L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

jeudi 29 avril 2021

Post-démocratie covidienne : l'Allemagne annonce mettre sous surveillance les personnes critiquant les mesures liberticides


Le renseignement allemand a annoncé la création d'un Département spécial, chargé de la surveillance des personnes remettant en cause les mesures liberticides adoptées au nom du coronavirus et critiquant la globalisation, car ils mettraient ainsi danger la sécurité nationale. Le Covid est donc bien un dogme, qui fonde notamment, comme le reconnaît le renseignement allemand, la globalisation. Silence, en rang par deux, c'est plus facile d'entrer dans l'abattoir.

Un article intéressant est sorti aujourd'hui dans le New York Times. L'on apprend ainsi que la très démocratique, progressiste et tolérante Allemagne va mettre sous surveillance les personnes qui ne partagent pas la ligne officielle sur le Covid. Quid de la tolérance envers l'autre, de la pluralité des opinions dans une société libérale, du pouvoir de la volonté populaire dans une société démocratique ? C'est du passé, car maintenant nous avons l'urgence sanitaire et l'on ne plaisante pas avec la santé des gens.

Le renseignement intérieur allemand a déclaré mettre en place un Département spécial pour surveiller le mouvement "agressif" et "conspirologique" (What else ?) de ceux qui osent critiquer les mesures de confinement et les mesures sanitaires (masques, distances sociales, etc.) afin de porter atteinte, je cite, à l'Etat, au business et à la globalisation. En effet, c'est dit, remettre en cause les mesures inédites (et inopérationnelles sur le plan sanitaire) adoptées à l'occasion du coronavirus remet en cause le processus de globalisation accéléré auquel nous assistons.

"Germany’s domestic intelligence service said on Wednesday that it would surveil members of the increasingly aggressive coronavirus denier movement because they posed a risk of undermining the state.

The movement — fueled in part by wild conspiracy theories — has grown from criticizing coronavirus lockdown measures and hygiene rules to targeting the state itself, its leaders, businesses, the press and globalism, to name a few."

Comme le déclare le ministre de l'Intérieur, les institutions publiques furent l'objet de nombreuses attaques depuis de début de la crise du coronavirus :

“Our basic democratic order, as well as state institutions such as parliaments and governments, have faced multiple attacks since the beginning of the measures to contain the Covid-19 pandemic,” the Interior Ministry said

Et comme il n'est pas possible de remettre en cause la ligne politique menée, celle consistant à lutter contre la population et non pas à soigner les malades, il faut surveiller ceux qui remettent en cause cette gestion globalisée et liberticide, gestion qui vide l'Etat de son sens et n'en fait qu'une machine armée au service d'intérêts globalistes - notamment d'un business transnational.

En fait, ce n'est pas faux, dans leur logique. Ceux, qui, malgré l'intense propagande dont les populations sont gavées sur tous les supports possibles et imaginables, malgré un discours global mortifère et culpabilisant (le malade étant coupable et dangereux), osent dénoncer ce renoncement des gouvernants pantomimes, présentent un réel danger pour ce monde en construction.

Ce qui surprend le plus dans ces déclarations, ce n'est même pas le fond - le fait que les Etats portent une attention toute particulière aux personnes qui remettent activement en cause la gestion liberticide de la crise sanitaire n'est pas une surprise. Le plus surprenant est que cela puisse désormais être ouvertement dit : souriez, vous êtes surveillés. La surveillance est à ce point entrée dans la norme, que la liberté a été reléguée plus loin, très loin, hors de portée des masques, des vaccins expérimentaux obligatoires, des assignations à domiciles, l'interminable couvre-feu, de toutes ces mesures qui réduisent l'être humain à une accumulation incertaine de cellules défectueuses.

Il faut donc les surveiller, pour mieux les discréditer (des conspirationnistes, des racistes, etc) et si nécessaire, les faire taire.

Votre masque ne vous étouffe pas trop ? Ou vous ne le sentez déjà plus ?

5 commentaires:

  1. La bureaucratie de Bruxelles a pris le pouvoir sur les nations qui composent l'Union Européenne.
    Herr Macron veut déconstruire l'histoire de France.
    Frau Merkel veut mettre tout le monde sur écoute.
    Le Traité d'Aix-La-Chapelle inféode la France à l'Allemagne.
    Tout se met donc doucement en place pour l'instauration d'un monde supranational très rigide qui pour l'UE sera géré depuis Washington.
    Cet hégémon passe son temps à traiter la Russie de dictature.
    C'est l'hôpital qui se moque de la charité.

    RépondreSupprimer
  2. Souvenez-vous, nous sommes dans les années 70, du tremblement de terre en Belgique le jour où l'hebdomadaire POUR publiait un article dénonçant l'existence des fichiers de la BSR* !

    Ces fichiers comprenant entre autre des syndicalistes, des avocats et des militants de gauche, contenaient toutes sortes d'informations, jusqu'à l'orientation sexuelle des intéressés.

    Si mes souvenirs sont bons, cela à conduit à une levée de bouclier des avocats, une enquête parlementaire et la suppression de ces fichiers. Finalement, le local de la rédaction de POUR, rue de la Concorde, fut incendié.

    Aujourd'hui on discute des modalités des "fichiers" relooké en BNG, dénomination qui fait plus smart et fait référence à un data center hyper performant, le contrôle total de la population. Quand 30 % des citoyens sont fichés, on est plus très loin de la sinistre Stasi.

    Mais aujourd'hui, on discute d'un droit de consultation du citoyen, sans prendre la peine de savoir si un tel fichier serait tout simplement légal. Puisque le Conseil Constitutionnel n'y trouve rien à redire, et que la Commission de Protection de la Vie Privée estime que toutes les précautions sont préservées pour le quidam, que si vous n'avez rien à cacher, pourquoi vous offusquer, que ce fichier est là pour votre sécurité, vous protéger de trois millions de terroristes, et que les concernés proposent des accommodements, alors pourquoi encore s'en inquiéter ?

    * La BSR était un officine de la gendarmerie belge qui coopérait avec la Sureté de l'État.

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_3-millions-de-belges-dans-les-fichiers-de-la-police?id=10751699&fbclid=IwAR0EY-xz5F4RuPTsdyfJQNvUpzdjJbjdG608_m9jBCLJXNBOsmSvEd31M9o

    RépondreSupprimer
  3. Tyrannie vaccino-sanitaire dans toute son horreur!

    RépondreSupprimer
  4. Lorsqu'on accepte l'assassinat et les meurtres de masses, nouvellement renommés terrorisme (d'état), ce genre de mesures et d'autres ne sont que des formalités administratives.
    La suite ? L'ouverture de camp de regroupement (pas de concentration vous imaginez le scandale) pour évidemment le bienfait de tous et toutes cela va de soi.
    L'idée a déjà été lancé. Il suffit juste de trouver quelques politiques avec assez de "courage" pour enfermer ses propres concitoyens et les laisser crever. Avec un Think-Tank et un peu d'argent ici et là, tout est possible de nos jours.
    En attendant, le passeport vacinal arrive, la première étape quoi.

    RépondreSupprimer
  5. Les jours où la sinistrose m'est trop pénible, je me dis, pour me réconforter, qu'au delà du rideau de fer 2.0 imposé par un occident à l'agonie, toujours aussi imbu de lui-même et arrogant, vivent des pays, des nations où l'Humain inspire encore le respect, plutôt que d'être détruit pour quelques intérêts et think-thank particuliers peu avouables. La globalisation, c'est le massacre orchestré de nôtre espèce. Heureusement que ceux qui se définissent comme étant la «Communauté Internationale» ne représente qu'eux-même, c'est à dire un petit pourcentage de la population mondiale. On a peu-être des chances d'en sortir, en faisant appel à la vrai «Communauté Internationale», celle qui peuple majoritairement nôtre planète, au delà des Merkel, Macron, Biden et autres, vendus à la finance contre les peuples.

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.