L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

jeudi 16 juillet 2020

Billet pavlovien : quand les populations doivent exiger le terrorisme sanitaire du coronavirus



Après la furie des masques, bonjour la furie des tests, en attendant celle des vaccins. Avec le coronavirus, on a réussi à développer les réflexes pavloviens dans nos sociétés terrorisées. Chacun s'insurge à qui mieux contre l'absence de dépistage du coronavirus pour voyager. Quelle chance que cette masse hystérique accélère l'avènement du Nouveau Monde. Allons au bout de la logique : seules les personnes saines ont le droit de voyager (pourquoi s'arrêter au coronavirus?); seules les personnes saines ont le droit de sortir de chez elles (pourquoi s'arrêter aux voyages?). Seules les personnes saines ont le droit d'exister. Ainsi, nous pourrons célébrer l'avènement de la société, qui doit être propre, belle. De l'humanité propre, nettoyée. Les vieux - interdits de sortie, c'est moche et en plus ça contamine. Les handicapés et les malades chroniques, idem. On teste tout : le SIDA, la grippe, les hépatites, constamment, toutes les maladies, pour sortir de chez soi et nous obtiendrons enfin un monde sûr - un monde inhumain.


Ceux qui s'excitaient pour le port du masque, ayant parfaitement développé leurs réflexes pavloviens, maintenant exigent de tester tous les voyageurs, dans les aéroports, les gares, etc. Car l'on apprend qu'une partie des Français contaminés est de retour de voyage. 

Personnellement, attendant toujours l'ouverture des frontières (c'est-à-dire des vols retours), ces gens qui peuvent voyager ne me sont pas, aujourd'hui, particulièrement sympathiques. Que faire, l'envie est un sentiment très  très humain. Mais pour autant, doit-on les accuser de tous les maux, car ils ont eu l'outrecuidance de voyager et ainsi de ramener le fameux virus ? Doit-on les instrumentaliser pour forcer l'avènement d'un nouveau monde, pas franchement attrayant ?

Une revendication qui peut sembler à première vue logique : les dépister. Ou plutôt, soyons logiques jusqu'au bout, dépister avant le départ, afin de ne pas permettre aux personnes malades de voyager. Donc conditionner le droit l'aller et venir à des tests

Mais dans ce cas, pourquoi s'arrêter au seul dépistage du coronavirus ? Les personnes atteintes du SIDA ne devraient pas, par exemple, pouvoir voyager, car elles peuvent avoir des rapports sexuels non protégés en déplacement (à moins de les castrer) et ainsi contaminer de pôvr' innocents. Comme ça ne se soigne pas, eh bien, tant pis pour eux, qu'ils ne voyagent plus. La protection sanitaire de l'humanité vaut bien ce petit sacrifice de leur part.

L'on devrait, en fait, dépister toutes les maladies virales pour ne permettre qu'aux personnes absolument saines de voyager. Parce que, finalement, ça ne sert à rien de ne dépister que le coronavirus. Qu'il y ait des symptômes ou pas de symptômes, peu importe, l'homme est un danger pour l'homme, car l'homme peut être malade. Or, le malade est presqu'un terroriste sanitaire, qui ne doit pas avoir le droit de voyager.

Seules les personnes saines doivent avoir le droit de voyager

Pourquoi s'arrêter aux voyages ?

Seules les personnes saines doivent avoir le droit de sortir de chez elles, sinon le combat pour un monde propre ne sera jamais gagné. Donc, je propose d'aller au bout de la logique du dépistage et de dépister les populations pour toutes les maladies et les virus, chaque semaine, en fonction de quoi elles auront - ou non - le droit de sortir de chez elles.

Les personnes fragiles, pour le bien de la société, doivent faire un effort (sinon elles pourront être considérées comme des terroristes sanitaires - et hop au pilori) et rester chez elles, afin de ne pas prendre le risque de transporter des virus et maladies. Les personnes de plus de 60 ans, les malades chroniques, les handicapés - maison. Ad vitam. Sortie vers le tombeau. L'on verra d'ailleurs si les enterrements seront autorisés ou non, comme ce fut le cas dans certaines villes de Russie (pour raison sanitaire), de toute manière ils sont vieux et malades. Alors, qui les pleurera ?

Et pourquoi s'arrêter aux tests, quand il va y avoir le Vaccin rédempteur ?

Ainsi ne pourront voyager et ne pourront sortir, en plus des tests, que les personnes vaccinées. Adieu, l'immunité collective naturelle, c'est du passé, il faut être progressiste et soutenir l'activité débordante des labos. Pourquoi s'inquiéter de l'affaiblissement de la résistance physique de la population, quand on vous promet un monde sans maladie ? A quoi va vous servir une immunité naturelle, s'il n'y a plus de maladies ?

Seules les personnes saines doivent avoir le droit d'exister.

Ainsi, nous vaincrons le Vieux monde, avec ses maladies et ses difformités. Nous aurons une populace lisse, saine, neutre et neutralisée. Qui sur commande rentrera chez elle, sortira de chez elle, rentrera chez elle, sortira de chez elle. Une masse informe qui ne posera plus de questions, car elle sera trop occupée par sa santé afin de ne pas être malade et obtenir chaque semaine son QRCode lui permettant de vivre encore une semaine. Une vie par semaine, chaque semaine une nouvelle vie. C'est merveilleux, nous aurons en même temps vaincu l'humanité.


7 commentaires:

  1. Vaste programme :
    « Allons au bout de la logique : seules les personnes saines ont le droit de voyager »

    Si on appliquait ça, alors plus personne ne pourrait voyager. Nous sommes en effet tous, sans exception, porteur de quelque chose, sans pour autant être malade du reste, mais virus, bactéries et autres miasmes sont omniprésents dans notre environnement. Alors, tant qu'à avancer dans l'absurde, poussons plus loin : si on teste l'air et qu'on y trouve des contaminants, il faudrait interdire de le respirer... et ainsi, on pourrait proposer à chacun de l'air purifié, à un tarif raisonnable bien entendu, mais qu'on pourrait légalement respirer.

    Je crois qu'il serait intéressant de faire une étude sociologique : qui sont les personnes qui cèdent à la peur ? Je parie pour les lobotomisés de BFM, LCI et autres médias-poubelles qui entretiennent la panique à grand coups de chroniques de prétendus « experts », ces médecins de plateau-télé qui ne voient plus de malades depuis bien longtemps parce que la télé est bien plus payante, ou encore qui préfèrent les émoluments dont les gratifient les laboratoires aux plus chiches revenus de leur pratique médicale.

    Ceci dit, nous n'en sommes toujours qu'au constat. Et si on s'inquiétait de l'après-constat et qu'on échangeait sur ce qu'on devrait faire, quelle structure, quelles règles, comment les mettre en œuvre, comment virer ceux qui actuellement nous pourrissent la vie pour des motifs bassement financiers, en bref, si on parlait de reconstruction avant que notre environnement ne soit plus qu'un champ de ruines ?

    RépondreSupprimer
  2. « Nous détruisent la vie » pour des motifs idéologiques de réduction massive de l’humain à la surface du globe. Pauvres masses générationnelles qui privées de tout libre arbitre choisissent constamment la sécurité et haïssent la liberté...
    Pour les récalcitrants la seule solution face à une telle force morbide, c’est de faire corps, fusionner et vaincre... ou bien périr en holocauste afin de montrer la voie du libre arbitre au nom de la vie mon ami. C’est aujourd’hui.

    RépondreSupprimer
  3. Ceux qui actuellement veulent supprimer la vie... par idéologie surnuméraire me semble-t-il. L’Humain choisit la sécurité en tant que stratégie de reproduction et jamais la liberté.
    Il a donc ce qu’il cherche : crever dans un confort absolu.
    Pour les aventuriers par ailleurs beaucoup plus lumineux ils devront faire corps, fusionner , et vaincre. Ou bien ils seront brisés en autodafé, et sur eux germera la puissance éternelle de la vie. Donc la prise de conscience faite, proposons une vibration sous forme de phonème de mot que sais-je, qui puisse unir les peuples.
    Linguistes montrez-vous !
    Je propose « CBeT »

    RépondreSupprimer
  4. ce programme n'était prévu que pour 2030 par l'état profond l'état mondialisé des milliardaires, le fait que Trump ai été élu et soit en passe de l'etre encore mieux, que toutes les tentatives pour le faire échouer, destitution etc, poussent l'état profond, les fous milliardaires à attaquer pour destabiliser le monde et tenter par tous les moyens de nous faire peur, de nous tuer, de nous faire souffrir et de tenter que l'élection de Trump soit repousser un max, voir n'aie pas lieu, Pourquoi? il a annoncé qu'il croyait pouvoir vaincre l'état profond, il a des dossiers, il a chassé l'état profond de ses institutions pour la plupart, et est entrain de briser le système financier mondial qui leur permettait de vivre, voir Sylvain Laforest, voilà ce qui m'intéresse, la réalité, pas les chimères que ces fous voulaient obtenir, c'est à dire, tuer l'humain en nous, tuer nos ames; C'est en nommant l'ennemi qu'on le vaincra, là, on décrit ses mefaits, mais il est important de lier les mefaits à des entités, l'affaire Maxwell les terrorise , qu'elle ne soit pas remise en liberté sous caution est un gros échec pour eux ces monstres, d'autant plus que son ex complice n'est sans doute pas mort, mais en sécurité prèt à dénoncer toute la machine. Confiance dans le plan Trump poutine et chinois.

    RépondreSupprimer
  5. Ne serait ce que de dire qu'aucune rercheche virologique cliniqu n'a put prouver ou démontrer le lien entre virus et contagion, depuis 1933, date de la première expérience. Eh bien, depuis la science, n'a jamais put prouver que le phénomène de contagion existait. Et c'est pareil pour les germes, c'est pourtant une expérience pas bien compliquée a mettre en oeuvre. Eh bien les faits démontrent que le phénomène de contagion n'existe pas, et que la vision pastorale de la médecine enseignée dans les écoles est fausse. Mais pour cela qu'on appelle cette espèce de négation de la vérité, le phénomène "Motruche" mi mouton, mi autruche.

    RépondreSupprimer
  6. c'est le texte le plus intelligent que j'ai lu sur cette société sataniquement dingue

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.