L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 29 mars 2019

France : l'Etat en liquidation européenne



La concurrence est le moyen et le but de cette époque néolibérale, elle est l'instrument de désétatisation manié avec de plus en plus de fanatisme par l'Union européenne. Et la présidence Macron se prête avec enthousiasme à ce jeu de déconstruction, à coup de privatisations douteuses d'éléments stratégiques du patrimoine public. Quand le Sénat tente de bloquer dans un dernier sursaut la privatisation cachée des Aéroports de Paris dans la loi PACTE, le Gouvernement s'allonge avec délice aux pieds de la Commission européenne pour offrir au privé les plus importants barrages hydo-électriques, ouvrages stratégiques construits au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque la France était un Etat et une puissance. C'est cette France que l'UE et Macron veulent définitivement renvoyer aux manuels d'histoire, avant de les réécrire. La France est mise en liquidation. 


Les nouvelles inquiétantes s'enchaînent et se ressemblent, ce sont les éléments stratégiques de l'Etat qui sont offerts au privé, dans la plus pure logique néolibérale, si chère à Macron et à l'UE. Pour ce faire, le dogme du tout-concurrenciel est répété sur toutes les gammes, comme un mantra.

Les privatisations plus ou moins officielles ne cessent de se succéder. Dans le désordre, on a entendu parler d'Engie, dans lequel l'Etat vend au fur et à mesure ses parts, mais comme il n'est plus majoritaire, cela n'entre pas officiellement dans un processus de privatisation. Pourtant, le gaz est un domaine stratégique, mais dont l'Etat se désengage au profit du privé. Le même processus a été engagé pour Renault. Ce que le ministre de l'Economie qualifie de "succès stratégique" (sic). Idem avec Air France, au profit de l'Etat hollandais - on appréciera l'ironie du sort - certains Etats sont donc plus "autorisés" que d'autres. La vente des aéroports de Nice, Toulouse et Lyon a fait réagir la Cour des comptes (voir ici), sans que le principe ne soit remis en cause, et le processus de revente continue s'amorce : la question devenant de savoir qui va succéder aux Chinois pour l'aéroport de Toulouse ? En plus, ce sont des entreprises très rentables ... Etc, etc, etc ... C'est l'Etat qui est en cours de privatisation, de liquidation. Et l'on continue avec les Aéroports de Paris, que le Sénat tente de bloquer. 

Maintenant, sous le coup d'une procédure d'infraction lancée par la Commission européenne contre la France, au sujet du monopole d'EDF dans le domaine de l'énergie hydro-électrique, le Gouvernement s'apprête à "ouvrir à la concurrence", autrement dit à ouvrir au privé, la concession d'une centaine des plus importants barrages hydro-électriques français. Le principe de la privatisation avait été acté dès 2017, juste après la prise de fonctions de Macron, alors que la France résistait depuis plus de 10 ans :
Le 7 février dernier, le gouvernement Philippe, après avoir fait savoir en automne 2017 à l’interfédérale des salariés du secteur hydroélectrique français qu’il ne trouvait rien à redire au principe, a donc acté la privatisation. D’ici 2022, 150 des plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) devraient être vendus, pour une puissance totale de 4,3 GW équivalant à celle de trois réacteurs nucléaires de nouvelle génération. Le reliquat du parc public, sauf effondrement global, sera mis à l’encan avant 2050.
Un excellent article publié sur le site de France Culture résume parfaitement le fanatisme idéologique de cette décision européenne, qui va se réaliser sous la présidence Macron, et peut mettre en danger la sécurité nationale : 
Vous avez aimé les Aéroports de Paris, les autoroutes et Engie, vous allez adorer ce nouvel épisode de la grande série de privatisations, pour le moins étonnantes, menée par le gouvernement français. Cette annonce fait suite à près de dix ans de pression de la part de la Commission européenne pour démanteler la gestion publique de l’énergie hydro-électrique.
Il faut dire que Bruxelles enrage contre la position ultra-dominante d’EDF qui, en sa qualité d’acteur public de l’énergie, détient et gère 85% du parc hydraulique français, soit près de 2300 barrages en France. Des années que la Commission aimerait voir tomber ce monopole d’État aux allures insupportables de vestige socio-marxiste en plein cœur de l’Europe de marché. 
Puisqu’il était impossible d’exiger la privatisation des centrales nucléaires, relevant des activités d’importances vitales de la nation, la Commission s’est donc reportée sur la deuxième source française de production d’énergie, à savoir les barrages. (...)
On peut ainsi se demander ce que feraient des acteurs privés s’ils venaient à détenir et à contrôler de telles infrastructures. D’autant que l’électricité produite par les centrales hydroélectriques est aujourd’hui la moins chère de France : 20 à 30 €/MWh contre 35 à 46 pour le nucléaire. Or, comme le relève le média en ligne Le vent se lève, « un opérateur privé pourrait facilement maintenir les vannes du barrage fermées et attendre qu’un pic de consommation fasse frôler la pénurie d’électricité pour faire monter les prix. Sur le plan juridique, rien ne les en empêcherait ».  
Pour se donner une idée du type de chantage financier que peuvent exercer des acteurs privés dans de telles conditions, il suffit de se rappeler l’épisode qui avait opposé General Electric à EDF il y a quelques années. Après  avoir racheté Alstom énergie en 2016, l’entreprise américaine avait organisé une grève de maintenance pour obtenir d’EDF des conditions de gestion plus avantageuses. Après une centaine d’incidents, la direction d’EDF avait fini céder et donner gain de cause aux Américains. 
On ose à peine imaginer le pouvoir que donnerait le contrôle de ces infrastructures, quand on sait que les barrages hydrauliques servent aussi de réserve d’eau pour refroidir les centrales nucléaires... 
Effectivement, la question se pose ... 

Mais surtout, chers amis, allez voter aux élections européennes, pour des députés qui ne pourront, même si par hasard ils le voulaient, changer le cours anti-étatique de l'UE décidé en Commission. Par principe, l'UE ne peut se développer qu'en absorbant les Etats au profit d'une idéologie globaliste. Idéologie, qui ne peut qu'avancer la loi du marché tout-puissant, mythe néolibéral, pour dénier tout droit à l'intérêt national, aux intérêts stratégiques de l'Etat. Et pendant que vous vous escrimez au niveau européen, où les décisions sont déjà prises (ailleurs), nos charmants clones nationaux s'appliquent à brader le pays. Et y arrivent à merveille. Parfaitement protégé par cette farce électorale.


7 commentaires:

  1. Le Président Macron, son Premier ministre Philippe de même que François Hollande et bien d'autres, ont pourtant été formés à la French-American Foundation dans le programme Young Leaders. Ils ne peuvent ignorer le scandale Enron qui, au tournant du siècle, reposait fondamentalement sur la déréglementation et la privatisation, et ils doivent reconnaître les risques qu'ils font courir aux Français.

    Enron gonflait artificiellement ses profits, masquait ses déficits, utilisait une kyrielle de sociétés écrans et falsifiait ses comptes. Est-il nécessaire de préciser que l'objectif était de gonfler la valeur boursière, laquelle a déjà atteint une augmentation de 90 % sur un an.

    Enron a agi en pur prédateur, se servant de ses complices, notamment de Wendy Gramm, présidente de la commission fédérale chargée du respect de la loi sur le commerce de l'énergie, et de son mari, le sénateur Phil Gramm, grassement payés par Enron. La corporation profitait ainsi de la déréglementation de l'énergie en Californie, exploitant à fond chacune des failles et n'hésitant pas à recourir à des coupures de courant planifiées afin de gonfler artificiellement le prix du KW/h.

    Les Français ne doivent pas accepter que leurs élus, chargés de défendre leurs intérêts, liquident les actifs de la nation au profit du privé.

    « La déréglementation repose par conséquent sur l'hypothèse naïve que les corporations respecteront les valeurs sociales et écologiques sans y être forcées par le gouvernement. Personne ne soutiendra sérieusement que les lois qui punissent le meurtre, le viol et le vol sont inutiles parce que les êtres humains sont socialement responsables. Alors comment croire que la personne corporative — créature psychopathe puissante et motivée — peut se gouverner seule ? » — Joel Bakan, La Corporation - La soif pathologique de profit et de pouvoir

    RépondreSupprimer
  2. Appel du 29 Mars 2019 la France libre à nouveau à Londres:

    https://www.youtube.com/watch?v=BAALS74X2Zw
    https://www.youtube.com/watch?v=jeMTxfwMhwE

    On est là ! on est là ! même si l'ue ne veut pas nous on est là !

    RépondreSupprimer
  3. J'irai voter aux élections européennes. Pour l'UPR. Pour, à terme, sortir de l'Union Européenne et pour sortir de l'Otan. Et pour renationaliser toutes les activités qui auraient dû rester dans le domaine public. Cordialement

    RépondreSupprimer
  4. Il faut que Macron, soit battu aux Européennes, c'est impératif pour mettre fin à son arrogance, à son mépris et à son sentiment de toutes puissance. J'imagine avec satisfaction, le pied de nez que cela représenterait pour celui qui se voit comme le leader de l'Europe!!! Or en l'état actuel, il n'y a qu'une seule liste qui rivalise avec celle de LREM et qui peut l'emporter, mon choix est donc fait!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est EN FRANCE que Macron doit être battu si l'on veut changer quelque chose. Ce ne sont pas quelques députés intégrés dans l'UE qui sauveront la situation. Ce n'est qu'une illusion qui protège cet ordre des choses.

      Supprimer
  5. Le petit caïd assis sur le trône ne s'attribue que le rôle de conducator des "nouveaux collabos" de la nouvelle "souveraineté européenne" (voir sur le blog: "Sors d'ici Jean Moulin"). Il n'est que le porte-flingue de l'UE imposant les volontés de l'immondialisation capitaliste.Ce n'est pas lui qu'il faut "battre" mais l'UE qu'il faut abattre en en sortant pour reconquérir souverainetés populaire et nationale.Le parlement n'est qu'une institution imposée par l'UE comme miroir aux alouettes d'une démocratie inexistante car interdite. Voter pour SON parlement, c'est, inévitablement, voter POUR l'UE. Quel que soit le score du petit Pétain, quelle que soit la composition de ce parle-ment, nos souverainetés et toute bribe de démocratie resteront où les a jetées l'UE: à la poubelle de l'Histoire.
    Méc-créant.
    (Blog: "Immondialisation: peuples en solde!")

    RépondreSupprimer
  6. Le Frexit est la seule voie. L'UPR avait ouvert la voie en demandant le vote de la procédure de destitution de Macron par la voie parlementaire, mais les fêlons de l'opposition s'en sont bien gardés.
    Cette alternance molle Droite Gauche qui sert toujours la soupe aux mêmes doit être pulvérisée.

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.