L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

lundi 21 juillet 2014

Massacres à Donetsk et Lugansk loin des caméras

Les tanks ukrainiens envoyés sur Donetsk
Alors que toutes les caméras et les journalistes ne s'intéressent qu'au crash du Boeing de la compagnie malaisienne dans la région de Donetsk, prenant consience qu'une guerre a lieu, qu'elle est dangereuse, personne ne s'intéresse aux massacres et à la destruction des villes de Lugansk et Donetsk. C'est-à-dire à la guerre elle-même. C'est simple, s'il est facile d'accuser les combattants et la Russie pour l'avion, cela devient absurde de les accuser de se détruire eux-mêmes à Donetsk et à Lugansk.. Il ne reste que la propagande ukrainienne pour le faire. Mais pendant ce temps, l'armée ukrainienne et ses différents groupuscules attaquent les villes de Lugansk et Donetsk, envoie des colonnes de tanks, utilisent à nouveau les armes chimiques, sans que cela ne provoque trop d'émotion.

Sans grands succès d'ailleurs, l'armée ukrainienne a voulu prendre d'assaut la ville de Lugansk. Elle a réussi a détruire des quartiers d'habitations, à faire 20 morts et plus d'une centaine de blessés - vue la situation, il est difficile d'avoir le chiffre exacte du nombre des blessés.
Regardez cette vidéo, si vous voulez être certains de ne pas être manipulés. Les corps à terre, enfin ce qu'il en reste, ne sont pas des corps de combattants armés, mais de simples habitants. Mais elle est vraiment horrible, donc vous pouvez aussi me croire sur parole.
Les observateurs de l'OSCE sont allés sur place pour enquêter et voir de leurs yeux ce qui reste de la ville attaquée. Peut être qu'à force de fixer les éléments, un véritable rapport émergera. Voici leur visite:
Cette horreur aurait pu déjà largement suffir, mais non. L'attaque a ensuite concerné Donetsk. Et tous les moyens sont bons. Le recours, encore une fois, aux armes chimiques - le phosphore blanc - dont l'utilisation est interdite à proximité des zones habitées. Or, ici, ce sont les zones habitées qui sont justement prises pour cibles.


Le vice premier-ministre de la République populaire de Donetsk a décidé que cette fois c'en était trop et les autorités locales vont s'adresser à la Cour pénale internationale pour sanctionner l'utilisation par l'Ukraine d'armes interdites, autrement dit ils veulent faire condamner l'Ukraine pour crime de guerre.

L'attaque de la ville à la roquette par Grad a commencé à 4h du matin, heure locale, le maché de la ville est en feu, les immeubles à proximité détruits. La gare a été attaquée par l'aviation. Malgré tout cela, la ville ne tombe pas, comme Lugansk n'est pas tombée. Alors, l'Ukrainne a envoyé une colonne de tanks pour parachever l'attaque.


Voici ce qui se passe dans la ville:



L'administration de la ville affirme qu'il y a déjà des morts, mais il est difficile d'avoir des chiffres précis, les combats continuent, les gens se terrent dans les caves.

Pour ne voit-on pas ces images au 20h? Où sont les journalistes étrangers? Sur Twitter, un journaliste français, dont j'aurai la délicatesse de taire le nom, écrivait qu'il ne faut pas croire ce qui est écrit sur internet, ni dans les sites de militants, mais juste ce qu'écrivent les journalistes sur le terrain.

J'aimerais tellement!!! J'aimerais tellement qu'ils soient sur le terrain pour montrer les faits tels qu'ils sont. J'aimerais tellement que ces images perturbent le repas familial du soir, qu'elles coupent l'apétit - au moins pour le dessert - et qu'elles provoquent quelques cauchemars.

C'est la seule manière de mettre fin à ce conflit sanglant. Sanglant de tous les côtés, des combattants, des soldats et des civils. Et il y en a déjà plusieurs milliers. De morts. Directs, sans compter les morts indirects, comme ceux de l'avion.

Alors j'aimerais beaucoup enfin pouvoir croire les journalistes, mais ces images je ne les vois pas au 20h. Il est pourtant en leur pouvoir de provoquer l'arrêt du conflit.


7 commentaires:

  1. je suis pétrifié par ces images , l émotion m étreint fortement , d autant que les responsables sont les les néo conservateurs anglo saxons qui sont toujours en train d invoquer le nom de dieu ( Good we trust ) devise des USA , peuple qui doit sa prospérité à l exploitation d'autres peuples
    ( indiens , chinois , hispaniques , africains ) le mal c est le monde anglo saxon néo conservateur

    RépondreSupprimer
  2. Stop stop vous êtes fous de croire ces images. Faites des recherches, des comparaisons, voyez comme la télé russe n'est qu'une grande manipulation. Dans la première vidéo, je parie que les victimes sont arrangées au ketchup et la musique angoissante est digne des séries B d'Hollywood. Dans la dernière, trois images qui ne disent rien se répètent en boucle. C'est vraiment mal fait. Ce qui est terrible, c'est que milliers de gens incapables d'une simple analyse d'image finissent par croire que les ukrainiens sont des terroristes. Du coup, c'est vraiment la Russie qui implante de fausses idées dans la tête de ses citoyens pour légitimer une guerre absurde. Bande de couillons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pourriture néocons. scums.

      Supprimer
  3. pour anonyme de 2004
    vous regardez trop nos radios et télés de FRANCE , osez parler de manipulationsEn russie ;je rigole ici, c'est quoi ?Vous étes lobotomisé du cerveau il ne vous reste que la partie Gauche et en plus anonyme ...

    RépondreSupprimer
  4. Les pourritures de Kiev, manipules par les amerlocs payeront un jour pour tout ca.
    L'horreur a l'etat pur, images de realite effroyables a regarder, et pendant ce temps la silence radio sur les ondes francaises.
    Reveilles vous, l'opinion est manipulee. Reflechissez qui sont les mechants.

    RépondreSupprimer
  5. Je découvre votre blogue, via les-crises.
    Pour (mal) commencer, je regarde votre profil et j'y lis avec horreur
    Sexe: F, Secteur: Droit !!!!
    Heureusement que nous avons aussi un peu d'humour (caustique, j'avoue)

    :-)

    Bon courage.

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.