L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

lundi 19 octobre 2020

De Macron à Sobianine : les voies du dogme global totalitaire de la soumission


J'aurais aimé changer de sujet, écrire un texte plus agréable (non seulement à lire, mais à rédiger). J'aurais aimé pouvoir vous faire rêver un peu, nous en avons tant besoin aujourd'hui. Tant besoin de merveilleux, tant besoin d'humain, tant besoin de cette beauté de l'homme, de la nature, de ce miracle naturel chaque jour renouvelé. Au lieu de cela, je me vois continuer à vous emmener dans les méandres malsains des délires technologiques totalitaires à Moscou. Une ville avec une histoire tellement riche, une ville-héros, une ville d'une beauté à couper le souffle ... réduite à organiser la soumission de sa population, chaque jour un peu plus, chaque fois un espace de liberté de perdu. Après les QR Codes pour les établissements de nuit et peut-être les administrations, voici que "si ça marche" (et si l'on se tait "ça" va marcher), pour aller au restaurant, dans les salons de beauté et dans certains magasins, il vous faudra le fameux sésame électronique. Quand en France, Macron met le couvre-feu et ferme les établissements le soir, à Moscou Sobianine fait le choix du contrôle total. Tous les chemins, et tous les fantasmes, mènent pourtant à la Rome de la soumission. Ca sent vraiment la fin de régime ...


Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Comme nous vous en avions parlé la semaine dernière, Moscou revient dans le giron des QR Codes, cette petite technologie qui permet de se lancer corps et âme dans l'impasse du contrôle total. Ainsi, cela avait déjà été annoncé : pour aller dans les établissements de nuit, il vous faut un QR Code, délivré sur la plateforme de la Mairie de Moscou (voir notre texte ici).

"Et si ça marche bien", dixit Sobianine, alors il va être possible de prévoir l'obligation d'obtenir un QR Code pour aller dans les salons de beauté, dans les restaurants et dans les magasins, qui ne sont pas d'alimentation. Bref, si vous voulez sortir, si vous voulez vivre normalement, puisque le système de contrôle par QR Code s'étend petit à petit à tous les domaines de la vie, il vous faut vous soumettre. Vous soumettre au contrôle. Accepter le contrôle comme un élément de votre vie - désormais. Ou vous vous privez d'accès au monde extérieur, votre monde accessible se réduisant proportionnellement à l'emprise technologique.

L'autre question étant de savoir ce que notre Iznogoud moscovite entend pas une réussite ou un échec ? Le premier critère, le plus évident, est la réaction sociale : plus l'on va se taire, plus nos dirigeants iront loin. Quant aux autres critères, ces individus n'étant pas des politiques, mais des manageurs fanatiques, si techniquement ça se passe bien, alors ce sera une réussite. La question des libertés individuelles, de la proportionnalité de la mesure, etc. sont des critères qui appartiennent au passé, à l'époque révolue de l'Etat de droit.

Et Sobianine a choisi sa voie pour obtenir la soumission de la population, une voie différente de celle choisie par Macron en France. Macron (voir notre texte ici) a fait le choix de l'utilisation de la machine étatique contre la population, à la manière forte avec couvre-feu, fermeture des établissements le soir et contrôle de ceux qui sortent après 22 heures par des forces de police spécialement mises en place - puisque cela semble être le plus grand danger social en France pour les dirigeants. De son côté, Sobianine a affirmé qu'il ne voyait pas ces mesures pour Moscou. Il est vrai qu'à la différence de mars, où la Grande Guerre Sanitaire avait été décrétée sur le plan fédéral, maintenant en Russie tout se fait en catimini, sans grandes déclarations, en tentant le grand-écart du tout est normal (organisation de festival de cinéma, incitation gouvernementale au tourisme intérieur, etc.) et du "on va tous mourir du Covid" ... si on n'est pas soumis

Chaque pays choisit sa voie. Mais quelle qu'elle soit, elle mène à la soumission de la population à un dogme totalitaire sanitaire global et, puisque global, à la soumission de l'Etat et à l'instrumentalisation des structures étatiques, afin d'imposer aux populations des décisions qui ne sont pas prises au niveau national, tout en en faisant porter la responsabilité aux dirigeants nationaux / locaux.

Et ça ira de plus en plus loin, tant que nous nous soumettrons.


26 commentaires:

  1. Bienvenue dans une URSS renouvelée et modernisée façon virtualisation. Et dire que nombre d'occidentaux prenaient la Russie pour un pays en retard de progrès technologiques et sociétaux, les voila rassurés. Pendant que d'autres voyaient la Russie comme le pays qui les avait sauvés du nazisme, et à quel prix! Pendant qu'ils voyaient la Russie s'élever comme un contre pied à la folie hégémonique de l'occident pour parvenir à un nouvel équilibre géopolitique. Pendant que certains voyaient la Russie comme un grand pays qui savait conserver ses traditions, ses valeurs familiales, ses espoirs qui pouvaient participer un peu des nôtres... Quel gâchis! Quel gâchis!!! Comment les Russes peuvent-ils accepter de perdre à leur tour ce que les occidentaux ont perdu sans même sans s'en rendre compte?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout simplement mal connaitre la Russie et surtout les russes pour sombrer dans ce défaitisme...Moscou n'est pas la Russie...Nulle part vous ne trouverez un peuple plus libre ! L'immensité et la mémoire rendent libre pour toujours...

      Supprimer
    2. Et si on arrêtait de ressortir l'URSS à tout bout de champ? C'est justement parce que l'URSS n'est plus que vous vivez tout ça. Mais les gens sont trop cons pour comprendre.

      Supprimer
    3. L'URSS n'a pas été une période de grande liberté. Et ce qui se profile commence à lui ressembler étrangement. Je pense que ce problème va s'étendre au-delà de Moscou, hélas.

      Supprimer
    4. Le mot-clé de ce commentaire me semble être "à leur tour" - ce qui présuppose l'existence d'un retard. Je suis au regret de confirmer que, de mon vécu en URSS, nous, les Russes, avions un complexe de retardataires vs l'"Occident". Il en allait de même, selon les historiens, en Russie tsariste. Actuellement, au moment même que ce fameux "Occident" s'est gavé, depuis voilà quelques petites décennies, à en vomir, du consumérisme et du tout-numérique, la Russie s'y jette la tête la première de façon suicidaire. La frénésie d'achats frise la maladie mentale collective, les précieuses ridicules russes dépassent les limites du ridicule sans pour autant devenir précieuses, la numérisation de tous les aspects de la vie Y COMPRIS DANS LES PROVINCES PERDUES dépasse l'imaginaires des magnats des GAFAMs - et ceci avec le plus fort vouloir des populations JEUNES. Ces 16 - 35 ans qui maîtrisent les gadgets du net avec une telle adresse et compétence, que les occidentaux peuvent allégrement se sentir retardataires dans cet aspect-là. Terrible constat est également le suivant: dans l'avenir pas si lointain ceux de "Ma Patrie est l'URSS" ne seront plus et le pays sera livré à cette nouvelle génération produite et façonnée par le Tout-Numérique.

      Supprimer
    5. Altalavista, l'existence de l'URSS obligeait l'Occident à un libéralisme humain et même avec une dose de social, afin de rendre le modèle attractif. Mais cela coûtait cher. La chute de l'URSS a mis l'idéologie libérale en situation de monopole, avec les dérives extrêmes que l'on voit aujourd'hui, quand l'être humain est réduit à un instrument du système. De son côté, l'URSS, au-delà de la propagande logique libérale qui en faisait un monstre, était aussi un modèle qui avait voulu un but autre que mercantile. En cela, il était dangereux pour le libéralisme. Mais manifetement, la nature humaine n'est pas faite pour les efforts, l'homme nouveau n'a pas émergé, les défauts et les faiblesses sont restés les mêmes des deux côtés du mur. C'est en ce sens que l'URSS protégeait l'Occident de ses excès et des défauts inhérents au libéralisme, que l'URSS protégeait l'Occident de lui-même. Aujourd'hui, tout est permis et les populations sont dans un état d'écrasement inédit.

      Supprimer
    6. Vous dites « … la nature humaine n’est pas faite pour les efforts… »
      Je ne suis pas convaincu que les russes se reconnaîtraient dans ce raccourci psychologique. S’il est tout à fait vraisemblable que l’URSS a figé pendant un temps le développement libéral c’est aussi au prix d’une crispation existentielle importante qui est devenue un mode de vie, le temps aidant à transformer les contraintes et les adoucir avec l’aide de la religion.

      J’ai un peu vécu par épisodes des moments extraordinaires à Tachkent, j’avais une vingtaine d’années et là résidait mon premier amour rencontré en France. Cette femme m’a rendu fou d’amour et m’a fait découvrir des gens accueillant simplement le jeune parisien que j’étais. Je me sentais heureux et accepté comme jamais auparavant et pourrais-je même dire peut-être jamais après.

      Au fond de moi j’avais le sentiment très profond que la psychologie dans laquelle je vivais cette expérience était nimbée d’une aura faite de retenue attentive, à l’écoute de l’autre mais dont il fallait deviner les désirs difficiles à identifier. J’aime cette âme qui s’exprime toujours avec modération et explose dans les moments d’exception.

      J’approche les soixante quinze automnes et aujourd’hui je pense que cette âme est profondément introvertie et donc opposée à l’âme occidentale totalement extravertie. Ces deux aspects cherchent toujours à vivre leur complémentarité naturelle sans y parvenir. C’est encore la composante extravertie qui impose le règles de la relation que la compréhension introvertie essaie de calmer. Ces deux plans de la psyché ne se comprennent pas sur le plan géopolitique et tentent toujours de convaincre l’autre partie de sa propre compréhension unilatérale de l’histoire.

      Si comme vous le dites ainsi que d’autres commentateurs il y a quelque chose d’exceptionnel dans l’âme russe, ce que je crois également, et qui la prédispose à des souffrances toujours rédemptrices, je suis aujourd’hui inquiet. Le libéralisme commence à contaminer l’âme russe. Et il n’y a plus d’URSS pour s’y opposer car son développement portait lui-même les germes de son effondrement. Il est également vraisemblable que depuis Gorbatchev les russes aient appris à amplifier leur méfiance à l’égard de l’occident hégémonique et à développer des réponses « symétriques » comme les nomme Poutine. L’intensité de ces réponses potentielles m’inquiète d’autant que la Chine est ambigüe. Si cette situation continue son expansion comment envisager l’avenir du futur?

      Supprimer
    7. Le commentaire de Aliona Denissova est assez éloquent. Il y a réellement quelque chose de « magique » dans le numérique puisqu'il procure un sentiment brutal de puissance à qui le possède. Quel qu’il soit, pauvre ou très pauvre peut aujourd’hui vivre les mêmes ambitions de domination de la matière grâce à une petite interface électronique tenue dans ses mains. Ce que ne savent pas les pauvres et les très pauvres c’est qu’ils ont tous choisi la pilule bleue.

      Supprimer
    8. Effectivement. Et il faudrait encore distinguer selon les périodes de l'URSS... la pure n'étant sans doute pas celle que l'imaginaire occidental imagine !

      Supprimer
    9. bonjour:un libéralisme humain =cela fait parti de la sémantique qui retourne toutes expression à son contraire voir Edward Louis Bernays.Il ne faut pas oublier qu'il y avait 256 division nazis a l'est et seulement 6 a l'ouest donc n'oublions jamais le pris payé par les russes et quand on voit ce que l'on enseigne a nos cher têtes blondes.

      Supprimer
  2. Nous, en plus du couvre feu, nous avons le terrorisme. C'est terrible ce qui se passe en France.
    Ne vous faites pas de soucis pour les russes, ils s'en sortiront, ils en ont vu d'autres, ils ont vaincu les nazis ils vaincront la Covid et ce qui se cache derrière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi que l'on s'en sortira ici. Mais encore une fois à quel prix!

      Supprimer
    2. Côté terrorisme les Russes sont bien servis aussi. Tiens, rien qu'à penser aux Tchétchènes...

      Supprimer
  3. Il est possible que nous n'ayons pas compris. Mais vous, comment comprenez-vous cette situation en Russie d'aujourd'hui?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de poser cette question que je me pose également.
      Je n'ai pas la réponse mais je suis certain que la Russie résiste et résistera toujours...C'est ma conviction...C'est dans la nature des choses.
      Souvenez vous du voyage à Brégançon de Poutine l'été 2019. Qu'a promis Macron ou menacé ? Actuellement nous observons des révolutions colorées sur le flan ouest de la Russie. En tous cas depuis les médias russes RT, spoutnik en français sont rentrés dans le rang. Donc en apparence Poutine s'est laissé abusé. Mais peut-être est-ce une temporisation ? Gagner du temps ! Ce n'est pas facile pour la Russie d'être l'alliée de la chine uniquement. Cette dernière joue aussi sur plusieurs tableaux ! Il faut un équilibre...Le jeu est complexe. Les exigences des USA vis à vis de l'Europe finiront par détruire cette dernière...Le temps travaille...

      Supprimer
  4. Oui , à quel prix ! d'autant plus élevé que Vladimirrr' tardera à faire le coup d'Etat salvateur que nous attendons tous . Si toutefois , il est encore ds le camp antiglobaliste ...On peut cependant encore l'espérer (cf le site "le grand jeu" ) .Refonder l'Empire (autre nom de l'URSS , mais avec Dieu en plus , et le goulag en moins , même s'il faudra bine contrôler les globalistes sorosiens et décadents ...) , et mettre en place le nouveau tsar . Vaste programme ! comme aurait dit De Gaulle ...

    Nicodème

    RépondreSupprimer
  5. Un tissu de conneries, le QR-code n'est QUE pour les bars de nuit et les extrapolations de Karine Dankin Golovko consistent simplement a tout critiquer dans le pays qui lui permet de vivre. Qu'elle n'imagine pas que l'aura de son mari la met a l'abri de... sanctions. Cette mijauree ne dit bien entendu pas qu'aujourd'hui encore Vladimir Poutine a promis qu'aucun blocage n'aurait lieu... Elle prefere critiquer a tout va. Qu'elle prenne bien garde... Les supports de la 5-eme colonne comme cette poufiasse n'ont pas une vie agreable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, puisque vous êtes de retour dès que l'on touche au petit Iznogoud local, je vous rappelle encore une fois que et les menaces et les fakes sont condamnés par la législation russe. En ce qui concerne les QR Codes, il a été publié dans la presse russe systémaique que si ça marche pour les établissements de nuit, SObianine veut les généraliser aux restos, salons de beauté, administration, etc. Ce qu'il a lui-même déclaré. Il ne suffit pas d'insulter pour avoir raison, mais cela montre le niveau des partisans de Sobianine et du tout-contrôle. Vous êtes faibles, vous n'êtes qu'une impasse.

      Supprimer
    2. GRU, quand l'on recourt aux insultes, c'est qu'on n'a pas d'arguments. Et l'on menace quand on se sent impuissant. - C'est exactement l'absence d'arguments et la profusion de menaces dans votre comment qui redonne de la légitimité incontestable à l'analyse de Karine. De plus, le projet de Sobyanine "Умный Город" ("Ville Intelligente") pour Moscou suivi maintenant de "Умный Огород" ("Potager Intelligent") pour toute la Russie rurale et des datchas ne se résume pas - et de loin - au simple recours au QR code.

      Supprimer
  6. humm ce n'est pas tout a fait ainsi qu'ils décrivent la situation sir place ici :
    https://boriskarpov.tvs24.ru/2020/10/20/un-confinement-a-moscou-bien-sur-que-non/
    que dois-je en penser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes justement libre de penser ce que vous voulez, et heureuement! Sachant que toute pensée, justement, ne peut être que libre et personnelle. Mais les infos ici citées sont référencées, lisez les lien de la presse systémique et des déclarations de Sobianine. Et je ne parle pas de reconfiner Moscou. C'est une surveillance de plus en plus totale qui se met en place, défendue par des fanatiques et des faibles.

      Supprimer
    2. bon donc je constate que là :
      https://tass.com/politics/1214603
      La Russie ne prévoit pas d'introduire un autre verrouillage COVID-19, selon le Kremlin
      Le porte-parole du Kremlin a souligné que malgré la dynamique négative, la situation actuelle est différente de ce qui s'est passé au printemps 2020

      MOSCOU, 21 octobre. /Le gouvernement russe n'a pas l'intention de mettre en place un nouveau verrouillage suite à l'augmentation des cas de COVID-19, a déclaré mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, aux journalistes.

      "Ce n'est pas en cours de discussion", a-t-il déclaré, répondant à une question sur la possibilité d'un autre verrouillage compte tenu de l'augmentation du nombre de cas COVID-19 quotidiens dans le pays.

      Il a souligné que malgré la dynamique négative, la situation actuelle est différente de ce qui s'est passé au printemps 2020. Le responsable du Kremlin a déclaré que le système de santé avait été rééquipé pour faire face à la pandémie. "En ce moment, nos efforts ont porté leurs fruits. Le système est prêt à résister à la pression que l'épidémie lui fait subir", a-t-il déclaré.

      M. Peskov a déclaré qu'au printemps, il n'y avait pas assez de moyens de protection individuelle, et qu'il y avait également un manque de ventilateurs. "C'est-à-dire que l'infrastructure sanitaire capable de faire face à la pandémie était en cours de développement. Des mesures de précaution extrêmes étaient donc nécessaires", a-t-il expliqué.

      Le porte-parole a déclaré que "l'épidémie continue de vivre et se développe", ce qui nécessite beaucoup d'attention et d'efforts. Lorsqu'on lui a demandé ce qui peut freiner la propagation du virus, si ce n'est un autre verrouillage, le fonctionnaire a répondu que "cela dépend des précautions, des mesures d'hygiène, de certaines décisions des responsables régionaux". "Vous pouvez voir que dans les différentes régions, le gouvernement prend des décisions différentes, basées sur le mandat spécial COVID-19 qu'ils ont reçu au printemps. Ce système fonctionne donc et permet <...> d'aborder ce danger de manière plus flexible", a-t-il ajouté. M. Peskov a déclaré que le système de santé relève le défi de la pandémie malgré certains points de pression.

      Traduit avec www.DeepL.com/Translator

      Supprimer
    3. et quel est le rapport avec mon texte? je ne parle pas d'un retour à la quarantaine en Russie, mais de l'instauration de mécanismes de suveillance généralisée. Je comprends que ça dérange, mais au moins un peu de bon sens ...

      Supprimer
    4. le rapport ? le but est d'élargir le champ d’appréciation de la situation pour tenter de se faire une idée juste !

      Supprimer
  7. Les temps sont assez durs et les situations assez graves pour qu'on évite de s'engueuler comme ds le dernier des blogs "démocratiques" occidentaux , non ? Cela ne constitue en aucune façon des arguments . Enfin , je préfère que ce genre d'excès soit à l'image du GRU (ukrainien ), plutôt que du FSB ...:-) , s'il fallait trouver un sens au pseudo de notre distingué intervenant ...

    Nicodème

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.