle, ce qui dans ce monde où tout un chacun publie tout et n'importe quoi à profusion, n'est pas toujours facile à détecter.
    Je pense également que votre formation en droit permet, souvent, de couper court aux affirmations pseudo historiques ce qui permet de souffler un peu pour aller consulter l'histoire.
    Je ne peux que souhaiter, prier peut-être, pour que vous puissiez continuer à diffuser votre perception de notre monde qui a besoin de la molécule d'oxygène que vous lui apportez.
    Merci
    Richard K.

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est pas parce que la Lettonie a été incorporée à l'empire russe en 1721 qu'elle doit forcément l'aimer à la folie pour les siècles des siècles.
    Une nation peut exister, même sous l'occupation d'un autre pays. Il est logique qu'à un moment donné, le souhait d'indépendance existe et cherche à se concrétiser.

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.