L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

lundi 23 avril 2018

L'illusion de la guerre froide et l'ONU: on ne réforme pas l'ordre international



Le secrétaire général de l'ONU vient de déclarer qu'une nouvelle guerre froide est en cours, mais que cette fois-ci les structures internationales sont inopérantes. Pour autant, s'agit-il réellement d'une guerre froide, tel que nous l'entendions avant la chute de l'URSS. Il s'agirait plutôt d'un combat pour un monde unipolaire (globalisé et atlantiste) ou multipolaire, duquel pourra résulter un nouvel ordre international et donc de nouvelles structures le représentant.



Le terme de guerre froide revient de plus en plus souvent dans le discours. Dernièrement, c'est le secrétaire générale de l'ONU, Antonio Guterres qui a souligné le retour à un conflit entre les Etats-Unis et la Russie selon les modalités de la guerre froide, bien  que cette fois-ci l'on ne puisse plus parler de l'existence de deux clans qui se combattent.

Et pour cause, l'hégémonie américaine qui s'est soi-disant "naturellement" imposée avec la chute de l'URSS, qui a donné l'impression d'une victoire incontestée et incontestable de l'idéologie globaliste et du rôle central des Etats-Unis dans ce schéma n'avait en fait rien de naturel. Elle était le résultat conjugué d'un fabuleux travail de sape, tout autant que celui des faiblesses objectives de l'idéologie socialiste et de la gouvernance soviétique. Mais cela n'implique pas que la domination objective, à un moment donné, des Etats-Unis dans l'ordre mondial ne soit ni contestée, ni contestable. Qu'elle soit un acquis. Qu'elle soit perpétuelle.

Il ne s'agit pas réellement d'une guerre froide comme on aime à le dire essentiellement puisqu'il s'agit d'un schéma connu. Et tomber dans l'inconnu est toujours inconfortable. A l'époque de la guerre froide, le monde était partagé et d'une certaine manière stabilisé. La structure de l'ONU telle que nous la connaissons aujourd'hui en est le résultat. Résultat d'un rapport de forces posé.

Lorsque le secrétaire général de l'ONU déclare que le Conseil de sécurité n'est plus apte à résoudre les conflits, il a raison. Lorsqu'il affirme qu'il ne représente plus l'équilibre du monde contemporain, il a raison. Mais lorsqu'il incite à réfléchir à sa réforme - maintenant, c'est dangereux.

On ne réforme pas l'ordre international, on le change. Les structures internationales sont le résultat d'un conflit, d'un rapport de force, elles l'entérinent. L'ordre international n'est pas réformable. Il ne peut être modifié que lorsqu'un nouvel équilibre des forces a été atteint, équilibre qu'il va alors traduire. Pour l'instant, le conflit est encore en cours.

4 commentaires:

  1. Faut-il vraiment changer ou réformer l'ordre international puisque, par la force des choses, il a déjà été mis à la poubelle ?
    Restaurer serait pour moi le terme plus exact puisqu'il s'agirait de rétablir cet ordre dans ses principes originaux.
    Cela nous renvoie à un très vieux combat entre l'ordre œcuménique et l'ordre westphalien. Jadis, le maître de l'ordre occidental (ne pas oublier cette précision) était le pape, celui qui pouvait mettre en veilleuse les ambitions des princes pour les rassembler sous la bannière des croisades.
    L'affaiblissement de la papauté et les guerres de religion virent s'imposer l'ordre westphalien précisément contre une puissance qui prétendit incarner l'ordre œcuménique, l'empire d'Espagne.
    Je crois qu'une prétention du même ordre s'est produite avec les Etats-Unis, ce qui va bien au-delà de la seule volonté d'unipolarité. Ce pays est devenu dangereux parce que son sens de l'équilibre politique s'est noyé dans une mystique suprémaciste incompatible avec l'esprit même du traité de Westphalie.
    Cette dérive remonte à très loin (l'assassinat de Kennedy et le Watergate en furent des symptômes) mais la disparition de l'URSS permit d'en lâcher les vannes.
    LG

    RépondreSupprimer
  2. Conflit artificiel même s'il est réel; la tempête souffle en vain en Russie, et le printemps vient; Poutine est élu avec un score impressionnant; en Europe et aux USA c'est le chaos, électoral et migratoire, ..., qui est le mieux loti? La Chine devient puissante et alliée des Russes, naturellement cette fois. L'ONU doit être en pays neutre: première des réformes! à Genève? (1re réforme qui peut ne pas attendre)

    RépondreSupprimer
  3. Les USA ont du mal à admettre que l'ONU ne doit pas être dévolue à leurs seules volontées; c'est un champ diplomatique où toutes les nations s'expriment et leur but premier se doit d'être la paix mondiale. Les Anglos-Américains ne l'entendent pas de cette oreille, eux ne voient que leur intérêt propre dont le but est un monde unipolaire, sous leur commandement. Et le seul moyen d'y arriver est, à leurs yeux, la guerre, mais, chez les autres, bien sûr. NON et NON, surtout pas cette solution.L'Europe se doit de se dégager de cette tutelle et recouvrer son indépendance. L'ONU doit continuer son rôle diplomatique et refuser le dictat des Anglos-Américains.

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.