L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

lundi 16 mai 2022

AvtoVaz : La Russie rachète les parts de Renault Russie et relance la production automobile nationale


Avtovaz, le géant automobile soviétique, dont le processus de privatisation a commencé très tôt, dès la chute de l'URSS, et de manière à l'époque très discutée, a conduit finalement dans les années 2000 à une alliance avec Renault, puis à la prise de possession de l'entreprise par Renault. Depuis la décision de la Russie de réagir aux agressions de l'armée ukrainienne en février, l'ordre global est donné de rompre toute coopération. Les entreprises françaises ne se pressent pas à quitter le marché russe, mais "pour raison économique" Renault a quand même décidé de vendre ses actions. Ainsi, avec ce conflit, la Russie revient non seulement sur les privatisations des années 90, renationalise sa production automobile, mais décide même de relancer des modèles propres, donc de remettre en cause les mythes de globalisation, dont celui du monde post-industriel. 

vendredi 13 mai 2022

Billet du jour : Ces atrocités commises par l'armée ukrainienne que l'ONU ne condamnera pas


Alors que le Comité des droits de l'homme de l'ONU lance la préparation d'une condamnation internationale de la Russie pour "les crimes" qu'elle aurait commis en Ukraine, les atrocités commises par l'Ukraine contre les soldats prisonniers, contre les civils pris en otage, contre les villes bombardées sans discernement sont simplement écartées d'un revers de phrase, même si elles sont prouvées autrement que par des "photos dans les médias". A la guerre comme à la guerre ! Qu'attendre d'autre de toutes ces instances qui entretiennent la guerre en Ukraine, sinon sa légitimation ?

mercredi 11 mai 2022

Mer Noire : l'Ukraine et l'OTAN ont perdu la bataille de l'île aux Serpents contre la Russie


L'île aux Serpents, ou île de Zmeiny, est un caillou de quelques kilomètres carré situé en mer Noire, non loin de la Roumanie, où se trouvaient les gardes-frontières ukrainiens au début du conflit, qui furent délogés par l'armée russe sans aucune difficulté. Depuis tenue par la Russie, cette île stratégique, qui devait être reprise par les Ukrainiens pour le 9 mai sur ordre des Britanniques, a conduit à une défaite significative de l'OTAN dans cette bataille - l'armée ukrainienne et la technologie otanienne y ont été écrasés par l'armée russe.

mardi 10 mai 2022

Billet électoral : l'union nationale doit se faire contre Macron


Le 12 juin se tiendra le 1er tour des élections législatives françaises. Si l'opposition ne se reprend pas en main, ne change pas de stratégie, elle sera à nouveau inexistante. Aujourd'hui, les dissensions qui existent entre les partis d'opposition, de droite ou de gauche, sont moins importantes que ce qui les sépare de Macron. Car la véritable question qui leur est posée, la question de confiance que les Français leur pose est aussi simple que directe : êtes-vous globaliste, et alors avec Macron et pour l'armement de l'Ukraine dans l'intérêt atlantiste, ou êtes-vous étatiste, et alors contre Macron et pour la défense de l'intérêt national contre les intérêts atlantistes, ce qui passe par la pacification des relations avec la Russie.

lundi 9 mai 2022

9 mai : Le Régiment Immortel à Moscou aujourd'hui en images et en musique




Après une rupture de deux années de gouvernance covidienne, le Régiment Immortel est de retour ce 9 mai 2022 en Russie. Pour vous permettre d'entrer dans l'ambiance très particulière qu'est celle de ce Régiment, à la fois festive et profonde, faite d'engagement, de convictions et de chansons, et simplement permettant aux gens d'être ensemble, de renouveler le lien à la Nation russe historique et immortelle, voici quelques photos et vidéos de son déroulement à Moscou. Profitez-en !

vendredi 6 mai 2022

Billet du jour : la tentative de coup d'Etat des instances européennes


Les réformes, qui se profilent en Europe sous couvert d'une plus grande "efficacité" et d'une plus grande "démocratie", préparent la fin officielle de la souveraineté des Etats, donc des Etats eux-mêmes, et la reprise en main du processus électoral, devenu beaucoup trop dangereux en période de crise politique profonde et de rupture consommée entre les élites nationales et les populations. Cela s'appelle un coup d'Etat, une tentative de prise définitive de pouvoir. Les pays européens sont à un tournant.

jeudi 5 mai 2022

NYT : Le renseignement américain coordonne l'activité de l'armée ukrainienne


A la guerre comme à la guerre, en plus de l'envoi d'armes, le renseignement américain et des pays de l'OTAN coordonnent les actions de l'armée ukrainienne sur le terrain, revendiquant la mort d'officiers russes. Combien de temps va-t-on faire semblant de croire que l'OTAN n'est pas une partie au conflit, qu'elle n'est pas la partie centrale de ce conflit ukrainien ?

mercredi 4 mai 2022

L'OTAN et la tentation d'extension du conflit ukrainien


La rhétorique politico-médiatique servie sur les ondes occidentales rappelle à s'y méprendre l'hystérie organisée avant l'invasion en Irak. La question ne serait pas de savoir si, mais quand Poutine utiliserait, soi-disant, l'arme nucléaire. Ce qui justifierait donc une "action préventive" des forces atlantistes. Parallèlement à la montée en puissance du discours, l'on observe également une intensification de l'activité militaire. Ce dangereux cocktail sert les intérêts de ceux, sur le territoire desquels ce conflit n'aura pas lieu.

mardi 3 mai 2022

De l'éternelle redéfinition des frontières occidentales de la Russie : l'Estonie se prépare-t-elle à sérieusement remettre en cause ses frontières ?


Le conflit qui se joue actuellement est aussi un conflit pour la redéfinition des zones d'influence et la question de la frontière Ouest de la Russie, qui à travers les siècles a été l'objet de nombreuses guerres, notamment avec la Grande-Bretagne et la France, est à nouveau sur le devant de la scène. L'Estonie, membre de l'UE, est lancée pour justement contester une partie de cette frontière occidentale de la Russie, qui est aussi la frontière orientale de la très atlantique Union Européenne. Et cela entraînerait la contestation d'une partie du territoire de la Russie des régions de Léningrad et de Pskov.

lundi 2 mai 2022

Azovstal : Les otages du bataillon ukrainien néonazi Azov


Hier, une centaine de civils sont sortis de l'ancienne usine Azovstal, transformée en base militaire ukrainienne à Mariupol et tenue par le bataillon néonazi Azov. Et les gens ont commencé à parler. Mais vous n'en entendrez pas un mot dans les médias occidentaux, car ils condamnent les groupes extrémistes de les avoir retenus contre leur gré. Cela s'appelle une prise d'otages. Et cela constitue un crime de guerre. Pourtant, personne en Occident ne le condamne, chacun se félicite de leur sortie comme si de rien n'était. Ce n'est pas de l'hypocrisie, c'est de la complicité.

vendredi 29 avril 2022

La guerre des Tribunaux pénaux internationaux : pour l'Ukraine et pour ... la Russie


Le Conseil de l'Europe vient d'être lancé pour que les pays membres présentent leurs derniers hommages au monde global et que, in fine, ils déclarent la guerre à la Russie, puisqu'ils sont sommés de créer un Tribunal pénal international devant enquêter sur les "crimes" soi-disant commis par la Russie en Ukraine (et uniquement eux), afin de donner une apparence civilisée à la condamnation politique des grands responsables politiques et militaires russes. Ils veulent tuer la Russie en touchant Poutine. C'est le scénario yougoslave, adapté aux circonstances, même si la situation est loin d'être aussi simple. La Russie, elle aussi, a commencé à monter des dossiers et à établir des structures pour juger les crimes commis par l'armée ukrainienne. Ainsi, une phase juridico-politique s'ajoute à la dimension militaire, alors que le conflit commence à se diffuser.

jeudi 28 avril 2022

L'Ukraine tire sur la ville de Kherson et tout le monde "atlantiste" se tait


Pendant que les Etats-Unis se demandent s'ils vont inclure ou non la Russie dans la liste des Etats finançant le terrorisme, afin de pouvoir adopter encore plus de sanctions sans trop répondre à la question de leur légitimité, Kiev a lancé trois missiles sur la ville de Kherson cette nuit. Sur une ville. Avec des civils. Où sont donc tous ces perroquets humanitaires, ils ne condamnent pas l'Ukraine de viser des villes et des civils ?

mercredi 27 avril 2022

Patrushev : la politique de l'Occident conduit à la division de l'Ukraine en plusieurs Etats


Suite à l'intensification des livraisons d'armes depuis les pays de l'OTAN et à la normalisation d'une rhétorique guerrière, la Russie, elle aussi s'adapte à cette nouvelle réalité et, désormais, envisage la possibilité d'une division de l'Ukraine en plusieurs Etats. C'est en tout cas ce qu'a déclaré le Secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Nikolaï Patrushev, qui était avant cela le directeur du FSB.

mardi 26 avril 2022

Les Etats-Unis assument de faire la guerre à la Russie et de le faire jusqu'au bout de leur pouvoir


Le ton des Etats-Unis face à la Russie a changé, c'est en tout cas ce qui est affirmé aujourd'hui dans le New York Times : mener ce combat en Ukraine pour faire tomber la Russie, pour qu'enfin le monopole de la gouvernance atlantiste ne soit plus jamais remis en cause. Le fond reste le même, puisque c'est bien le même combat qui est mené depuis que la Russie a relevé la tête, mais désormais les choses sont dites. 

lundi 25 avril 2022

Pour que rien ne change : Macron est réélu, sans grand enthousiasme


La réélection de Macron est loin d'être une grande victoire politique, c'est plutôt la bataille remportée par le système globaliste actuel contre les populations. Après une manipulation médiatique sans accrocs, Macron passe, certes, mais pas pour ses idées, alors que Marine Le Pen continue à augmenter son score. Et son quinquennat s'annonce mouvementé : pendant qu'il dîne royalement à La Lanterne, deux morts à Paris, pour ne pas avoir obtempéré aux forces de l'ordre, inaugurent ce quinquennat - pour que surtout rien ne change. 

vendredi 22 avril 2022

Borrell ou quand l'UE fournit des armes ... pour que les Ukrainiens meurent


"Nous fournissons des armes, l'armée russe fournit des morts". Voici la dernière sortie de Joseph Borrell, celui-là même qui, il y a peu, avait déclaré que cette guerre en Ukraine se gagnerait sur les champs de bataille. Lorsqu'un piètre technocrate joue au va-t-en-guerre, l'on a de quoi s'inquiéter. Les Européens et les Ukrainiens, en tout cas, le devraient ... Et que le fameux "parti de la paix" se demande quelle paix est attendue, quand l'ennemi veut votre destruction totale et physique.

jeudi 21 avril 2022

Marioupol : quand Nuland confirme in fine l'implication directe de l'OTAN dans le conflit ukrainien




Hier, Victoria Nuland, la sous-secrétaire d'Etat pour les Affaires politiques, a déclaré à CNN que les pays de l'OTAN pourraient participer à l'évacuation des "civils" bloqués à Marioupol. Surtout quand Kiev vient de saboter les corridors humanitaires ouverts par la Russie le 20 avril, ce même jour. Donc, l'exfiltration doit se ferait incognito, les combattants étrangers sur place ne doivent surtout pas se rendre à l'armée russe, et l'OTAN pourrait même tenter d'assurer une présence "légitime" sur le territoire à cette occasion. 

mercredi 20 avril 2022

De la "Mère-Patrie" à la "grosse mère" : la Russie n'est heureusement pas prête à cette décadence

 


L'art contemporain est certes pour les initiés. Manifestement, je n'en fais pas partie. Un artiste russe a eu l'idée de génie, avec son galeriste, de proposer à quelques mètres du Kremlin une "oeuvre" qui ressemble à s'y méprendre à une parodie du symbole en Russie de la Seconde Guerre mondiale, la statue de "la mère Patrie appelle" à Volgograd (l'ex Stalingrad). Si l'art est libre, l'opinion publique l'est aussi et le scandale a éclaté : comment peut-on accepter d'exposer cela ... en principe et surtout en ce moment ? 

mardi 19 avril 2022

Billet interrogatif : en quoi l'Alsace-Moselle diffère-t-elle de l'Ukraine ?


Alors que les officiels russes annoncent que dès la reprise du Donbass, ils relanceront sérieusement les négociations avec l'Ukraine, espérant toujours une guerre de courte durée, les Etats-Unis, maître en l'art d'enliser les conflits qu'ils ne peuvent directement gagner, remettent en route les programmes de préparation des militaires ukrainiens. La démarche russe dans ce conflit soulève en effet beaucoup de questions : qui va assurer la "démilitarisation" et la "dénazification" de cette étrange Ukraine, quid des régions comme Kherson qui sont sous drapeau russe (ou le drapeau ne signifie-t-il plus rien?), pourquoi le "monde russe" s'arrête-t-il aux frontières du Donbass ? 

lundi 18 avril 2022

Cette Légion internationale de défense territoriale de l'Ukraine - ou comment diffuser la guerre


L'Ukraine a mis en place une Légion internationale de défense territoriale, qui permet de faire venir des soldats-volontaires étrangers, sans formellement que leurs pays d'origine ne soit impliqué, donc sans que ces pays d'origine, essentiellement les Etats-Unis, le Canada et la Pologne, membres de l'OTAN, n'aient besoin de formellement déclarer la guerre à la Russie ... pour faire la guerre à la Russie. Ainsi, l'Ukraine formellement démilitarisée continuera réellement le combat.

vendredi 15 avril 2022

A la guerre comme à la guerre : quand l'Ukraine provoque la Russie pour la discréditer


Après que le ministère russe de la Défense a menacé l'Ukraine de tirs de haute précision sur les centres de commandement, notamment à Kiev, l'armée ukrainienne a systématiquement touché le territoire russe hier toute la journée et le vaisseau-amiral Moskva de la flotte russe en Mer Noire a mystérieusement pris feu et coulé. A force de gestes de "bonne volonté", le conflit peut se déplacer sur le territoire russe. Dans tous les cas, l'Ukraine vise à décrédibiliser la Russie, qui ne cesse d'affirmer que la phase de "démilitarisation" de "l'opération spéciale militaire" est quasiment réalisée. Le discours laisse transparaître une volonté politique, qui ne correspond plus à la situation.

jeudi 14 avril 2022

L'Ukraine s'engage dans une guerre sale : des bataillons d'anciens criminels pour contrôler la population et l'armée


La guerre en Ukraine est en train de prendre un tournant : la constitution de bataillons, non plus néonazis, mais purement criminels. C'est le cas dans la ville de Kharkov, prise en otage par les condamnés de droit commun de Kiev - dans le sens littéral du terme. L'Occident a besoin d'une guerre sale.

mercredi 13 avril 2022

Zelensky met l'opposant ukrainien Medvedchuk aux enchères avec la Russie : aucune réaction internationale


Hier soir, Zelensky a annoncé l'arrestation de l'opposant ukrainien numéro Un, Medvedchuk, qui s'était sauvé de sa mise en résidence surveillée et a été repris. En fait, non, il n'a pas "annoncé", il a publié une photo de cet homme dans un état pitoyable sur son Telegram et signant "Vive l'Ukraine". Il ne s'est pas conduit comme un Président, mais comme un blogueur. Maintenant, il propose à la Russie de l'échanger, un citoyen ukrainien, contre des prisonniers également ukrainiens en Russie. Nous apprécierons le silence de la communauté internationale, trop occupée à créer le "génocide de Boutcha", effectivement, cela demande des efforts. En effet, si l'on en croit la presse française, c'est tout à fait normal, puisque cet Ukrainien est un "proche de Poutine", pas un opposant, pas le principal opposant à Zelensky, non, un proche de Poutine. 

mardi 12 avril 2022

Création d'un crime de guerre : De Racak à Boutcha, la mécanique se met en marche encore une fois


Macron l'a dit, la France a envoyé des gendarmes en Ukraine, formellement pour enquêter sur les crimes soi-disant commis par l'armée russe après "l'occupation". Le discours politico-médiatique français oublie simplement de dire, qu'en réalité, ils agissent avec l'organisation intergouvernementale initiée par les Etats-Unis, l'International Commission on Missing Persons, qui a été très active dans les Balkans et travaille notamment sur les charniers lors des conflits. L'on se souvient effectivement du faux charnier de Racak et de son rôle légitimant l'intervention de l'OTAN en Yougoslavie. Leur présence en Ukraine ne présage rien de bon.

lundi 11 avril 2022

Billet du jour : comme convenu, Macron se prépare pour le deuxième tour


Ce premier tour des élections présidentielles françaises a été l'un des plus ennuyeux de l'histoire de la Ve République. Heureusement, Zemmour a été là pour maintenir le minimum vital d'attention nécessaire à ce que le spectacle tienne la longueur de la campagne, tout en divisant les voix de l'opposition étatiste : le mécontentement populaire contre Macron étant tel, qu'il ne faut pas prendre de risque. Surtout pour le 2e tour, le duel Macron / Marine Le Pen, et la victoire, à n'en pas douter, de Macron, permettra de continuer la dilution de la France dans l'Atlantisme.

vendredi 8 avril 2022

Le retrait de la Russie du Conseil des droits de l'homme : l'ONU prend le chemin de la SDN


Les organismes internationaux n'existent que tant qu'ils sont, et légitimes, et utiles. L'avenir de l'ONU semble en ce sens très compromis, à la fois en raison de son incapacité ni à prévenir, ni à endiguer les conflits internationaux, et en raison de la privatisation américaine dont il a été l'objet ces dernières années. Le départ de la Russie du Conseil des droits de l'homme de l'ONU est la dernière goutte, qui peut faire glisser dans les tréfonds de l'histoire, une institution issue d'un passé révolu.

jeudi 7 avril 2022

Elections présidentielles et rétropédalage de l'opposition française face à Poutine : une leçon d'existence politique


Même si les élections présidentielles françaises ne présentent, en tant que tel, aucun intérêt politique, les résultats étant connus d'avance et aucun enjeu politique réel n'en découlant, il est intéressant de voir l'évolution de ce qui est censé être une opposition, et encore plus une opposition se présentant ou étant présentée comme radicale, sur le sujet de la campagne : le conflit en Ukraine. L'intérêt de ce sujet est d'illustrer la capacité, ou non, des candidats à défendre une vision française de la géopolitique. Eric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont tous pris leurs distances de la Russie et surtout de Poutine. Aucune alternative idéologique n'était donc réellement existante, l'alignement atlantiste dans les faits, au-delà des diatribes d'hier, est là. L'intérêt de la France attendra encore ...

mercredi 6 avril 2022

Ukraine : Une Légion pour renverser le système politique en Russie


Un conflit ne se passe pas de dimension politique, car les deux systèmes qui en sont arrivés à s'affronter militairement ne peuvent coexister, l'un des deux doit disparaître. Si la Russie affirme haut et fort ne pas vouloir de changement de régime à Kiev - quelle étrange, alors, "dénazification" - l'Ukraine revient à la source et lance la Légion de "Liberté pour la Russie", avec un nouveau drapeau sur le mode biélorusse et un poing sorossien, pour lutter contre le "régime de Poutine". Les Atlantistes, eux, comprennent et assument que la guerre ne se gagnera pas sans changement de régime politique, et ils veulent que cela ait lieu en Russie.

mardi 5 avril 2022

Les expulsions de diplomates russes : ce n'est pas le temps de la diplomatie


Il y a un temps pour chaque chose. Aussi désagréable que cela puisse paraître, ce n'est pas le temps de la diplomatie. La Russie a beau s'évertuer à s'accrocher envers et contre tout, contre son intérêt même, aux mécanismes diplomatiques, c'est le temps du combat. Celui de la diplomatie reviendra ensuite, quand l'une des parties considèrera avoir perdu. En attendant, les diplomates sont instrumentalisés comme des munitions et s'ils ne savent pas se battre, ils feront perdre leur pays. Le monde atlantiste a clairement précisé la chose en expulsant les diplomates russes, en leur niant le statut de diplomates, en en faisant des espions. La France suit le mouvement et annonce des expulsions massives.

lundi 4 avril 2022

Quand Peskov qualifie Urgant et Sobtchak de "grands patriotes" : quels intérêts défendent ces élites politiques en Russie ?


Le lancement de l'opération militaire russe en Ukraine a mis en évidence la scission de la société entre une élite cosmopolite et une population majoritairement conservatrice. Si les élites dites culturelles ont naturellement cette tendance, il est regrettable que les élites politiques dirigeantes jouent le même jeu, par conviction ou par intérêt. Quand Peskov qualifie Urgant ou Ksénia Sobtchak de "grands patriotes", il y a une limite inacceptable qui a été franchie, un pas de trop qui peut mettre en danger la stabilité sociale, dans un contexte aussi particulier que celui d'aujourd'hui. Mais cela explique aussi beaucoup de choses quant aux négociations et aux "compromis" militaires unilatéraux, quand la fille d'Abramovich et celle de Peskov se prononcent aussi publiquement contre la politique de la Russie.

vendredi 1 avril 2022

Puisque la Russie a négocié, les Ukrainiens repartent au combat


La Russie a passablement prématurément annoncé que les premiers objectifs militaires étaient remplis, les capacités de l'armée ukrainienne ayant été largement réduites et que les autorités ukrainiennes s'engageaient à juger sévèrement les tortures perpétrées contre les soldats russes faits prisonniers. Si ces déclarations ne sont pas "prématurées", comment apprécier le bombardement sur le territoire russe de la raffinerie de Belgorod ou l'absence d'arrestation suite à la diffusion de nouvelles vidéos de torture ? Il ne suffit pas de vouloir très fort quelque chose pour que cela devienne réalité.

jeudi 31 mars 2022

Patriotisme 2.0 : La volte-face d'Anna Netrebko et ce beau monde "à louer"


Les convictions sont parfois embarrassantes. Alors pourquoi s'embarrasser quand on peut tranquillement penser à soi, mener sa vie, s'occuper de son compte en banque et de ses applaudissements. Finalement, peu importe qui applaudit. Le bruit masque le malaise et fait taire la conscience. Anna Netrebko condamne encore une fois la guerre en Ukraine, mais cette fois-ci la Russie, et enchaîne sur une tournée en Europe. La prostitution est quand même une vocation dans ce beau monde, qui, il y a si peu, soutenait Poutine ... et que les élites russes pensaient avoir conquis, alors qu'ils l'avaient simplement loué.

mercredi 30 mars 2022

Billet du jour : Les pourparlers russo-ukrainiens ou le patriotisme selon Abramovich


Hier, la saga des négociations russo-ukrainiennes nous a apporté sa nouvelle portion d'étranges annonces. Medinsky, figure parlante de ces pourparlers, se dit satisfait des avancées, les Ukrainiens ont accepté la neutralité et de ne pas récupérer militairement le Donbass et la Crimée. Et l'on apprend que les Ukrainiens proposent 15 ans de négociation sur la Crimée, un protectorat global et ne reconnaissent que leurs frontières. Un missile Tochka U, pour illustrer cela tombe sur Lougansk, pendant que le ministère russe de la Défense annonce une réduction significative de l'intensité des combats vers Kiev. De quoi la Russie peut-elle être satisfaite ? La Russie, je ne sais pas, mais Abramovich, nommé par Poutine sur recommandation de l'autre partie pour "faciliter" discrètement ces pourparlers, sort de l'ombre et le résultat est bien celui d'un marchand de tapis - à grande échelle. Il semblerait que les élites russes n'aient pas le courage politique de gagner cette guerre. Alors pourquoi être entré dans le conflit ?

mardi 29 mars 2022

Etats-Unis / Russie : l'Europe se constitue prisonnier de la guerre du gaz


Le combat pour le marché énergétique européen a toujours été très fort entre les Etats-Unis et la Russie. L'intérêt des pays européens était justement de garder un équilibre entre les différentes puissances, afin de préserver une certaine indépendance. C'est cet équilibre que l'UE a brisé en suivant le diktat américain de sortie à n'importe quel prix du gaz russe, Russie qui en attendant, en contre-partie des sanctions adoptées contre elle, ressortant plus de la piraterie que du droit, exige un paiement en roubles, ce qui rendrait ces sanctions justement inutiles.

lundi 28 mars 2022

Quel statut juridique pour les territoires que la Russie annonce avoir libérés : une question plus politique que juridique


La déclaration, hier, du dirigeant de LNR Passetchnik, quant à l'organisation prochaine certaine d'un référendum visant à intégrer LNR dans la Fédération de Russie, a provoqué une nouvelle avalanche de commentaires contradictoires. Au-delà de la question de la maîtrise du discours et de sa cohérence, qui est également importante, reste celle encore plus pressante de la décision politique de la Russie face à ces territoires, qu'elle annonce libérés. Les politiciens ukrainiens, comme Oleg Tsarev, mais aussi les maires des localités, et bien sûr les habitants ont besoin de savoir quel drapeau flotte et quel droit est appliqué. Comme écrit Tsarev : soit la victoire, soit la défaite, toute autre 3e voie est une défaite cachée.

vendredi 25 mars 2022

Soirée électorale sur TF1 : quand Jacquouille doit faire oublier Macron


En lisant que TF1 remplace sa soirée électorale pour une comédie, sincèrement, j'ai d'abord pensé à une plaisanterie. Finalement, cela semble assez logique : pourquoi continuer la comédie politique laissant croire aux Français qu'ils décident quelque chose, autant regarder une véritable comédie, les acteurs sont de meilleure qualité et le jeu est plus convainquant que ce qui nous est servi depuis des années. Cela vous dérange ? Alors réveillez-vous !

jeudi 24 mars 2022

Quel avenir pour le territoire ukrainien : de l'administration par la Russie aux appétits de la Pologne


Dès le début de l'opération militaire russe en Ukraine, la Russie a affirmé ne pas vouloir "occuper" l'Ukraine. Cette rhétorique, si elle est censée maîtriser un certain discours dans la communication, se confronte aux difficultés de la réalité : il faut gérer le territoire et éviter la montée de la criminalité, les gens, dans la région de Kiev par exemple, demandant si c'est à nouveau la Russie ou encore l'Ukraine. La question de la frontière politique est d'autant plus importante, que, pendant ce temps-là, la Pologne se prépare, avec le soutien des Etats-Unis, à reprendre l'Ukraine de l'Ouest et à s'installer à Lvov. De plus en plus de voix en Russie appellent les dirigeants à aller au bout de la logique de cette opération militaire, qui ne peut se passer d'une dimension politique. Le moment de décider de l'avenir du territoire ukrainien et des habitants est arrivé.

mercredi 23 mars 2022

Billet sur le front intérieur : de la déglobalisation de la Russie


L'opération militaire russe qui se déroule sur le sol ukrainien s'accompagne d'un combat intérieur, qui prend certes d'autres formes, mais dont les conséquences ne seront pas moins importantes et où la victoire est essentielle pour l'avenir de la Russie et sa victoire géopolitique. Sur le front intérieur, la déglobalisation de la Russie bat son plein. Ce qui en soi marque déjà l'échec du monde global, qui ne peut être global sans la Russie.

mardi 22 mars 2022

Nouvelle défense européenne : l'UE perd-elle la boussole ?



Les 27 pays de l'UE, nous apprend-on, ont enfin adopté le super plan de défense stratégique de l'Europe, appelé "Boussole stratégique". Cela sonne peut-être très bien en anglais, mais en français ... passons. Comme annoncé, l'Europe doit être prête pour affronter les nouveaux conflits et mettra en place une brigade. Oui, une brigade. Entre manque de moyens et absence de volonté, l'UE in fine permet surtout de renforcer la domination de l'OTAN en Europe, dont le "partenariat" est béni. 

lundi 21 mars 2022

Zelensky interdit tous les partis d'opposition en Ukraine : silence en Occident



Dans la nuit de samedi à dimanche, le président ukrainien a annoncé la fermeture des 11 partis d'opposition en Ukraine. L'on appréciera à sa juste valeur le silence total des milieux politiques et journalistiques occidentaux, des ONG de défense des "valeurs démocratiques". Mais il est vrai que l'existence d'une véritable opposition n'est depuis longtemps plus une valeur occidentale. Quelle opposition acceptable au monde global pourrait exister, qui ne remettrait pas immédiatement en cause cette globalisation ? Alors, silence, on ferme.

vendredi 18 mars 2022

Billet postmoderne : Des politiciens européens demandent le prix nobel de la paix pour ... Zelensky



Le prix nobel de la paix, qui a toujours été très idéologique, s'est fortement discrédité ces dernières années. Il pourrait toucher le fond si l'appel de politiciens européens, principalement hollandais, était entendu et que Zelensky puisse même être nominé. D'un autre côté, ce serait la parfaite illustration de ce monde et de sa vision de la "paix".

jeudi 17 mars 2022

La Russie négocie-t-elle un protectorat anglo-américain pour l'Ukraine ?



Un choc s'est produit hier en Russie, avec les révélations du Financial Times, confirmées par Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, de la négociation d'un plan de 15 points, comprenant le départ de l'armée russe d'Ukraine et la préservation de l'armée ukrainienne, mais sa diminution ... en contrepartie d'une protection exercée par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Autrement dit, la Russie a commencé cette opération militaire pour in fine discuter de l'instauration d'un protectorat anglo-américain sur l'Ukraine ? Les élites politiques russes, qui soutiennent ce processus, ont-elles conscience de la puissance des ondes de déflagration qui se déverseront alors sur la Russie et dans le monde ? Analysons la situation.

mercredi 16 mars 2022

Les pourparlers russo-ukrainiens : la tentation dénoncée d'une mauvaise paix



Si les pourparlers entre parties belligérantes font toujours partie des conflits, la parodie à flux constant qui se joue actuellement entre les délégations russe et ukrainienne est particulièrement malsaine. Quand les Russes, et les Ukrainiens, annoncent des avancées significatives, alors que, au minimum, la délégation ukrainienne exige le départ des troupes russes, une partie de l'élite politique russe commence à sérieusement s'interroger sur la finalité réelle recherchée par les "négociateurs". Finalement, il semblerait que la guerre des clans, qui n'en finit pas en Russie, prenne ici une nouvelle forme et elle est d'autant plus dangereuse que les guerres ne se gagnent pas que sur les champs de bataille.

mardi 15 mars 2022

Billet d'humeur : selon que vous serez à Kiev ou à Donetsk, etcetera etcetera



La couverture de l'information sur le conflit ukrainien par les médias occidentaux a dépassé toutes les limites compréhensibles d'une information de guerre. Entre couverture biaisée, reproduction de fake et informations incomplètes, le public occidental, qui n'a qu'un seul son de cloche, les faibles tentatives de RT ayant été mâtées, se trouve parfaitement pris en main : le méchant, c'est la Russie qui tout à coup a décidé d'attaquer l'Ukraine (gentille, calme et démocratique), simplement parce que c'est la Russie et que Poutine est un autocrate fou. Chers amis, ouvrez les yeux, le monde est toujours plus complexe que l'on ne veut vous le faire croire. Quid des 20 morts hier à Donetsk, quid de Azov qui tient Mariupol, quid des 8 années de guerre menée par l'armée ukrainienne et l'OTAN contre le Donbass ? Quelques éléments pour relativiser.

lundi 14 mars 2022

Conflit en Ukraine : Kadyrov et l'affirmation de la Nation russe



Beaucoup en France ont du mal à saisir le rôle des Tchétchènes dans le conflit ukrainien, la triste expérience de l'immigration massive dans notre pays ces dernières années, une masse de personnes sans racines et sans patrie, provoque une vision faussée de la situation : les Tchétchènes sont russes, ils se battent pour la Russie, dans le cadre de l'armée russe. Car à la différence de nos arrivants, sans racines et dénigrant leur pays d'accueil, la Russie est leur terre, leur Patrie, ils y sont nés comme leurs aïeux. C'est le message, extrêmement dérangeant en Occident, envoyé par Kadyrov, notamment lors de sa visite aux troupes en Ukraine ce week-end à proximité de Kiev.

vendredi 11 mars 2022

Mise en perspective géopolitique du conflit en Ukraine pour France Soir

Chers lecteurs, je voulais partager avec vous, à l'heure où l'hystérie remplace la réflexion, mon interview pour France Soir. Puisque les pays européens se lancent dans une folle course-poursuite à celui qui criera le plus fort, qui tapera le plus fort, qui crachera le plus loin, manifestement au nom de "valeurs" occidentales directements descendues des années 30, puisque ce sera à l'Europe, une fois de plus, d'en payer le prix, il est important de comprendre les enjeux de ce qui se déroule sous nos yeux. Pourquoi la Russie est intervenue, qui occupe réellement l'Ukraine et beaucoup d'autres questions :

jeudi 10 mars 2022

Les dangers d'une adhésion de l'Ukraine à l'UE ... pour l'Europe elle-même


La question de l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne va être une des questions centrales du sommet de Versailles, qui doit se dérouler les 10 et 11 mars. Si les instances européennes et certains pays de l'Est y sont favorables, l'on voit une opposition franche de la France. L'entrée de l'Ukraine dans l'UE serait une erreur stratégique terrible pour l'Europe, mais servirait parfaitement les intérêts atlantistes dans le cadre de ce combat global mené avec la Russie et l'asservissement du Continent européen.

lundi 7 mars 2022

Sanctions contre la Russie : la globalisation préfère le suicide à la répudiation


Nous voyons ces derniers jours une avalanche de sanctions se déverser sur la Russie, mettant à la porte des Jeux paralympiques l'équipe handisport russe, bannissant les chats russes des compétition, exigeant la sortie de magasins étrangers du marché russe, etc. Mais surtout, ce sont les organes de gouvernance globale, qui ont la tentation de la régionalisation, le pouvoir atlantiste ne pouvant accepter d'être ignoré, rejeté. S'il pouvait y avoir une vie en dehors de la globalisation, les pays dominés pourraient finir par y penser. Ceci explique ce niveau inédit de rage et de haine envers la Russie de la part des élites gouvernantes atlantistes. Car il s'agit bien de rage et de haine. Face au risque de retour à la régionalisation.

vendredi 4 mars 2022

Guerre du gaz : l'Europe prend les Européens en otage


Alors que Frans Timmermans annonce le retour au mythe de l'indépendance totale de l'Europe face au gaz russe et aux énergies fossiles, ce même gaz russe n'est soudainement plus pompé et ne passe plus par les gazoducs de Gazprom en Allemagne et en Pologne. Les populations auraient-elles été concertées sur l'interruption idéologique de fourniture en gaz ? Certes, l'intervention militaire russe en Ukraine semble permettre tous les excès, mais peut-être pourrait-on encore penser à l'intérêt des Européens - si cela n'est pas déplacé, bien sûr ?

jeudi 3 mars 2022

Première victoire de l'armée russe : liquidation totale des QR Codes à Moscou et d'autres restrictions globalistes


L'armée russe remporte une première véritable victoire intérieure dans ce combat contre la domination globale atlantiste, avec l'oukase de ce jour adopté par le Maire de Moscou, qui annule les QR Codes dans toute la capitale et revient sur plusieurs restrictions importantes issues du régime global covidien. Le jour où le port du masque ne sera plus obligatoire, la population sera libérée. Ce jour viendra !

mercredi 2 mars 2022

Conflit en Ukraine : d'où vient une telle différence d'interprétation des événements entre la Russie et l'Occident ?

 


Comment la Russie et les pays européens en sont-ils arrivés à parler à ce point une langue différente ? Sans en être particulièrement surpris, nous ne pouvons que le déplorer, car la langue décrit le monde et les pays européens semblent s’enfoncer dans le monde global atlantiste, corps et âmes, y perdant leur âme, y sacrifiant leur corps.

Quand la Russie parle de libération, on lui répond invasion.

Quand la Russie parle du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, certains se souviennent soudainement de l’intégrité territoriale.

Quand la Russie parle de dénazification, on cherche à lui opposer une étrange conception de la « démocratie européenne ».

Deux langues pour dire le monde, deux regards qui le construisent différemment. Mais dans quel monde voulons-nous vivre ?