L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

jeudi 29 janvier 2015

Pourquoi l'Occident cherche le conflit avec la Russie?

V. Nuland

Ces derniers jours, une vague très bien coordonnée d'attaques vient de se produire contre la Russie, sur la scène des déclarations politiques. Que ce soit des Etats Unis, de l'UE ou d'Ukraine, chacun veut faire de la Russie un agresseur. L'Occident est-il à ce point affaibli pour tenter de regrouper ses forces face à un ennemi commun?


La création de la figure de l'ennemi est très utile. Elle permet de regrouper des cercles différents, qui n'ont pas de projets constructifs communs, derrière un même danger. Les divergences sont minimalisées face à un danger commun. C'est le premier intérêt de la montée en puissance du discours anti-Russie auquel nous venons d'assister. Car l'unité oublieuse n'arrive pas à se faire autour de la nouvelle idéologie monopolisante en Occident. La vague Charlie hebdo fait grincer les dents, trop de faibles voix s'élèvent, trop d'arrestations - même pour Amnesty international. La Grèce s'est ouvertement révoltée contre l'idéologie imposée par l'UE. Ce qui donne des idées à d'autres. En Ukraine, les mères et femmes d'appelés refusent de laisser partir leur fils ou leur mari. Donc faire oublier ses divergences devant un danger imminent, ce grand ours russe qui va venir piétiner l'Europe. Mais l'Europe en sortira vainqueur car elle est protégée par les Etats Unis. C'est à peu près le discours qui nous est servi. 

L'autre intérêt est de maintenir un état d'esprit particulier, presque celui d'un état de guerre permanent, lors duquel les gens sont prêts à accepter plus de sacrifices qu'ils n'en accepteraient en temps normal. Pensez-vous que les jeunes sursauteurs du Maïdan se battaient pour donner tout le pouvoir aux oligarques? Pour voir leur pays sombrer, vivre beaucoup moins bien qu'avant, sans réelles perspectives d'amélioration sinon le passage à l'économie de guerre dans toutes les régions demandé par le Premier ministre Yatséniuk? Depuis quand fait-on la révolution pour aggraver la situation? La figure de l'ennemi si proche et si dangereux est ici aussi très utile, car ainsi il est responsable de tous les échecs.

Dans ce contexte, somme toute instable pour le néolibéralisme triomphant qui ne veut s'avouer, la crise ukrainienne ne doit, à aucun prix, trouver une solution politique. Tout dialogue entraîne des compromis, toute réelle réforme constitutionnelle oblige un consensus et donc à terme une normalisation. Or, justement, cette issue est dangereuse.  C'est pourquoi les débats sur la nouvelle Constitution traînent, la lustration permet de se débarrasser des opposants ou indépendants, le conflit armée dans l'Est de faire de la Russie l'agresseur tant attendu.

Ainsi le Président ukrainien, Poroshenko fait déclarer par la Rada la Russie comme pays agresseur. Oubliant que ce n'est pas la Russie qui a financé le Maïdan, lui ayant permis de renverser dans le sang le régime et de prendre le pouvoir. Oubliant que ce n'est pas la Russie qui bombarde le Donbass, mais l'armée ukrainienne et les différents bataillons, avec l'appuie des pays de l'OTAN, voire de l'OTAN lui-même. 

Il veut également faire reconnaître les Républiques de Donetsk et Lugansk comme des organisations terroristes. Mais là, l'Assemblée du Conseil de l'Europe s'est arrêtée. Il faut dire que c'est du jamais vu de vouloir faire reconnaître une partie de son territoire comme organisation déjà, ensuite terroriste.

Que reste-t-il des accords de Minsk après cela? Avec qui discuter de paix? Cela permet à Poroshenko de rompre les pourparlers sans les rompre formellement. On reste dans le non-droit, car ces actes pris par la Rada n'ont aucune force juridique, nous restons dans le marécage politique. En revanche, ils peuvent avoir des conséquences juridiques. Par exemple, faire de ses territoires des "organisations", c'est de facto une reconnaissance d'indépendance, sur le plan politique, car il en fait quelque chose d'extérieur à l'Etat ukrainien. Ce qui est une absurdité et politique et juridique. Politiquement, car cela ne présente aucun intérêt s'il veut réellement les récupérer, notamment par le dialogue ou même les écraser par la force. Juridiquement, un morceau d'un territoire d'un pays ne peut être "une organisation". Ce serait en tout cas une nouveauté dans les manuels de droit constitutionnel.

Ce qui donne du sens politique à tout cela et le remet en perspective, c'est la sortie de V. Nuland: "Nous devons mettre en place des centres de commandements et des centres de contrôle dans les six pays qui se trouvent sur la ligne de front".

Quelle est cette ligne de front? C'est la frontière avec la Russie, "le pays agresseur", le nouveau front de l'Est, ou peut-être une sorte de profanation du devenu célèbre "front ukrainien". Donc il faut que les Etats membres de l'OTAN s'engagent dans un processus de création de forces d'intervention rapide qui peuvent réagir rapidement aux problèmes qui se posent dans la région. En d'autres termes, V. Nuland, en charge des relations extérieures américaines pour l'Europe et l'Eurasie, prévoit un début de plan de guerre contre la Russie. Et le fait que tous les pays limitrophes de la Russie ne soient pas membres de l'OTAN ne la dérange pas. Cette confusion va permettre de contourner l'interdiction d'incorporer l'Ukraine dans l'OTAN. A nouveau par une négation du droit et un marécage politique. La victoire du droit du plus fort, assez primaire comme attitude, mais qui semble correspondre à l'époque en général.

Pour continuer, et clore cette série surréaliste, il ne reste qu'à citer la décision de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe de reconduire les sanctions contre la délégation russe, la privant de son droit de vote et de sa représentation dans les organes de direction, jusqu'à avril. La décision a été prise par 160 voix pour, 42 contre, 11 se sont abstenus. En réponse, la délégation russe a décidé de ne pas participer toute l'année aux débats de l'Assemblée parlementaire, de ne pas coopérer non plus et de poser d'ici à la fin de l'année la question du bien-fondé de sa participation, en principe, au Conseil de l'Europe. L'Europe s'est ainsi retiré un instrument de coopération.

A la suite de cela, il est donc évident que: 
  • les Etats Unis et l'UE ne cherchent aucun moyen de coopération avec la Russie et la crise ukrainienne est un moyen de consommer le divorce;
  • la crise ukrainienne ne pourra se régler sur le plan diplomatique, que lorsque le rapport des forces aux Etats Unis aura changé;
  • il devient à propos de poser la question du dévoiement d'une institution aussi respectable que le fut le Conseil de l'Europe: peut-on dire qu'il remplisse sa mission en rejetant le dialogue avec un pays-clé dans le conflit central de l'espace européen aujourd'hui, le seul pays qui cherche une solution pacifique?




15 commentaires:

  1. Bonjour,
    J'ai regardé avant si vous publiez sur Agoravox. Je ne sais pas si c'est pertinent de votre point de vue mais je pense que cet article (entre autres) mérite d'être lu également sur d'autres supports de publication.
    En tous cas merci pour votre travail.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas où on va mais on y va ...Petit à petit la situation s'enfonce , dégénère. Finalement les US arrivent à leurs fins, parvenant là où ils veulent nous mener : la guerre.
    Et la Russie a sa part de responsabilité dans ce marasme. La situation serait beaucoup plus claire si la Russie n'avait pas reconnu Porenchenko comme légitime. Appelant un coup d’État un coup d’État ! Et reconnu LNR et DNR. Il est temps pour la Russie d'avoir une politique claire et lisible n'attendant rien d'un occident nauséabond sur le déclin et révisioniste (regardez bien la photo de Nuland. N'a-t-elle pas l'air d'être parfaitement allumée ?).
    Le mal économique est déjà fait alors où est vraiment le problème pour la Russie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reconnaître un dirigeant légitime ou pas ne change malheureusement rien. Quand certains (vous voyez qui) ont décidé que guerre il y aura, et bien malgré toutes les bonnes intentions de certains, guerre il y aura...

      Supprimer
    2. Voici un article qui vous éclairera mieux sur ce que j'ai voulu dire :
      http://www.comite-valmy.org/spip.php?article5562

      Arrêter de danser autour des accords de Minsk
      Alexandre Nagorny
      mardi 3 février 2015, par Comité Valmy

      Supprimer
    3. Non Anonyme, la Russie n'a pas reconnu à ce jour LNR et DNR ("Comme la Transnistrie, la Nouvelle-Russie n'est pas reconnue par la Russie qui incline plutôt vers une fédéralisation de l'Ukraine" selon extrait "Nouvelle-Russie (Etat)" sur Wikipedia). Vérifiez vos informations avant de les publier ! La Russie a très peu de responsabilité en Ukraine sauf à continuer de lui vendre son gaz que refuse de payer l'Ukraine au prix du marché en exigeant un prix "ami" (càd avec rabais de 40 à 50%, gonflé tout de même !) tout en lui crachant à la figure (encore plus gonflé !) et en se réclamant pro-marché ; in fine, l'Ukraine est couverte de dettes envers la Russie de plusieurs dizaines de milliards de dollars au titre de livraisons de gaz du passé non payées à ce jour (et autres aides), que vous et moi doivent/devront payer par l'intermédiaire de l'UE et du FMI, argent que l'Ukraine détourne ensuite pour s'approvisionner en armes auprès de cette même UE et de l'OTAN pour bombarder ses propres citoyens...

      Supprimer
    4. Je suis bien d'accord avec vous mais décidément soit je ne m'exprime pas bien soit lisez plus attentivement. Je disais : "La situation serait beaucoup plus claire si la Russie n'avait pas reconnu Porenchenko comme légitime (appelant un coup d’État un coup d’État) et avait reconnu LNR et DNR. Il est temps pour la Russie d'avoir une politique claire et lisible, etc...Il s'agissait d'une hypothèse induite par "si".
      Apprenons au moins à nous comprendre lorsque nous défendons les mêmes causes et sommes émus par les mêmes injustices.
      Bien à vous.

      Supprimer
  3. Le problème c'est la guerre, celle qui ferait de nous européens les fantassins des américains et les ennemis tout à fait involontaires des Russes qui eux-mêmes ne nous perçoivent pas comme des ennemis...
    C'est assez paradoxal cette situation. C'est ce qui me rend optimiste car nous n'avons encore jamais vécu une telle situation schizoïde. De la folie viendra peut-être le Renouveau...

    RépondreSupprimer
  4. Dieu vous entende, Anonyme! Je voudrais bien considérer tout cela sous un jour optimiste... Nous ne voyons en effet qu'infamie et folie à un point incroyable. Dieu veuille qu'il en sorte un Renouveau sans provoquer plus de dégâts que ces malades et ces tordus n'en ont déjà faits!

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi faire plonger l'Europe dans un simulacre de guerre dans l'immédiat et pourquoi ne pas bâtir l'UE avec la Russie ?

    RépondreSupprimer
  6. D abord il faut que les russes quittent le territoire d un état indépendant et arrêtent de financer le massacre qui a fait perdre la vie aux innocents. Ensuite, il convient d instaurer le dialogue entre l Europe les USA et la Russie. La population ukrainienne paye le prix cher. L intérêt de la Russie est de diviser les ukrainiens et de continuer a les manipuler a lest en faisant du chantage "si vous ne nous acceptez pas, vos prestations sociales seront arretees...." la Russie a une responsabilité importante qu elle ignore... Jusqu'à présent personne ne faisait réellement distinction entre russe et ukrainien... Cette invasion russe a changé bcp de chose parmi la population civile... L Ukraine n es t pas limitée l est.... L Ukraine de l ouest existe aussi, elle perd ses compatriotes dans un conflit qui n a pas lieu d être....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de quelle invasion russe parlez-vous ?

      Il s'agit d'une guerre civile entre une junte qui a déclaré un pronunciamento pro-occidental (soutenue par l'Union Européenne et les USA) et partisans russophones fédéralistes des provinces de l'Est (soutenus par la Russie).

      Comme pour toute guerre civile, des deux côtés, il y a des combattants allogènes, (mercenaires, miliciens nostalgiques de Das Reich, partisans idéalistes et volontaires du type Brigades internationales) et des puissances économiques d'intérêts divergents.

      Ce sont ces derniers qui ont en fait été déterminants pour cette guerre déclarée dans un pays ou l'immense majorité ne demandait qu'une chose, vivre en paix.
      Car tout n'était au départ qu'un combat d'influence entre quelque oligarques dont chacun tentait de préserver et de consolider la fortune de sa famille au détriment de celle des autres.
      Dans l'affaire, les clans Ianoukovytch, Iouchtchenko et Timochenko se sont entre-déchirés à coup de révolutions biaisées et d'élections frauduleuses, pour au final disparaître au profit des familles Porochenko, Kolomoïsky qui tentent de cohabiter à la va-comme-je-te-pousse avec des groupes extrémistes plus violents et racistes qu'autre chose. Cela avec des mesures culturelles et économiques discriminatoires.
      Ce qui a entraîné l'émergence dans les provinces de l'est d'un mouvement populaire ouvertement identitaire se réclamant d'un droit à l'autonomie dans un ensemble fédéral.
      On retrouve la cause récurrente de la plupart des guerres civiles : souverainistes centralisateurs vs fédéralistes.

      Chaque fois que les armées du gouvernement autoproclamé se retrouvent en difficulté, l'oligarque de service dénonce une invasion Russe, seul moyen pour lui de justifier la défaite de troupes régulières par définition mieux équipée, mieux organisée et mieux entraînée face à des résistants.
      Nous devons en être maintenant à environ 40 "invasions" Russes en un peu moins de 9 mois.

      Donc de quelle invasion parlez-vous ? Où ça ? Combien de divisions ? Combien d'escadrons blindés ? Combien d'escadrilles ?
      Parce que l'armée Russe, c'est quand même quelque chose qui se voit, surtout quand elle envahit. Or j'ai cru comprendre que les villes de l'est Ukrainien sont plutôt bombardées par des avions et des blindés de l'armée régulière ; pas vous ?

      Supprimer
    2. Commençons par faire quitter le Donbass aux mercenaires de l'Otan : baltes, polonais, anglo-saxons,...
      Dîtes-moi aussi ce que viennent faire les USA dans ces négociations ? Un aveu ?

      Supprimer
  7. Il est amusant de voir que cet article est (justement) illustrée par l'illustre Nuland dit "Fuck the EU", dit Bomb Bomb baby, dit Kill'em all ...
    La réponse au titre à été débattue de nombreuse fois selon différent point de vue mais rarement en profondeur sur la raison du pourquoi.

    Je pense que tout le monde ici se rend compte que les USA sont en guerre permanente depuis le 1er jour de leur existance. Génocide de 20-25 millions d'habitants des 1ere nations, Canada, Mexique, nord-sud, etc... (Howard Zinn)
    Durant toute leurs guerres, ils ont TOUJOURS profités de la destruction des autres. Comment changer 400 années de comportement collectif ?
    Si l'on tient à plonger un peu plus dans le pourquoi, Morris Berman rappelait Hegel avec sa "négative identity", l'identité d'une société qui se fait par opposition aux autres, on est "good" parce que les autres sont "bad", on est développés par ce que les autres sont sous-dévelopés ("vous avez ĺ'électricité en France ?"), on est en paix parce que les autres sont en guerre...
    Dans un mode capitaliste seul le capital compte, le reste n'existe pas; ce capital doit croitre à l'infinie. Quand le capital aura tout, et bien il en voudra plus bien sûr, c'est cela la beauté de l'infinie.
    Les raisons de prendre ce que possède ĺ'autre ne manque pas et la Russie ou d'autres qui ont quelque chose à voler (terre, pétrole, gaz...) n'ont qu'a attendre pour voir venir la guerre.

    La guerre n'a jamais manqué de pretexte dans l'histoire humaine.

    Le plan, le besoin même c'est donc la guerre en effet. La Russie aujourd'hui, demain les autres, c'est comme ça il faut l'accepter ou le rejeter mais il faut avant tout il faut ouvrir les yeux.

    Bonne journée à tous

    f(x)

    RépondreSupprimer
  8. « L'arbre de la liberté doit être revivifié de temps en temps par le sang des patriotes et des tyrans. » Le président des usa Thomas Jefferson. Les usa ont toujours fait des guerres. ils ont plus de 100 guerres à leurs actifs. c'est difficile de les changer et ils doivent créer des guerres. Il ne faut pas être aveugle pour voir cela; si vous ne le voyez pas, vous ne vivez pas dans le même monde que nous. toutes les guerres sont des guerres des dominations , des guerres pour leur économie. C'est pourquoi ils ne veulent pas que le nouveau monde arrive, le nouveau monde basé sur l'entente et la cooperation( pas l'imposition ). Retenez ceci: "Les empires ne meurent jamais dans leur lits".

    RépondreSupprimer
  9. cette Nulle end est toujours là, alors qu'elle a déjà tenu des propos intolérables sur l'Europe
    que nous ne soyons pas capable, nous européens de la renvoyer dans son cher pays en dit long sur notre soumission à l'oncle Sam
    nos politiques nous le paierons un jour.......

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.