L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 21 février 2020

Ingérence russe : faute de pouvoir gagner dans les urnes, les Démocrates relancent la propagande



La politique américaine n'en finit pas de se répéter, à l'absurde, à l'ennui, à l'exaspération des humeurs et des résistances. Les Démocrates n'ayant pas réussi à obtenir un Impeachment de Trump et ne pouvant réécrire l'histoire de leur défaite électorale tout en se sentant mal partis pour les prochaines présidentielles, accusent par avance la Russie - et personnellement Poutine - de leur futur échec. En effet, comment risquer de croire que leur idéologie mortifère ne satisfait pas la population, qui veut sortir de l'impasse socio-économique où elle a été plongée ? Trump a effectivement de très bonnes chances, ce que le Deep State ne peut accepter. Un morceau de propagande digne des grandes oeuvres de la Pravda dans le New York Times de ce matin : ils en sont certains, la Russie va chercher à faire élire Trump. Des preuves ? Quelle importance. Ils sont convaincus - j'hésite sur le nombre de syllabes.

jeudi 20 février 2020

Pourquoi le départ de Surkov ne va pas changer le cours de la politique en Russie

Volodine, Kirienko, Surkov, trois visions de la gouvernance


Le Président russe Vladimir Poutine a signé l'oukase mettant fin aux fonctions de conseiller présidentiel de Vladislav Surkov, le cardinal gris du Kremlin, peu après que celui-ci ait fait annoncer son départ. Il est vrai que son étoile ne brillait plus depuis quelque temps, son poids s'est fortement réduit avec les années et l'intérêt qu'il portait à la crise ukrainienne était très léger par rapport à l'époque glorieuse de la conception de la politique intérieure, aujourd'hui dévolue à Kirienko. L'époque du père de la "démocratie souveraine" est passée, à tel point qu'il serait plus juste de se demander non pas en quoi son départ va changer la politique russe, mais en quoi le changement de politique en Russie a logiquement conduit à son départ.

mercredi 19 février 2020

Billet du jour : cette société de la consommation qui n'a rien à proposer à la jeunesse



Hier, le FSB a interpellé deux adolescents en Crimée, qui préparaient des attentats contre deux établissements scolaires dans la ville de Kertch. Pour continuer le thème développé il y a quelques jours ici au sujet de la condamnation pénale du groupe de jeunes anarchistes terroristes "Set", quelques données officielles sur la radicalisation par internet des adolescents en Russie. Il serait bon de s'en souvenir le jour de leur condamnation. Et d'en profiter pour réfléchir à la société déshumanisée que nous bâtissons avant tant d'acharnement. Quelle place laisse-t-on réellement à la jeunesse ?

mardi 18 février 2020

Internet : l'UE laisse le choix entre la censure et l'autocensure



Ce 17 février, le commissaire européen Thierry Breton vient d'annoncer l'intention de l'UE de prendre en main le champ d'internet, encore quelque peu trop indépendant, malgré une censure de plus en plus forte, dès que l'on sort des photos de vacances, des chats ou couchers de soleil. Le message est clair : soit les plateformes contrôlent elles-mêmes les contenus haineux, illicites et les mythiques "fake news", soit elles vont faire l'objet de "mesures contraignantes". Ah! Qu'en termes galants ces choses-là sont mises! Finalement, soit la ligne idéologique est tenue, soit les plateformes vont avoir des problèmes. Donc, nous aussi.

lundi 17 février 2020

De Pavlensky au groupe terroriste "Set" : pour l'Occident, les prisonniers politiques n'existent qu'en Russie



L'Occident et l'Internationale des droit-de-l'hommistes semblent particulièrement aimer les prisonniers russes ... tant qu'ils sont en Russie. L'absolu de la liberté d'expression, sans responsabilité possible, s'arrête irrémédiablement aux frontières russes. Comme l'illustre le cas (pathologique) de Pavlensky, prisonnier politique sous Poutine, malade criminel sous Macron, voire agent de Poutine en France. Comme il faut renouveler l'objet de la compassion, la France a choisi de nouvelles "victimes", un groupe de jeunes anarchistes armés, qui viennent d'être condamnés à des peines lourdes. Comme ils sont encore en Russie, leur condamnation par la justice est injuste. C'est évident.

jeudi 13 février 2020

Le vote par internet et les errements de la démocratie



Le vote est au fondement du système démocratique, car il est le moyen technique qui permet de matérialiser les décisions individuelles qui vont donner corps à l'expression de la volonté nationale. Techniquement, il peut se réaliser de différentes manières (à main levée, à bulletin secret, à distance, etc), l'essentiel est que la manière dont il est mis en oeuvre permette de respecter, et la sincérité du choix, et son indépendance. Or, sous couvert du culte de la "révolution technologique" et d'une société "en pleine évolution", la question du vote électronique par internet, pour nos sociétés smartphonisées, est régulièrement montré comme le summum de la (post)démocratie. Chemin qui serait inéluctable. Mais est-il souhaitable ? Cette question du vote électronique, puis par internet se pose dans de nombreux pays occidentaux, notamment en 2019 au Québec. Il a été intégré dans plusieurs cantons en Suisse, a été tenté ponctuellement aux dernières législatives en Russie sans grand succès (ni enthousiasme de la population). La question se pose avec sérieux en Belgique.

mercredi 12 février 2020

Quand BFM reconnaît officiellement la dissidence en France ... et donc l'autoritarisme



Dans un article au titre quelque peu surprenant, en France, pays dont le régime politique se veut démocratique, BFM légitime dans le discours journalistique courant le terme de "dissident". Or, ce terme a été popularisé en Occident lors de la guerre froide avec l'apparition de la catégorie des "dissidents soviétiques", ceux qui s'opposaient à la ligne officielle du Parti, catégorie qui n'était censée pas exister dans les pays du Bloc de l'Ouest. Macron invite à l'Elysée les députés de sa majorité ... et les "dissidents".