L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 13 juillet 2018

Syrie - Deraa: vers une victoire militaire d'Assad et de la Russie, que l'Occident ne peut accepter en l'état



La guerre en Syrie n'est pas une exception, elle ne pourra pas être gagnée que par les armes, mais elle ne pourra pas être gagnée sans les armes. Alors que l'armée régulière syrienne reprend sans cesse du terrain, l'Occident réagit ... assez étrangement, si la question de la lutte contre le terrorisme, si l'intégrité territoriale évoquée ailleurs avec tant de force n'étaient pas des préoccupations à géographie variable. Alors que la grande ville sudiste de Deraa voit à nouveau flotter le drapeau syrien, la coalition américaine bombarde les alentours de Deir Ezzor, faisant des victimes civiles dans l'indifférence générale.

jeudi 12 juillet 2018

Pourquoi l'Ukraine n'est pas réellement en guerre contre la Russie



Au-delà des grandes déclarations sur "l'agression" russe en Ukraine et les cris "patriotiques" la main sur le coeur, l'Ukraine n'est pas en guerre contre la Russie. Certainement plus contre son propre peuple, ce qui est le propre des guerres civiles et des pays en décomposition. En attendant, le commerce entre les deux pays se portent de mieux en mieux. Les faits derrière le spectacle.

mercredi 11 juillet 2018

Vida et Vukovic: comment l'Ukraine monte un scandale autour de la FIFA



L'Ukraine ne participant pas à la Coupe du Monde semble souffrir d'une crise existentielle. Rien de tel qu'un bon petit scandale pour réveiller les bonnes âmes en cette période pré-électorale, qui n'annonce rien de bon. C'est ainsi que deux imbéciles de l'équipe croate, Vida et Vukovic, se sont fait gentillement manipuler après la victoire de la Croatie sur la Russie. D'une vidéo qu'ils pensaient privée, où ils dédiaient cette victoire à l'Ukraine (où ils jouent), celle-ci en a fait une opération politique.

mardi 10 juillet 2018

Le sénateur américain Kennedy ou pourquoi la russophobie n'est pas conjoncturelle

sénateur J. Kennedy


Début juillet, un groupe de sénateurs américains était venu en visite en Russie, tester le terrain avant le sommet Trump / Poutine du 16 juillet. Sur place, leurs déclarations avaient été plutôt contenues, ce qui avait provoqué l'ire de la presse américaine (voir notre texte ici). De retour dans leurs pénates, le vent tourne et la haine du pays ressort par la bouche du sénateur Kennedy: le Gouvernement russe n'est qu'une mafia qui n'a aucune philosophie politique, Poutine est un dictateur, aucune négociation n'est possible, le mieux est de tenter de les contenir. Mais pourquoi une réaction à tel point viscérale alors que finalement la Russie a repris la plus grande partie des traits occidentaux? Ou peut-être en raison de cela. Retour sur les faux espoirs, à chaque fois relancés dans l'establishment russe, d'être "enfin" accepté parmi "les siens". Comme si cela pouvait être un but de politique nationale.