L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

jeudi 6 mai 2021

Quand le G7 condamne la Russie : insolence ou aveuglement ?


Alors que le G7, sans surprise aucune, adopte une déclaration condamnant la Russie, un sondage est à ce moment-là publié dans le Guardian, selon lequel les Etats-Unis sont le pays qui présente le plus grand danger pour la démocratie. L'on peut se demander quelle est la légitimité des Etats-Unis et du G7 à s'accrocher au rôle du sauveur de la démocratie dans le monde ?

mercredi 5 mai 2021

L'épopée médiatico-diplomatique de la rencontre Biden / Poutine continue


Il est des histoires sans fin, un peu comme ces feuilletons brésiliens, ces histoires d'amour, de haine, de pouvoir et d'argent. Souvent mal joués, parce que surjoués. L'épopée tragi-comique de la dénoncée acceptée hésitée insistée rencontre entre les Présidents américain et russe commence à sérieusement entrer dans cette catégorie. Quand le fait devient le but, que l'on en oublie le but pour se focaliser sur le fait. Car sur le fond, rien n'a changé : la position des Etats-Unis étant celle de la reconquête du monopole de la domination, si la Russie n'est pas prête à faire des concessions, le fait devient le but atteint. Et paradoxalement prend un sens politique. Si l'intérêt pour les Etats-Unis est incontestable, celui de la Russie reste assez flou, surtout dans une mise en scène qui sert l'image américaine dans sa tournée impériale européenne.

mardi 4 mai 2021

L'excuse de Rambouillet : renforcer la surveillance, mais pas sur l'immigration illégale


Ce qui se passe après l'attentat de Rambouillet, commis par un Tunisien "radicalisé", immigré illégal vivant tranquillement en France avant d'être régularisé, justement au moment de sa "radicalisation", sert de prétexte pour renforcer le contrôle sur internet, mais surtout pas pour renforcer, ou plutôt mettre en place, une lutte réelle contre l'immigration illégale. C'en est à se demander jusqu'à quel point le terrorisme est devenu une excuse utile pour lutter contre les libertés individuelles, trop dérangeantes aujourd'hui, sans surtout remettre en cause le terrorisme lui-même, qui pour des raisons idéologiques, ne peut absolument pas être lié à l'islamisme ...

vendredi 30 avril 2021

Résolution du Parlement européen : l'UE exprime sa détestation de la Russie ... et son impuissance


Après avoir été accusée d'explosions en série de dépôts d'armes en République Tchèque, puis en Bulgarie, le ministre russe des Affaires étrangère Sergueï Lavrov se demandait de quoi encore la Russie n'était pas coupable. Le Parlement européen, hier dans une résolution non obligatoire, lui a répondu : la Russie est a priori coupable de tout ce qui ne fonctionne pas comme prévu dans le monde, mais surtout elle est coupable d'exister. L'UE vient encore de faire preuve d'une diplomatie de haut vol, ce qui n'est pas étonnant après ses derniers exploits, en Russie ou en Turquie. Mais quel est l'intérêt des pays de l'Europe de l'Ouest de suivre l'hystérie anti-russe, et anti-européenne, lancée par l'Europe de l'Est, à la pointe des intérêts atlantistes ?

jeudi 29 avril 2021

Post-démocratie covidienne : l'Allemagne annonce mettre sous surveillance les personnes critiquant les mesures liberticides


Le renseignement allemand a annoncé la création d'un Département spécial, chargé de la surveillance des personnes remettant en cause les mesures liberticides adoptées au nom du coronavirus et critiquant la globalisation, car ils mettraient ainsi danger la sécurité nationale. Le Covid est donc bien un dogme, qui fonde notamment, comme le reconnaît le renseignement allemand, la globalisation. Silence, en rang par deux, c'est plus facile d'entrer dans l'abattoir.

mercredi 28 avril 2021

Comment l'Ukraine met sciemment en péril l'unité du pays


Au-delà des quelques déclarations de Zelensky disant chercher la paix, tout en agitant le spectre botoxé d'un conflit direct avec la Russie, les décisions prises par l'Ukraine vont dans un tout autre sens - le renforcement des tensions à l'intérieur du pays et du conflit avec le Donbass. Que ce soit sur le plan linguistique ou militaire, l'Ukraine ne cherche pas l'unité du pays, elle la met sciemment en péril.

mardi 27 avril 2021

La Russie envisage une rencontre Biden / Poutine - pour quoi faire ?


Alors que les tensions entre le bloc atlantiste et la Russie ne diminuent en rien, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ouvre la voie à une possible rencontre Poutine / Biden cet été - sachant qu'en juin Biden fait sa tournée européenne. De leur côté, les Etats-Unis, alors qu'ils étaient tellement pressés, insistent désormais sur le fait qu'aucune date n'est prévue et qu'ils continueront à aider leurs partenaires européens pour "faire baisser la tension" à la frontière ukrainienne. En quoi une discussion entre Biden et Poutine pourrait réellement permettre de réguler le conflit entre les deux pays, sauf à imaginer que l'un d'entre eux ne soit prêt au compromis ? De leur côté, les Américains, en entretenant la tension internationale, laissent entendre que, justement, ils n'entendent faire aucun compromis.

lundi 26 avril 2021

L'éducation Tik Tok en Russie ou quand le danger ne vient pas que des "agents étrangers"


Ayant conscience du rôle fondamental de l'éducation dans la formation des esprits, la Russie s'est dotée d'une législation visant à réduire l'influence extérieure des "agents étrangers" sur l'enseignement, secondaire et universitaire, autant que culturel. Si cette initiative est louable, malgré la vague de critiques dont elle a fait l'objet, ce qui peut-être justifie d'autant sa nécessité, elle est très loin de régler la question vitale pour le pays, surtout aujourd'hui dans un contexte à ce point conflictuel, de la prise en main de l'éducation par une idéologie incompatible avec les valeurs défendues et affichées en Russie. Ainsi, l'on n'oubliera pas le rôle central joué par le bureau de l'OCDE à Moscou et l'on peut sérieusement s'interroger sur cette folie des autorités moscovites incitant les élèves et les étudiants à se déplacer vers Tik Tok, l'un des réseaux les plus invasifs et destructeurs, notamment celui qui soutient Navalny. Ces positions sont totalement incompatibles les unes avec les autres : soit Tik Tok, l'OCDE et Navalny, soit la lutte contre l'influence extérieure afin de donner à la population russe un enseignement véritablement de qualité, une force intérieure, qui est la meilleure garante de la stabilité sociale.

vendredi 23 avril 2021

Cette nouvelle Guerre froide imposée par les Etats-Unis : la Russie accepte le combat


Le mot est lâché dans l'espace médiatique russe également : la Guerre froide est officiellement de retour. Même s'il ne s'agit pas d'une répétition de ce qui fut, le contexte est différent à bien des points de vue. Sans grande surprise au regard de la dégradation grandissante des relations entre les Etats-Unis et la Russie, Medvedev, actuellement vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, l'a affirmé. Et les méthodes employées contre les "ennemis", notamment avec l'attentat contre la vie de Loukachenko, dont les médias occidentaux refusent de parler, ressortent plus de la confrontation que de la concurrence. La Russie a donc finalement accepté le combat.

jeudi 22 avril 2021

Billet du jour : doit-on en appeler à l'armée pour restaurer la France ?


Alors que Macron, sifflé lors de ses déplacements en France dans le silence des médias, parle de déconstruire l'histoire de notre beau pays sur les chaînes étrangères, la Grande Muette gronde. Face à la déroute de nos dirigeants, à l'abandon de la plupart des politiques, au délitement orchestré de notre pays, des officiers et des hauts-gradés en appellent au devoir d'honneur et au patriotisme. L'alternative avancée est simple : l'application de la loi républicaine sur tout le territoire de la République ou une intervention active pour protéger notre civilisation et notre territoire d'une guerre civile. 

mercredi 21 avril 2021

Allocution de Poutine : pour une Russie dynamique, unie et souveraine


Le Président russe Vladimir Poutine s'est prononcé aujourd'hui devant les deux chambres du Parlement russe réunie, avec le Gouvernement, les dirigeants des entités fédérés et quelques invités de marque. Le message est clair : l'Etat soutien la population et l'économie pour sortir de la crise socio-économique provoquée par la gestion globale de la crise sanitaire. Mais le message ne s'arrête pas là : si la Russie ne veut pas de confrontation, elle saura répondre à n'importe quelle agression, son armée est modernisée et son économie restructurée de telle manière, qu'elle est résistante aux chocs extérieurs des sanctions. Analyse à chaud sur ces questions et beaucoup d'autres :

mardi 20 avril 2021

Il ne reste que la Russie à ne pas souhaiter la mort de Navalny


En Occident, chacun semble attendre, voire espérer, la mort de Navalny. Humainement, il provoque la pitié, ainsi manipulé, ayant perdu le contrôle de sa vie, mais il a fait son choix et, soyons honnêtes, Navalny ne présente un intérêt pour ses curateurs qu'en mauvaise santé ou, encore mieux, mort. Les Etats-Unis, le Conseil de l'Europe, la Grande-Bretagne, etc., toutes ces composantes de l'Atlantisme menacent la Russie ... et si Navalny mourrait ... ce serait terrrrible pour elle. Calme face à cette énième mise en scène de "l'opposant numéro Un à Poutine" dans les chancelleries occidentales, la Russie rappelle que cela s'appelle de l'ingérence et qu'elle n'a pas l'intention de réagir aux menaces de la Maison Blanche. 

lundi 19 avril 2021

Expulsion de diplomates russes : Biden construit le Mur de Bruxelles aux frais des Européens


Du Mur de Berlin au Mur de Bruxelles, il n'y a qu'un seul pas, que les pays de l'Est sont en train de faire sous l'incitation de Biden, entraînant l'Europe dans leur déchéance. Certains pays ne semblent, en effet, pas mûrs pour l'indépendance - à peine sorti du giron soviétique, ils courent vers l'UE, pour se rapprocher du véritable Maître, les Etats-Unis. Ainsi, suite à l'incitation américaine lancée aux pays européens de durcir encore leur ligne contre la Russie, la Pologne s'est immédiatement alignée, suivie de la République Tchèque. Donc au nom de la liberté ou de la démocratie, ils construisent des ennemis, puis des murs pour se protéger d'eux-mêmes, d'une souveraineté qu'ils se refusent toujours à acquérir.

samedi 17 avril 2021

Sanctions américaines : la Russie relève le défi avec force


Suite à l'annonce des dernières sanctions américaines, la réponse de la Russie fut politique, forte et rapide. Elle donne ainsi le signal qu'elle entend relever le défi et n'accepte pas le chantage à la soumission dont le pays fait l'objet. Et les Etats-Unis ont, eux aussi, parfaitement reçu le message, en déclarant interpréter ces sanctions comme une "escalade" appelant une réponse. L'enjeu du rapport de force est à la hauteur des coups qui peuvent être portés : soit nous allons être enchaînés dans un monde global atlantiste sans compromis, autrement dit dans un nouveau totalitarisme, dont nous sentons déjà les effets délétères, soit une nouvelle partition du monde et du pouvoir va s'installer.  

vendredi 16 avril 2021

Sanctions : Biden fait à Poutine un chantage à la soumission


Alors que dans le discours, Biden propose soi-disant de désamorcer les relations avec la Russie, c'est en tout cas ce qu'il affirmait à Poutine par téléphone, il vient d'adopter de nouvelles sanctions, visant les capacités financières de la Russie et sa dette souveraine - puisque Poutine n'a toujours pas répondu à sa "proposition", manifestement impérative, d'une rencontre cet été. Appelons les choses par leur nom, c'est du chantage. La Russie est sommée de se soumettre ... ou elle devra sortir de sa posture défensive.

jeudi 15 avril 2021

Billet : Le syndrome d'Evian, un variant du syndrome de Stockholm

 


Buvez de l'eau! Quelle injonction plus anodine peut-il y avoir ? Quel tweet plus banal pour une entreprise, comme Evian, qui vend des bouteilles d'eau de source, que de demander de retweeter à ceux qui ont déjà bu un litre d'eau. Mais, soudain, l'entreprise s'excuse. Une entreprise vendant de l'eau s'excuse, car des musulmans se sont sentis offensés. Pour eux, c'est le premier jour du ramadan. Donc, tout le pays doit vivre à leur rythme. Belle illustration du respect de l'autre dans sa diversité. Et Evian s'excuse. Manifestement, c'est un nouveau variant du syndrome de Stockholm pour les sociétés communautarisées, pour les sociétés qui ne savent plus vivre ensemble, pour les hommes qui ont perdu toute empathie, toute racine. 

mercredi 14 avril 2021

Etats-Unis / Russie : Quand Biden veut faire de Poutine un Gorbi 2.0


Alors que les Etats-Unis et l'OTAN renforcent activement leur présence militaire aux frontières de la Russie, que le renseignement américain rend un rapport reconnaissant que la Russie ne veut pas d'un conflit militaire direct et est prête pour des relations pragmatiques avec les Etats-Unis, Biden propose à Poutine, lors d'un entretien téléphonique, d'organiser une rencontre sur un terrain neutre. Il est bien connu qu'un bon général est celui qui remporte la bataille avant de l'engager et ici Biden se sent pousser des ailes à la Reagan ... Mais Poutine ne doit pas forcément avoir envie de jouer le rôle de Gorbatchev. L'histoire ne se répète pas toujours, surtout quand l'effet de surprise ne peut plus jouer.

mardi 13 avril 2021

Pourquoi les Etats-Unis ne veulent pas de la Saint-Gagarine



Chaque journée doit avoir son Saint, mais aujourd'hui nos habituels Saint-Jean et Saint-Paul ont été remplacés par des journées de quelque chose - l'homme ayant remplacé Dieu au firmament, il ne reste que ses exploits à célébrer. Hier, 12 avril, était la journée internationale du vol spatial habité, en l'honneur du premier vol habité dans l'espace réalisé par l'URSS avec Gagarine en 1961. Et c'est bien le problème, les Etats-Unis ne peuvent se permettre de transformer cette sainte journée cléricale en Saint-Gagarine, donc ils n'en parlent pas. Tentant ainsi de réécrire l'histoire, par l'effacement.

lundi 12 avril 2021

Ukraine : le jeu trouble de la Turquie face à la Russie


Alors que le 9 avril, les Présidents russe et turc discutent par téléphone du Covid et de la vente de vaccins en même temps que du tourisme, des sujets économiquement non-négligeables, le lendemain, le 10 avril, le même Président Erdogan, rencontrant son homologue ukrainien, lui assure de son soutien dans sa lutte contre "le séparatisme" (le Donbass ?) et se prononce fermement pour l'intégrité territoriale ukrainienne, dénonçant "l'annexion" de la Crimée et soutenant l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN. Soit il y a eu un bugue du calendrier diplomatique, soit il y a un conflit des priorités - aussi surprenant qu'inquiétant dans le contexte géopolitique actuel.

vendredi 9 avril 2021

Billet d'humour : Quand Merkel supplie Poutine de suivre, comme l'Europe, la voie coloniale

Délégation militaire américaine arrivée dans le Donbass

Faut-il en rire ou en pleurer ? Peut-on réellement prendre cela au sérieux ? Sincèrement, j'hésite en entendant Angela Merkel, qui a quand même un certain bagage politique, voire un bagage certain, demander à Vladimir Poutine, qui n'est pas non plus un débutant, de retirer les forces armées russes, présentes en Russie, mais trop proches, à son goût, de la frontière ukrainienne. L'Allemagne, et l'Europe, ont-elles à ce point pris le pli des pays occupés, ne pouvant plus disposer de leurs forces armées, qu'elles sont choquées de voir un pays, autre que les Etats-Unis bien sûr, pouvoir souverainement décider de l'emplacement et du déplacement de son armée sur son territoire ?

jeudi 8 avril 2021

Zoom et la question de la sécurité nationale en Russie


Avec la crise du Covid, certains secteurs se sont envolés et certaines pratiques ont été modifiées. Tel est, notamment, le cas du numérique. Et nous avons tous découvert Zoom, à tous les coins de rue, sur tous les bouts d'écran. En Russie, il est utilisé dans une très grande partie des écoles et des universités, sans oublier les institutions publiques. Zoom, produit américain, basé aux Etats-Unis, avec des problèmes de sécurité notoires. Qui vient de suspendre, puis conditionner, sa coopération avec les institutions étatiques en Russie et dans les pays de la CEI. C'est une très bonne chose - pour se rappeler que la souveraineté n'est pas qu'une belle déclaration médiatique, ni un mouvement de troupe, que la souveraineté n'est pas divisible, que la souveraineté impose une vision englobante de la sécurité nationale qui ne permet pas de concession avec la globalisation.

mercredi 7 avril 2021

L'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN : contre la Russie, les USA sont prêts à sacrifier l'Europe


Les Etats-Unis déclarent soutenir l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, alors qu'un conflit militaire est actif sur son territoire et que la question territoriale est discutée par la communauté internationale. De son côté, la Russie prévient que ce pas, non seulement ne réglerait pas la question du Donbass, mais compliquerait encore plus la situation. Finalement, n'est-ce pas le but de ce conflit, n'est-ce pas là le rôle dévolu à l'Ukraine, comme à tous ces pays qui vendent leur souveraineté ? A savoir, devenir un jouet entre des mains, qui l'utiliseront jusqu'à ce qu'il soit cassé. Alors, un autre fera l'affaire. Les pays européens devraient en tirer - d'urgence - les conséquences, avant que d'être mis à la poubelle de l'histoire. Car quel est leur intérêt dans cette folle aventure ?

mardi 6 avril 2021

Etats-Unis / Russie : jeu de nerfs et de muscles autour du Donbass



Alors que l'armée ukrainienne intensifie son activité et que des civils sont à nouveau touchés dans le Donbass, la coalition américaine soutenant l'Ukraine, continue à accuser la Russie d'escalade du conflit et à lui enjoindre de ne pas intervenir dans la région. Autrement dit, en développant un discours agressif, les Etats-Unis veulent à la fois créer un voile d'illusion protégeant leurs activités dans l'Est ukrainien et dissuader la Russie d'intervenir pour protéger le Donbass. La réaction de la Russie est très claire : elle rappelle à Washington les conséquences possibles d'une telle aventure et son ambassadeur reste toujours à Moscou "pour consultation".

lundi 5 avril 2021

La France se prépare à un conflit militaire de masse : contre qui et au nom de quoi ?


Différentes publications apparaissent dans les médias, opérant le retour dans le discours politico-médiatique des conflits militaires de masse, non pas dans un futur lointain, mais à court ou moyen terme. Et la France, dans le cadre de l'OTAN, qui retrouve ainsi une raison d'être, se prépare à lancer des milliers d'hommes dans un conflit digne de nos précédentes Guerres Mondiales. L'on ne sait pas très bien quelle bonne cause va devoir emporter la vie de nos concitoyens, mourir pour les GAFA passe assez mal, mais l'on apprend que le danger peut venir de ces étranges contrées ... comme la Turquie, la Chine et surtout la Russie. La France, déjà impliquée avec l'OTAN dans les grandes manoeuvres pour "protéger" l'Estonie, prévoit avec la Belgique, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis une opération Orion de grande envergure ... pour se préparer à un nouveau conflit mondial ? C'est étrange cette manie des hommes, lorsqu'ils sont dépassés par une situation qu'ils ne peuvent maîtriser comme voulu (puisque le "nouveau monde" n'arrive toujours pas ...), à se battre, se détruire, à réduire en friche un monde qu'ils ne peuvent gouverner. Espérons que la médiocrité de nos gouvernants et de nos élites nous protégera de leur folie mortifère.

vendredi 2 avril 2021

La Russie met l'Occident en garde contre une escalade de la confrontation


Alors que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, déclare que la confrontation entre l'Occident et la Russie atteint des niveaux inconnus en temps de paix, certainement pour illustrer cela, la Pologne fait tourner ses bâtiments et avions de guerre autour des derniers kilomètres du gazoduc Nord Stream 2, défendant au prix de son intérêt national l'Atlantisme contre la Russie, contre l'intérêt des pays européens. Jusqu'où nous dirigeants vont-ils faire plonger nos pays ?

jeudi 1 avril 2021

Billet d'humeur : au 3e confinement, vous croyez encore au mythe des révolutions populaires "spontanées" ?


Macron, hier soir, a annoncé ce qui est une sorte de troisième confinement, même s'il est difficile de les compter, puisqu'ils ne prennent jamais vraiment fin, et que les gens, même les vaccinés, peuvent sortir dans un périmètre limité, bien qu'il n'y ait plus rien de vivant dans la société. Et aucune véritable réaction. Rien. Personne dans les rues hier soir après son allocution. Rien. Selon les médias, et à juste titre, les Français ont peur du virus, les Français sont résignés. En voyant ce qui se passe, ou plutôt ce qui ne se passe pas, après toutes ces mesures inutiles sur le plan sanitaire, qui détruisent les hommes et les sociétés, l'on comprend à quel point les révolutions, aujourd'hui, sont des mécanismes scrupuleusement organisés. Mais la France n'est pas dans la liste, puisqu'elle est dans le "bon" camp.

mercredi 31 mars 2021

Macron, Merkel et Johnson appellent formellement à la dictature sanitaire globale


La France, La Grande-Bretagne et l'Allemagne sont lancées en première ligne pour tenter de mettre fin à l'organisation mondiale découlant de la Seconde Guerre mondiale, telle que nous la connaissons aujourd'hui. Or, pour détruire un système international, il faut généralement une grande guerre, qui met à plat les sociétés et les économies. Le Covid trouve ici toute son utilité : contre "la tentation du nationalisme", à l'heure d'une dévastation socio-économique et humaine comme l'on en n'a pas connue depuis 1945, il nous est intimé de repenser le système des relations internationales. La Première Guerre globale doit permettre l'avènement d'un monde global, basé sur un principe primaire totalisant de "santé". Toute vie, humaine ou animale, est assimilée et réduite à sa dimension biologique; les Etats ou les sociétés privées, au même niveau, sont gouvernés par des instances globales. Les Etats-Unis restent formellement en retrait, la Russie et la Chine n'ont pas signé cet appel, mais soyons certains que le front diplomatique va s'ouvrir. Cet appel "pour une architecture internationale sanitaire plus robuste" explique enfin pourquoi la gestion de cette crise sanitaire du Covid a été aussi désastreuse : elle permet de mettre en scène les conditions nécessaires à la tentative de ce qui ressemble à s'y méprendre à un coup d'Etat global, avec un changement formel du lieu et du fondement légitime de l'exercice du pouvoir.

mardi 30 mars 2021

USA / Russie : l'Administration Biden enferrée dans l'impasse des sanctions


Alors que le Président Biden avait annoncé une réaction extraordinaire pour la cyberattaque attribuée à la Russie, finalement il reste dans les mêmes marges de manoeuvre que ses prédécesseurs : quelques sanctions, prolongées, et de grandes déclarations. L'effet de surprise étant passé depuis longtemps, la diversité des sanctions possibles ayant été épuisées, à part une rupture directe des relations diplomatiques ou une déclaration de guerre, rien de nouveau, objectivement, ne peut être adopté sur le plan de la répression. Et comme, heureusement, ils veulent gagner la guerre sans recours à un conflit armé direct, le marécage géopolitique continue à stagner, faute d'un équilibre des forces et d'absence d'une stratégie politique nouvelle, permettant de sortir de l'impasse.

lundi 29 mars 2021

Le "certificat sanitaire" européen dessine les contours du nouvel apartheid sanitaire


Thierry Breton, commissaire européen, l'a présenté à nos yeux ébahis - d'horreur : voici l'arrivée tant attendue du "certificat sanitaire", qui n'est pas formellement un "passeport vaccinal", ne pouvant être obligatoire, mais dont vous aurez besoin pour accéder à l'espace public ou voyager, à moins de vous rendre la vie impossible en raison de l'obligation alors de faire un test à chaque fois que vous voulez aller au théâtre ou participer à un événement collectif. L'UE vient de l'officialiser - le danger est l'homme, l'accès à l'espace public est conditionné à des formalités liberticides à connotation sanitaire. Ce sont bien les contours de l'apartheid sanitaire qui se mettent en place, prix auquel vous aurez droit à une nouvelle vie dite "normale", autrement dit dont ce sera la norme. Puisqu'il n'y a strictement aucune force politique pour soutenir le mécontentement populaire, pourquoi se gêner ?

samedi 27 mars 2021

La Terreur sanitaire s'installe en France : prison ferme pour violation des règles sanitaires


Plus que du Covid, les gens doivent avoir peur, désormais, de leur Gouvernement. La justice et la police, malheureusement, deviennent le bras armé de ce système déviant, à vocation totalitaire, qui ouvertement lutte contre l'homme et non contre un virus. L'incarcération pour violation des règles de confinement n'est pas uniquement théorique : des gens, pour être allé au magasin ou être sorti prendre l'air, doivent passer 2 voire 3 mois en prison. Ils en sortiront brisés. Cette Terreur sanitaire remplit in fine deux objectifs : écraser psychiquement les résistants au nouveau dogme mortifère et faire peur au reste de la population.

vendredi 26 mars 2021

Etats-Unis / Russie : entre "guerre mentale" et "viol démocratique"


La dégradation des relations entre le camp globaliste, dirigé par les Etats-Unis, et la Russie continue à s'accélérer - ce que l'agenda permet cette semaine, avec le somment de l'OTAN et le sommet européen, où la participation du Président américain, chose particulièrement rare (car anormale dans ce format) doit être soulignée. La question centrale restant toujours la même : la détermination de l'ennemi et la stratégie de combat à mener - puisqu'une guerre militaire directe n'est pas dans l'intérêt des globalistes, mais qu'ils leur faut gagner le combat. Un conseiller du ministre russe de la Défense parle de "guerre mentale", Peskov d'un "viol démocratique" en cours finalement depuis la chute de l'Union soviétique. C'est bien la Première Guerre globale qui est en cours.

mardi 23 mars 2021

Conversation Poutine - Michel : l'UE veut-elle rompre les ponts avec la Russie ?


Alors que lundi, le Président russe Vladimir Poutine prend l'initiative d'un appel téléphonique avec Charles Michel, suite à la détérioration des relations entre l'UE et la Russie et à l'approche du prochain sommet du Conseil européen concernant les relations avec la Russie, le président du Conseil européen perd encore non seulement une occasion de désamorcer le conflit qui se construit, mais bien au contraire aggrave la situation à tel point que Lavrov déclare que Bruxelles a détruit, après cet entretien, ce qui restait des relations entre la Russie et l'UE. L'Union européenne est objectivement toxique pour l'Europe.

lundi 22 mars 2021

Sanctions américaines : Lavrov propose à la Chine de sortir du dollar et des plateformes occidentales de paiement


Suite à l'intensification des sanctions américaines et à la constance d'une politique atlantiste de confrontation, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a proposé à la Chine de s'autonomiser et du dollar et des plateformes globales de paiement. Si ces déclarations pouvaient aboutir, ce serait un pas important vers la remise en cause de la puissance globale américaine, notamment en restreignant l'extraterritorialité de la justice américaine, qui fait la pluie et le beau temps dans le monde en protégeant les intérêts américains.

vendredi 19 mars 2021

Les frontières sanitaires du monde global : illustration en Islande


L'Islande annonce ouvrir toute grande ses frontières ... aux personnes vaccinées ... par un vaccin certifié par l'OMS ou le Centre Médical Européen. Lorsque l'on se rappelle le scandale autour des déclarations européennes rejetant l'idée même d'une certification du vaccin russe Spoutnik, qualifié de roulette russe, l'on comprend que la géopolitique du vaccin va devenir une géographie du vaccin, avec des territoires et des populations hermétiquement clos par des murs vaccinaux idéologiques.

jeudi 18 mars 2021

La construction de "l'ennemi russe" par l'OTAN se fatigue


Il y a peu, l'OTAN a sorti sa stratégie 2030, qui ressemble à s'y méprendre aux autres, la Russie est toujours l'ennemi premier et direct, la Chine un danger potentiel. Bref, l'OTAN s'affirme sans complexe, comme bras armé des intérêts globalistes. La Russie souligne la détérioration de la coopération militaire, réduite à néant par les efforts constants de l'OTAN, qui en toute logique, n'a pas besoin d'une coopération avec "l'ennemi", mais d'une reddition, ce que la Russie n'envisage pas. Bref, l'OTAN est en pleine stagnation, sans ennemi elle n'a aucun sens et le fameux danger russe a de plus en plus de mal à convaincre, à tel point qu'un groupe d'officiers français a envoyé une lettre au Secrétaire général de l'OTAN, dénonçant l'instrumentalisation de la soit-disant "menace russe" pour soumettre les Européens aux intérêts américains, rappelant que c'est bien l'OTAN qui dès les années 90 se déplace vers les frontières russes et qui a refusé toutes les propositions d'un pacte de sécurité européen faites par la Russie. Lentement, mais sûrement, le voile de l'illusion se déchire ... sur un souverain otanesque dénudé.

mercredi 17 mars 2021

Rapport sur les ingérences dans les élections américaines ou quand les Etats-Unis tentent de déconstruire l'image d'une Russie toute-puissante


La presse aujourd'hui reprend d'une seule voix, sans oser l'interroger, le rapport présenté par le Conseil national du renseignement américain concernant l'ingérence étrangère dans les dernières élections présidentielles. Non seulement la Russie est présentée comme l'ennemi N°1, mais son président Poutine personnellement, la Chine est délicatement écartée et l'Iran remonte dans la liste des ennemis du régime américain globaliste. Ce rapport de 15 pages est intéressant à plusieurs titres, mais surtout parce qu'il est la revanche après la défaite électorale des Démocrates avec Trump, et doit montrer le tournant. Son but principal est de déconstruire ce qui a été fait depuis 2016, à savoir une Russie véritable Deus ex Machina de toutes les élections. Les Démocrates ont repris le pouvoir sur le corps américain de la globalisation, il faut désacraliser l'ennemi, tout en le préservant. Mais la question de la manipulation intérieure de ces élections n'a pas été soulevée par le rapport ... On ne juge pas les vainqueurs.

mardi 16 mars 2021

Un impact limité de la gestion de la crise du Covid en Russie sur le taux de confiance de la population


En reprenant les analyses statistiques publiées par le centre Vtsiom, il est possible d'en déduire que la crise du coronavirus n'a pas eu, en Russie, un impact particulier sur la confiance de la population envers les personnalités politiques, qui reviennent à leur niveau habituel en fin de crise. Les personnalités progressistes, mises en avant lors du pic de l'adoption des mesures "novatrices globales", comme le Maire de Moscou Sobianine, n'en sortent pas non plus renforcées politiquement, ce qui est une excellente nouvelle. En revanche, la satisfaction de la population concernant la politique intérieure a, elle inévitablement, connu une légère baisse, assez forte en ce qui concerne la politique sociale. Le fait que la Russie semble avoir pris la voie de la sortie de crise laisse espérer une stabilité intérieure, d'autant plus importante en cette période d'intensification du conflit géopolitique. Voici les données plus détaillées.

lundi 15 mars 2021

Macron et la parodie d'une gestion sanitaire


Le Gouvernement Macron l'a annoncé, ils se préparent à adopter des mesures radicales pour lutter contre la pandémie : évacuer deux patients de Meaux à Bordeaux par avion et, "selon des sources" ils pourraient même prévoir deux trains médicalisés pour une centaine de patients. Sic! Autrement dit, en déplaçant dans toute la France quelques personnes présentées comme gravement malades et hautement contagieuses, ce Gouvernement pense régler la question ? Il n'y a plus de lits d'hôpitaux dans ce pays devenu sous-développé ou il n'y a plus de malades pour envisager, sans rire, de régler ce qui est appelé une pandémie en promenant une centaine de personnes ? Même pour une opération de comm, c'est inconsistant.

vendredi 12 mars 2021

Billet du vendredi : Comment a-t-on pu en arriver là ?


Tout cet emballement pseudo-scientifique, qui se développe autour du Covid, ne fait que confirmer cette maxime de Rabelais, bien connue de tous depuis les bancs de l'école et vite oubliée une fois entrés dans la vie dite adulte : "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Cette capacité d'oubli de l'homme, qui est devenue le pivot de notre art de vivre, a des conséquences funestes. Tout d'abord, nous avons abdiqué notre humanité et notre âme, pour ensuite, en toute logique, déposer notre corps et nos cellules entre les mains de "scientistes", faisant de leur art un outil de puissance. Cette science, qui devait sauver l'homme, le surveille, l'utilise, l'instrumentalise. Elle est devenue enjeu de pouvoir, un instrument de puissance. Elle n'est plus Science. Et nous ne sommes plus des Hommes. Comment a-t-on pu en arriver là ?

jeudi 11 mars 2021

L'Ukraine met le continent européen en danger avec l'aide de "conseillers" militaires anglo-saxons


Les combats dans le Donbass s'intensifient, les alentours de Donetsk sont à nouveau touchés et l'armée ukrainienne, en violation patente des accords de Minsk, dispose à proximité de la ligne de front de plus en plus de blindés et de réserves. Bref, les préparations s'activent, alors que les Européens, ouvertement et sur place, apportent leur soutien à l'Ukraine et que des "conseillers militaires" anglo-saxons vérifient la bonne préparation de l'armée ukrainienne, tout en accusant la Russie d'être partie au conflit. La guerre est encore hésitante et ceux qui n'auront pas à en payer les frais tentent de la lancer.

mercredi 10 mars 2021

Le 8 mars en France et les droits inaliénables du clito


Le 8 mars en France est une grande journée. Une journée pendant laquelle, non, on ne fête pas les femmes, on les plaint. Le 8 mars n'est pas une journée de fête, non c'est une journée de combat. C'est une journée, où la femme est élevée à l'essentiel : le clitoris. Une journée où la protection idéologique est tellement forte, qu'il est non seulement possible de manifester, mais c'est même un devoir. Nous vivons une époque formidable !

mardi 9 mars 2021

Le conflit ukrainien, un chantage à la guerre fait à la Russie


La situation en Ukraine continue à se dégrader au fur et à mesure que l'attaque politique contre le Russie se renforce. A tel point que, pendant que l'artillerie ukrainienne reprend ses tirs quotidiens, que l'Ukraine violant ouvertement les accords de Minsk intime à la Russie d'en devenir partie et non pas garant, l'ancien ambassadeur ukrainien aux Etats-Unis appelle à rompre toute relation avec la Russie-ennemi et le clan Atlantiste à l'ONU veut faire de la Russie le pays agresseur. Ce n'est pas encore la guerre, mais c'est un chantage ouvert à la guerre fait à la Russie, pour la faire céder.

vendredi 5 mars 2021

Billet féminin du 8 mars : laissez-nous les fleurs et gardez votre morbidité !



L'approche du 8 mars plonge le monde progressiste et féministe dans la terreur : fêter une journée de la femme est discriminatoire, mais c'est la femme. Or, la femme ne doit plus être, remplacée et écrasée par les féministes. Ainsi, le choc de deux mondes, où le monde progressiste se focalise sur les violences faites aux femmes, et même l'association Français du monde nous bombarde de messages avec la mise en place d'une permanence à Moscou. Il est vrai que vivant en Russie, pour le 8 mars, on prépare plutôt le champagne, les fleurs, les chocolats et les soirées avec les amis. Deux mondes, l'un morbide, l'autre vivant.

jeudi 4 mars 2021

Les néotrotskystes au pouvoir : AfD et Génération Identitaire dans le collimateur globaliste


Alors que Génération Identitaire se fait dissoudre en France par un Gouvernement, qui semble plus préoccupé de protéger l'idéologie globaliste et de rendre hommage à ses cultes (migratoire et sanitaire), que de s'occuper du bien-être du pays et de sa population, en Allemagne le parti Alternative pour l'Allemagne est mis officiellement sous surveillance des services spéciaux, pour ses critiques du confinement et ses déclarations contre la politique migratoire Open Border. L'on ne touche pas aux nouveaux dieux, l'on respecte les cultes. Ou bien l'on vous détruit. C'est ça le nouveau totalitarisme global.

mercredi 3 mars 2021

Les nouvelles sanctions euro-américaines : la "Bataille de Russie" est en cours


Les Etats-Unis et l'UE, ont adopté de nouvelles sanctions contre la Russie. Si l'UE s'est bornée à symboliquement sanctionner quatre hauts responsables russes, dont les institutions ont osé être impliquées dans la condamnation de Navalny, démontrant ainsi simplement leur allégeance aux Etats-Unis, ces derniers attaquent plus frontalement, notamment les domaines de la vente d'armes et de la recherche scientifique en Russie. De son côté, la Russie, par la voix de Lavrov, a promis de répondre à cette "attaque hostile". La radicalisation des relations entre le clan Atlantiste et la Russie suit, in fine, son cours normal - jusqu'à victoire de l'un des deux dans cette Première Guerre globale. Et la "Bataille de Russie" qui se joue est déterminante. 

mardi 2 mars 2021

Le Conseil de l'Europe et la Russie - c'est l'amour vache


Alors que le ton ne cesse de se durcir entre les instances européennes, quelles qu'elles soient, et la Russie, ce qui est finalement la reconnaissance de la montée en puissance de la Russie sur la scène internationale et d'une certaine divergence avec le monde global, la question de l'intérêt de la participation de la Russie au Conseil de l'Europe divise les élites russes de manière assez habituelle entre globalistes et étatistes autour de la stratégie à adopter : participer pour participer ou imposer sa vision stratégique.

lundi 1 mars 2021

Affaire Navalny : la cour d'appel de Moscou rejette l'ingérence européenne


La cour d'appel de Moscou vient de publier le texte intégral de la décision confirmant la transformation de la peine de sursis de Navalny en peine réelle. Comme beaucoup de commentateurs fantasment à grande vitesse, trouvent "humoristique" la justice russe qui aurait, selon eux, condamné Navalny alors qu'il était hospitalisé, remettons les choses à leur place avec des extraits de cette décision pour éviter que de fausses informations, volontairement ou involontairement, ne continuent à se propager: la période d'hospitalisation n'est pas prise en compte, les violations des conditions du sursis sont systématiques, établies et non contestées par la défense, la défense qui n'a pas non plus contesté en justice l'avis de recherche. Quant à la décision de la CEDH, elle n'est pas une instance suprême des justices nationales, son injonction politique à libérer Navalny est assimilée à une ingérence inacceptable. Que nos amis journalistes n'hésitent pas à lire le texte de la décision avant de la commenter ...

vendredi 26 février 2021

"Pass sanitaire" : Macron engage la France sur la voie de l'apartheid sanitaire


La France a du mal à réouvrir pour la simple et bonne raison que ses dirigeants ne veulent à aucun prix normaliser la situation, c'est-à-dire faire en sorte que la vie redevienne "comme avant". La société doit changer en profondeur, elle doit accepter la surveillance, les contraintes aléatoires, le non-droit, la fin des libertés. La société libérale doit être détruite. Au-delà du Covid, indépendamment du Covid. Pour cela, l'homme doit être achevé dans son humanité pour accepter ce nouveau monde. Il semble cuit à point, Macron annonce le "pass sanitaire" pour accéder aux lieux de la vie sociale, avec test, vaccin, données personnelles ... C'est ça, l'apartheid, ici sanitaire, quand les hommes et les femmes n'ont pas accès à la vie sociale, parce qu'ils sont des hommes ou des femmes, mais en fonction de critères autres : leur couleur de peau, un test sanitaire, etc. Comme disait Joseph de Maistre, "Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite". Il est temps que les Français relèvent la tête et réclament le gouvernement que la France mérite !

jeudi 25 février 2021

L'implication de la Turquie dans le conflit ukrainien va-t-elle conduire à l'intégration du Donbass par la Russie ?


Depuis décembre, l'intérêt grandissant de la Turquie, membre de l'OTAN, pour l'Ukraine inquiète ceux qui ne veulent pas la guerre totale dans le Donbass et sa possible extension au continent européen. En effet, l'accord militaire passé entre les deux pays, prévoyant une production commune pour l'Ukraine de ces drones de combat, qui ont donné la victoire à l'Azerbaïdjan, et la livraison d'une première partie, laisse attendre de nombreuses victimes civiles dans le Donbass et un risque d'extension du conflit. Car tout l'intérêt est là pour les Atlantistes : la Russie va-t-elle s'en tenir à un soutien caché et à des déclarations diplomatiques, et perdre politiquement tant à l'intérieur qu'à l'internatonal, ou bien va-t-elle laisser entendre être prête à défendre le Donbass russe contre cette agression, somme toute, de l'OTAN ? Les globalistes ayant eux-mêmes changé l'équilibre international par le développement d'une politique d'agression massive des pays non-alignés, la question longtemps écartée par la Russie de l'intégration du Donbass pourrait retrouver tout son sens dans ce nouveau contexte conflictuel.  

mercredi 24 février 2021

Comment la CEDH et l'ONU sont instrumentalisées pour faire de la Russie un état terroriste

Illustration de l'Ukraine "pro-démocratique" post-Maïdan

L'Ukraine vient de déposer un énième recours interétatique devant la CEDH, par lequel elle accuse, sans indication de faits précis, la Russie d'éliminer les opposants sur son territoire et un peu partout dans le monde et de ne pas permettre une enquête sur ces cas. Parallèlement, à l'ONU, l'Allemagne se ridiculise avec les Tatars martyrisés d'une Crimée "occupée". Autrement dit, l'Ukraine est utilisée, après la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France, pour construire l'image d'une Russie - état terroriste. L'Europe continue à être instrumentalisée dans un jeu qui la dépasse et qu'elle ne maîtrise pas, pendant que les organes de la globalisation, comme localement la CEDH et en général l'ONU, trouvent enfin leur véritable raison d'être : la reconstitution par le discours d'une réalité plus confortable, puisqu'ils ont échoué à la créer.