L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 28 octobre 2016

Bombardements d'écoles en Syrie: les faux médiatisés, les véritables cachés

Enfant victime d'un bombardement par les terroristes modérés à Alep Ouest


La communauté internationale lance une nouvelle attaque informative contre la Russie, qui serait responsable du bombardement d'une école dans le village de Hass, dans la province de Idlib. Comme la Russie a suspendu les vols dans la province de Alep, il a bien fallu trouver autre chose. Le probème est que des images prise par drone après le soi-disant bombardement montre que l'école est toujours là ... A cette énième provocation, la Russie a répondu par un dossier détaillé des violations de leurs obligations par les Etats Unis et la coalition, dont vous trouverez une traduction en français ici.


La France et les Etats Unis, main dans la main, accusent en bloc la Russie et/ou Assad, peu importe, d'avoir bombardé, dans la région d'Idlib tenue par cette opposition modérément armée, une école causant la mort de 22 enfants et 6 enseignants. Jean-Marc Ayrault déclare:
« Qui est responsable ? En tout cas, ce n’est pas l’opposition [au régime syrien], car pour bombarder il faut des avions. Ce sont soit les Syriens, le régime de Bachar Al-Assad, soit les Russes »
Il suit ainsi la ligne américaine, ce qui n'est plus une surprise:
“We don’t know yet that it was the Assad regime or the Russians that carried out the airstrike, but we know it was one of the two,” White House spokesman Josh Earnest said. “Even if it was the Assad regime that carried it out, the Assad regime is only in a position to carry out those kind of attacks because they are supported by the Russian government.”
L'information est devenue virale, reprise par tous les grands médias, après déclaration d'UNICEF  qui n'a pas vérifié la source puisque cela venait des fameux casques blancs et une demande d'enquête internationale par Ban Ki-moon est proférée. Pour autant de grands doutes surgissent quant à l'existence même de cette attaque aérienne, comme le démontre le ministère de la défense russe. Son porte-parole, I. Konachenko déclare:
"Le 27 octobre, «un [drone] UAV a été envoyé dans la zone [d'Idlib] pour réaliser des photographies digitales détaillées»aucun signe de «dégâts sur le toit de l’école, ou de cratères de frappes aériennes autour»" n'a été constaté. "«Nous avons analysé les preuves photo et vidéo de l’attaque supposée. La vidéo publiée dans de nombreuses agences de média occidentales semble consister de plus de dix extraits différents, filmés à différents moments de la journée, et en des résolutions différentes qui ont été éditées en un seul clip»
Voici l'une des images publiées par le ministère de la défense russe:



En ce qui concerne, la photo virale publiée par l'AFP:
«La photographie publiée par l’AFP montre qu’un seul mur de l’école est endommagé et que tous les bureaux dans la salle de classe sont en place. La cloison extérieure que l’on voit à travers le trou n’a pas de trace de dommage de fragments de bombes. Dans une véritable frappe aérienne, cela est physiquement impossible ; le mobilier aurait été balayé par l’explosion, et il y aurait eu des marques de dégâts sur les murs de la classe et la cloison extérieure.»


Mais il semblerait que les strucutures américaines et satellites n'aient pas particulièrement envie de chercher plus loin. Le but est simple: il faut créer un tribunal pénal international, c'est devenu une idée fixe. Et l'on retrouve toujours la même méthode de manipulation de masse. Il faut un gros scandale international imputé a priori soit à la Russie, soit à ses alliés, pour renverser la situation sur le terrain. Mais cette fois-ci, ça ne marche plus. La Russie reste combative.

La porte-parole du Ministère des affaires étrangères, M. Zakharova, a très bien résumé la technique employée:
Chaque conflit commence toujours avec en premier lieu le lancement d'une campagne d'information, ensuite interviennent les ONG, qui signent une pétition ou une autre, en laquelle croient les gens puisque ces organisations sont non-gouvernementales, ensuite ils préparent une décision qui doit être exécutée.
C'est le scénario utilisé contre la Lybie, il est repris et affiné par l'expérience contre la Syrie. Mais ici aussi, la réaction est plus forte. La Russie a envoyé à l'ONU tout un document retrançant les violations de ses obligations par les Etats Unis, ainsi que tous les sites civils qui furent touchés par la coalition, datés et documentés. Voici la traduction du résumé publié sur le site du ministère des affaires étrangères russes.

Analyse compérée de l'exécution des engagements russo-américains

Déclaration commune de la Russie et des Etats Unis sur le cessez-le-feu en Syrie du 22/02/2016

engagements
Russie et Syrie
Etats Unis, coalition, groupes d’opposition
Résultats
Régime de cessez-le-feu sur l’intégralité du territoire de la Syrie, à compter du 27/02/2016 0h
Garantie du cessez-le-feu par les forces militaires russes dans les temps
Garantie du cessez-le-feu par une partie des groupes d’opposition « modérée ». 20 groupes ont continué les hostilités.
Du 27/02 au 01/09/2016, 2031 violations du cessez-le-feu par les groupes d’opposition « modérée », suite auxquelles sont morts 3532 soldats, 12 800 civils. 8949 soldats ont été blessés et 25 642 civils.
Déclaration de la Russie et des Etats Unis de collaboration au cessez-le-feu jusqu’à 12h le 26/02/2016
Ont transmis la liste de 47 groupes d’opposition « modérée » aux Etats Unis
Ont transmis la liste de 138 groupes d’opposition « modérée », dans laquelle figure 2 groupes rattachés à Daesh et 8 à Al Nusra
Il n’a pas été possible de différencier les groupes d’opposition « modérée » des groupes terroristes.
Echange des données entre la Fédération de Russie et les Etats Unis sur les frontières  du territoire occupé par les groupes participant au cessez-le-feu
Ont transmis aux Etats Unis les données des territoires occupés par les 47 groupes « modérés »
N’ont pas transmis d’information
Les frontières n’ont pas pu être établies pour les violations du cessez-le-feu.
Détermination des frontières du territoire tenu par Al Nusra et Daesh
Lors des consultations, les Etats Unis ont été informés de la localisation de ces groupes
Lors des consultations, les Etats Unis ont informé la Russie que ses informations n’étaient pas exactes. Un schéma général de répartition d’Al Nusra et Daesh en Syrie a été transmis, qui ne permet pas de les distinguer  de l’opposition « modérée » 
Al Nusra a intensifié ses actions contre les forces gouvernementales syriennes et ses actes terroristes contre les populations civiles.
Coups portés à Al Nusra et Daesh
En moyenne 150 coups portés à Daesh et Al Nusra par jour. Libération de 596 lieux d’habitations, 12 360 km2 de territoire, environ 35 000 terroristes tués, dont 2700 venant de Russie ou de la CEI
Pas de coups portés à Al Nusra.
6 à 15 coups par jour portés à Daesh.
Le nombre d’actes terroristes commis par des kamikazes d’Al Nusra a été doublé par rapport à 2015.
Mise en place d’un mécanisme de monitoring du cessez-le-feu
Constitution d’un Centre de réconciliation, avec des structures dans chaque région, qui analyse la situation sur place, garde le lien avec le Gouverneur de la province
Analyse de la situation par les réseaux sociaux et les médias
Il n’a pas été possible de mettre en place un monitoring objectif de la situation
Mise en place d’une ligne directe entre le Centre russe de Hmeimim et le groupe américain politico-militaire d’analyse à Amman (Jordanie)
Mise en place de la ligne directe dans les temps
Décision unilatérale des Etats Unis d’interrompre la ligne directe avec Amman le 28/07/2016. Réforme du groupe d’analyse à Amman.
Demandes systématiques de la Russie aux Etats Unis de faire pression sur les auteurs des violations du cessez-le-feu laissées sans intervention américaine sur l’opposition

Les accords entre la Russie et les Etats Unis du 9 septembre 2016 sur "la diminution du degré de violence, l’accès humanitaire et la création d’un Centre commun d’exécution"

Engagements
Russie et Syrie
Etats Unis, coalition, groupes d’opposition « modérée »
Résultats
Rétablissement du cessez-le-feu à partir du 12/09/2016 19h
Ont garanti le respect du cessez-le-feu par les forces gouvernementales syriennes, organisation d’un suivi du cessez-le-feu avec  vidéo surveillance, drones, en temps réel et diffusion sur internet.
Malgré les violations, deux fois le cessez-le-feu a été prolongé (48h et 72h). Durée totale du cessez-le-feu – 7 jours.
N’ont pas garanti le respect du cessez-le-feu par les groupes d’opposition « modérée ».
Du 12 au 19 septembre, les groupes d’opposition « modérée » ont violé 302 fois le cessez-le-feu. Pertes civiles : 83 morts, 252 blessés. 153 soldat touchés.
Etablissement d’un poste de garde sur la route de Castello par les forces de la société syrienne de la Croix rouge
Le 14/09/2016 un poste de garde de la Croix rouge syrienne a été établi qur la partie Ouest de la route de Castello.
Le recul des forces de l’opposition « modérée » de la route de Castello n’ apas été organisé.
Interruption du cordon humanitaire vers Alep.
Recul synchronisé des forces gouvernementales syriennes et des groupes d’opposition « modérée » de la route de Castello : tank et artillerie de 3 à 3,5 km ; les blindés et les gros calibres de 2,5 km ; les groupes avec des armes légères à 1 km ; la surveillance de la route à 500m
A deux reprises les 15 et 16, début du recul, mais comme les groupes d’opposition n’ont pas reculé, les forces gouvernementales sont revenues sur leurs positions
Le recul des groupes d’opposition n’a pas été organisé.
La sécurité des convois humanitaires de l’ONU vers Alep n’a pas pu être garantie.
Organisation d’un accès humanitaire à Alep
Organisation de 7 corridors humanitaires pour l’évacuation des civils d’Alep, 1 corridor humanitaire pour la sortie des combattants avec leurs armes.
Coordination avec l’ONU pour l’approvisionnement humanitaire.
Les bataillons de l’opposition ont miné les voies d’évacuation de la ville. Ils ont organisé une répression des habitants voulant quitter la ville.
Les leaders des groupes d’opposition ont refusé de laisser passer l’aide humanitaire de l’ONU.
La population d'Alep est restée sans aide humanitaire, sans médicaments et sans possibilité de sortir de la ville.
Création d’un Centre commun russo-américain pour la coordination du combat contre Al Nusra
Les spécialistes russes sont arrivés sur place et n’ont pu commencer leur activité suite au refus des Etats Unis de coopérer
Les spécialistes américains sont arrivés sur place et suite à une injonction de Washington, il leur fut interdit d’entrer en activité
Le combat commun prévu contre Al Nusra et Daesh n’a pas commencé.
Début du combat commun contre Al Nusra et Daesh
La Russie continue unilatéralement son bombardement contre Daesh et  Al Nusra : environ 50 sorties et 140-150 bombardements par jour
L’aviation américaine ne bombarde pas Al Nusra. Contre Daesh : 12-15 sorties  et 8-10 bombardements par jours. Ont bombardé l’armée régulière syrienne à Deir Ezzor, suite à quoi 62 militaires furent tués et plus de 100 blessés
Le combat commun n’a pas commencé, ce qui permet aux groupes terroristes de tenir les territoires et d’attaquer les forces régulières de l’armée syrienne.






Sans surprise aucune, la presse ne reprend pas ces informations, pour le moins dérangeantes. Tout comme elle ne marle pas non de l'attaque commise contre une école de l'ouest d'Alep. Les enfants sont "du mauvais côté" du mur de la honte, ils ne mérient pas l'indignation de l'UNICEF.
«Mardi [25 octobre], un bouteille de gaz et une mine ont visé un salle de classe à Hadaiq al-Andalus, lancées depuis Alep-est, une zone sous contrôle terroriste. Trois étudiants sont morts et dix enfants ont dû être hospitalisés»
«Au même moment, les rebelles étaient en train de bombarder un corridor humanitaire près d'une école du district d'Al-Mashariq, utilisé pour permettre aux civils de quitter la ville. Douze personnes ont été tuées et plus de vingt blessées»
Tout comme l'on ne retrouve pas un mot sur les exactions des groupes modérément armés à Alep, où l'aviation russe continue à faire une pause pour permettre aux civils de partir:

Dans la province d’Alep, les groupements terroristes ont tiré aux systèmes LRM improvisés, aux mortiers , armes légères d’infanterie et engin antichar portatif contre les cités Chourfa, Ansar, Bakirtaia , les quartiers Suleiman-Khalyabi , Arian , Dakhia-al-Assad , Al-Maidam, «1070», une école dans le quartiers   Hai al-Andaluz , une usine de ciment , l’académie militaire al-Assad , la station de téléphonie mobile «Syriatel» , le centre de commerce «Kastello» et  le couloir humanitaire à  Al-Macharka.
 
Le Président russe déclarait hier : la Russie ne répond pas aux déclarations indélicates des Etats Unis à son égard, mais sa patience a des limites et elle pourrait aussi répondre.


5 commentaires:

  1. C'est étrange ce sentiment croissant d'impuissance lorsque l'on a face à soi ces impostures, mensonges d'Etat, et falsifications systématiques. Le plus souvent de manière grossière tellement les auteurs sont certains d'avance du résultat produit dans l'âme collective ! N'ont-ils pas étudié la psychologie humaine pour ne pas comprendre qu'ils façonnent leur propre disparition ? Les Taoïstes ont pourtant compris depuis longtemps et tenté d'expliciter ces fonctionnements. Bienheureuse impuissance.
    Et puis merci à vous Madame pour ce travail que vous nous offrez.

    RépondreSupprimer
  2. Intéressante cette petite collection d'articles sur les fameux "casques blancs" pris comme témoins par Ayrault et l'ONU ... des "humanitaires? vraiment ?... petite documentation : http://www.canalblog.com/cf/search.cfm?q=casques+blancs&bid=268123&searchbtn=Rechercher

    RépondreSupprimer
  3. Le pire, c'est que cette information était peu crédible compte tenu des sources. C'est l'OSDH qui a fait mention du bombardement et les casques blancs qui l'ont amélioré en donnant le nombre de morts: 22 enfants, 6 professeurs et en diffusant une vidéo bidouillée de première. C'est une propagande ignoble qui continue, mais que la diplomatie française soit en première ligne pour répéter toutes ces accusations mensongères, sans la moindre hésitation, me fait terriblement honte.

    RépondreSupprimer
  4. Si la Russie ne répond pas plus fermement la propagande bien grasse qui ne se donne même plus la peine d'être vraisemblable tant elle est unanimement martelée dans les médias mainstream continuera à abrutir les Occidentaux.
    La photo des bureaux d'écolier bien rangés à 5 mètres du mur ayant volé en éclat reprise sans sourciller par la presse le montre

    RépondreSupprimer
  5. Merci Karine ! Tu fais du bon boulot !
    Pour ma part je ne lis plus la presse mainstream et encore moins la TV depuis trois ans déjà. Le meilleurs moyen pour museler cette propagande c'est de l'ignorer et répandre les informations des média's alternatifs. Rien de tel que le bouche à oreille.

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.