L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

vendredi 19 novembre 2021

Poutine met la Russie au coeur du combat géopolitique et idéologique du Covid


Le renversement radical de la position présidentielle en Russie face à la gestion du Covid ne passe pas inaperçue, ni à l'intérieur, ni à l'extérieur. Ce coming out globaliste oblige le pouvoir en Russie, légitimé d'une manière centralisée par le Président, qui s'appuie sur une base patriotique/étatiste nationale, à dédramatiser, ce qui risquerait d'être pris au minimum comme un désaveu, pouvant conduire à un chancellement de tout le système de gouvernance. Dans ce contexte, un très étrange texte a été publié par un analyste américain, parfaitement implanté en Russie, ayant même travaillé pour Radio Sputnik, expert au Club de Valdaï, expliquant sans ciller que Poutine a toujours été un globaliste, mais que ce n'est pas grave car il aime son pays, donc la vaccination obligatoire est très bien, les lock down doivent permettre de lancer l'économie numérique et Schawb est son ami intime, dont il partage la vision. Mais ce n'est pas grave, car c'est Poutine et Poutine aime la Russie, donc ce n'est pas grave. Comment interpréter cette surprenante publication ?

Andrew Korybko est un analyste américain basé à Moscou, collaborant avec Radio Sputnik, publiant en anglais dans des médias internationaux, expert au Club de Valdaï, assistant à MGIMO. Il est parfaitement intégré dans les milieux systémiques russes et fait manifestement partie de ce groupe de personnes mises à contribution pour sortir des publications assez favorables et porter la bonne parole.

D'ailleurs, le texte qui a retenu notre attention a d'abord été publié en anglais (lire ici), avant d'être traduit en français par le Saker francophone et repris par Réseau international (voir ici). L'importance et la signification d'un texte s'éclairent en fonction de son contexte : qui l'écrit, dans quelle langue, etc. Le contenu aurait pu laisser penser à une publication marginale de l'un de ces "plus russes que russes", qui assez primitivement se réfugient dans une vision fantasmée et malsaine de la Russie, d'une Russie réduite à son folklore et à Poutine, une Russie qui manifestement pour eux ne pourra jamais exister en dehors et après lui. Mais le statut de l'auteur est trop important pour cela. Autre élément intéressant, l'article a été publié initialement en anglais, le public visé était donc l'étranger, publié sur le site d'un Think Tank opaque, ne précisant ni ses partenaires, ni ses financements.

Et ces indications sont d'autant plus importantes, lorsque l'on s'intéresse au contenu de cette publication, dont voici les grandes lignes.

C'est une fausse interprétation des médias non conventionnels de faire passer Poutine pour opposé à tout ce qui vient des Etats-Unis et cet article a justement pour but:

"d’expliquer pourquoi le dirigeant russe a adopté le récit conventionnel sur la Covid-19, en dépit de l’émergence d’éléments qui font peser des doutes quant aux affirmations avancées sur le taux de mortalité induit par le virus, ainsi que les stratégies de confinement qui y sont associées."

Malgré les informations dont disposent les scientifiques russes remettant en cause la ligne officielle, Poutine a décidé de s'aligner sur le discours conventionnel globaliste et sur l'OMS :

"Contrairement au faux récit qui domine au sein de la communauté des médias alternatifs, il ne s’oppose pas au « globalisme » en soi, mais uniquement à la variante unilatérale promue par les États-Unis."

Ainsi, Poutine est globaliste et l'a toujours été par ... pragmatisme, nous dit-on. Et justement par pragmatisme, il ne s'aligne par sur tout. Vous noterez, pas par conviction, mais par pragmatisme. Or, beaucoup de critiques émergent au sujet de la vaccination de facto obligatoire, car coercitive. Mais le problème est résolu, car selon l'auteur, le vaccin est sûr et Poutine l'a déclaré, donc la coercition ne pose pas de problème. En effet, cerise sur le gâteau de la légitimation tautologique :

"La politique de vaccination du pays, qu’elle soit « volontaire », « coercitive » ou « obligatoire », ne serait pas mise en œuvre si Poutine pensait sérieusement qu’elle pourrait mettre en danger la vie des gens. On peut donc supposer que le président Poutine estime que ces vaccins vont réellement sauver des vies."

L'autre point de contestation est celui des confinements. Ici aussi tout va bien ... car Poutine y est favorable. Les confinements ont des effets sanitaires très limités, mais un impact économique et social très fort. La Russie a mis en place des filets de sécurité sur le plan social, mais la question économique reste ouverte et d'autant plus d'actualité, rappelons-le, que l'imposition des QR Codes dans tout le pays peut la faire littéralement s'effondrer. Mais tout va bien, car Poutine est favorable au Grand reset, à cette fantasmagorique nouvelle révolution, non pas industrielle comme présentée, mais en fait anti-industrielle, non pas parce qu'il est méchant et qu'il voudrait que l'économie s'effondre, mais parce qu'il est gentil et qu'il y croit. Décidément, tout est question de croyance dans ce texte, pas de raisonnement, mais de croyance :

"À cet égard, le président Poutine semble tout à fait favorable à une telle vision, comme l’indique la révélation qu’il a faite, au début du mois de janvier, au cours de sa participation virtuelle au Forum économique mondial, auquel il a pris part de manière régulière depuis 1992, et qui lui a permis de se nouer d’amitié avec Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial, et auteur d’un livre exposant ces concepts. En outre, le gouvernement russe a signé un mémorandum avec le Forum économique mondial le mois dernier pour instituer un « Centre pour la Quatrième Révolution industrielle » sur le territoire russe. Le champion étatique Sber, qui s’appelait Sberbank avant d’être renommé, devrait prendre la direction de la mise en œuvre de cette profonde transition socio-économique au sein du pays."

Et le Covid permet de forcer l'implantation de ce nouveau monde technologique anti-humain, qui traîne sérieusement à s'implanter et à convaincre. Le Covid permet aussi d'oublier de convaincre et d'imposer, mais c'est très bien car Poutine estime que c'est la voie de développement de la Russie, qui en plus y gardera sa souveraineté (comment, ce n'est malheureusement pas expliqué). La critique d'un renforcement du pouvoir oligarchique est certes totalement fausse, selon l'auteur, car si les oligarques sont bien renforcés, comme ils sont fidèles au pouvoir, cela ne pose aucun problème pour le pays et d'ailleurs cela va devenir la règle générale - une fois les économies nationales détruites (ce qui n'est pas dit) :

"L’une des critiques les plus couramment émises à l’encontre du GR/4RI, est que celui-ci va institutionnaliser et étendre ce que l’on a décrit comme des pratiques oligarchiques, surtout celles qui sont associées aux grosses sociétés technologiques. De nombreux membres de la communauté des médias alternatifs ont supposé à tort que la Russie avait éliminé ces influences sur son économie durant les premières années d’exercice du président Poutine. Mais en réalité, il a appliqué la loi contre les oligarques criminels (...). Les autres oligarques, respectant les lois, ont pu conserver leur fortune, et nombre d’entre eux l’ont développée par la suite (...)."

Et non seulement le pouvoir oligarchique va s'installer de manière mondiale grâce au Covid et à sa gestion, mais en plus ce sera évidemment un atout pour la Russie. What else? Poutine pourra même les soutenir à condition qu'ils participent activement à la virtualisation du pays. Et afin de garder le soutien populaire, cette opération s'accompagnerait d'un système renforcé d'aide sociale. La question du coût et de sa prise en charge n'est ici, bien sûr, pas résolue, puisque quand c'est l'Etat qui paie, c'est gratuit. Et la théorie managériale doit permettre la transition, pour que la population l'accepte, évacuant un instant les "valeurs" occidentales ... qui auront ensuite leur place ? Nous ne sommes pas dans la défense de valeurs propres à la Russie, mais dans l'établissement d'un discours reprenant les valeurs chères aux Russes, le temps de la transition du pays :

"Sur le front managérial, le dirigeant russe a introduit le concept de « conservatisme sain/modéré/raisonnable » au cours de son discours du mois dernier, dans le cadre de ce groupe de réflexion populaire. Il ne s’agit pas d’une nouvelle idéologie, comme certains l’ont affirmé (et comme d’autres en ont fait le vœu pieux), mais simplement d’une manière de gérer le GR/4RI au cours de sa phase de transition, en cours, qui est caractérisée par un niveau d’incertitude accru dans le monde. Il existe des aspects spécifiques en lien avec des politiques socio-culturelles, comme la réprimande du président Poutine envers le « wokisme » occidental, mais il s’agit là moins d’une approche idéologique que managériale, qui reste alignée avec des politiques prudentes et bien pensées. Ce style managérial conservatif va assurer que l’« étatisme populiste » est mis en œuvre de manière efficace durant le GR/4RI."

Et justement les confinements permettent d'accélérer la transition numérique, ce qui est soutenu par Poutine:

"Répétons-le, nonobstant les visions personnelles envers les changements profonds en lien avec ces concepts, la conclusion objective est que le président Poutine soutient ces transitions (peut-être en a-t-il été convaincu par une combinaison entre ses propres évaluations indépendantes des tendances mondiales, ainsi que par l’influence de son ami intime Klaus Schwab)."

En lisant cet article, l'on a tout d'abord envie de rire (ou de pleurer), en se disant qu'il s'agit d'élucubrations d'un de ces faux patriotes, qui ne sont là que pour légitimer à tour de bras ce qui est fait par Poutine, même si les conséquences pour le pays peuvent être négatives. Poutine pour eux n'est depuis longtemps plus un homme parmi d'autres, qui a fait beaucoup plus que bien d'autres pour le pays, mais déjà un dieu. Or, les décisions des dieux ne se discutent pas, si elles semblent mauvaises, c'est simplement qu'elles ne sont pas bien comprises par les pauvres humains que nous sommes.

Mais ce qui est écrit correspond dans le fond à ce qui se passe dans le pays : in fine Poutine soutient la vaccination obligatoire, les programmes étatiques de numérisation du pays s'accélèrent et le Président insiste en ce sens, les confinements sont pudiquement présentés comme des "vacances" et les QR Codes sont en vigueur même avant que la loi n'ait été adoptées. Quant à l'OMS, Poutine l'a déclaré, il ne faut pas remettre en cause ses compétences. 

Alors pourquoi dire ce qui se sait, mais ne devrait pas être aussi clairement prononcé ? Il y a ici deux possibilités : soit, c'est un message envoyé par les équipes de communication du Kremlin à l'étranger, pour faire comprendre que la transition n'est pas facile, mais l'on y travaille (l'auteur est systémique, le texte n'est pas traduit en russe); soit c'est une fuite ciblée devant viser l'image déjà affaiblie du Président, espérant en touchant le pilier et en lui faisant perdre son soutien populaire, faire vaciller le pays.

 

 



 

 

 


 


26 commentaires:

  1. Bonjour, Merci pour cet article qui interroge.

    Andrew Korybko tente de justifier un etat de fait: Poutine se comporte de plus en plus en mondialiste, il est pro-numerique(il a nomme Michoustine) et n'a jamais remis en question les honteuses, criminelles privatisations des annees 90 ni leurs beneficiaires, oligarques toujours dans les spheres du pouvoir.
    Poutine defend les interets de letat russe a l exterieur mais a toujours fait peu cas de de linteret du peuple en interne...suffit de regarder l etat lamentable des villes secondaires, le retard des infrastructures dans les campagnes et les salaires de misere dans tous le pays excepte Moscou.

    Pierre Hillard qui n'est en rien poutinolatre a toujours soutenu que Poutine etait mondialiste mais favorable a un autre ordre globaliste que celui des americains.
    ...a suivre, mais cela n augure rien de bon pour les partisans des nations et du monde traditionnel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux une Russie telle quelle, que pas de Russie du tout. Or, c'est ce qui serait arrivé à la Russie si Poutine n'avait pas été là. Donc, un grand merci à Poutine.

      Supprimer
    2. Quel est le rapport avec la gestion globaliste du covid en Russie, qui risque de faire imploser le pays ? On continue à applaudir - justement parce que c'est Poutine ? On comprend mieux comment Macron est possible en France et pourquoi la Russie se heurte à son peuple dans le délire globaliste des élites.

      Supprimer
  2. Excellent boulot. J'ai arrêté ma collaboration sur sputniknews.com et sur pravda.ru quand j'ai compris que le poutinisme est une perte de temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez bien fait d'arrêter de poster sur sptunik , la majorité des intervenants étant bien à droite de l'extrême droite , négationistes et racistes à fond .

      Supprimer
  3. Nous vivons une époque de manipulation, de guerre informationnelle et psychologique où l'esprit critique doit rester en permanence en éveil
    Merci pour cette analyse

    RépondreSupprimer
  4. https://reseauinternational.net/le-fmi-a-predit-correctement-larrivee-de-la-vaccination-obligatoire-dans-toute-la-russie-apres-avoir-offert-18-milliards-de-dollars-au-kremlin/

    Bonjour. A la lumiere de cette article ça confirme l'article dont vous parler poutine est pour la mondialisation .mais en gardant la russie de decider comment on l'applique.bref cest un beau vendu comme les autres poutines.on evitera la depopulation que l'europe mais en place .mais ils veulent nous piquer et nous tracer comme des betes.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Madame,

    Primo, une petite coquille qui s’est glissée dans votre texte (« n’ait été adoptée ») :

    Mais ce qui est écrit correspond dans le fond à ce qui se passe dans le pays : in fine Poutine soutient la vaccination obligatoire, les programmes étatiques de numérisation du pays s'accélèrent et le Président insiste en ce sens, les confinements sont pudiquement présentés comme des "vacances" et les QR Codes sont en vigueur même avant que la loi n'ait été adoptée. Quant à l'OMS, Poutine l'a déclaré, il ne faut pas remettre en cause ses compétences.

    Deuxio : M. Glazyev était présent à Valdai. Est-ce qu’on pourrait savoir ce qu’il pense de tout ça, M. Glazyev ? À supposer qu’il en pense quelque chose et qu’il ait droit à la parole, au moins à l’extérieur…

    Théroigne
    (lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr)

    Petit message à M. Bonnal, si on peut se permettre : ce sont ceux qui sont dans les batailles qui les gagnent.

    RépondreSupprimer
  6. Analyse intéressante sans conclusion définitive. Une remarque et une question: la gestion du covid en Russie semble avoir été bienveillante (sérénité, aide à l extérieur, cinq vaccins non obligatoire, traitements (?)...), ce qui est l exact opposé des gouvernements occidentaux (dramatisation, pilotage par pfizer quasi imposé, chasse aux soignants et aux traitements. .). La question est d avoir l avis de Karine BG: l axe patriote Poutine choigu Lavrov tient il bien toujours le cap ? L hostilité croissante de l otan est un indice qu eltsine n est pas encore revenu au Kremlin .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, vous trouverez plusieurs articles sur ce sujet sur le site. Il y a quelque temps, le discours a radicalement changé en Russie pour devenir cvido-agressif et la propagande est partout. Le discours de Poutine lui-même monte graduellement en ce sens et légitime la cours globaliste. Lavrov semble tenir, mais il ne décide pas de la politique intérieure ...

      Supprimer
  7. Je suis assez admiratif de ce que Poutine a fait pour son pays et pour le peuple Russe, j'ai peut-être donc un biais dans mes propos.
    L'élément essentiel dans la vaccination est que le vaccin Russe n'est pas une thérapie génique ce qui à mon avis change tout, moi-même si en France on me laissé le choix je me vaccinerai, non pas que j'ai peur de cette maladie (j'ai contracté le virus cet été) mais pour échapper "sans risque pour ma santé" à l'hystérie covid et à toutes les contraintes et injonctions moralisatrice qui l'accompagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le peuple allemand était aussi admiratif de Hitler pour ce qu'il avait pour leur pays, les ondes électromagnétiques par l'intermédiaire des vaccins fera perdre à l'humanité son libre arbitre quand celles-ci seront activées sur la même fréquence au même moment.

      Supprimer
    2. Si je comprends bien, à l'aide des vaccins on robotise l'humanité? Nous sommes en plein dans la science fiction. Vous plaisantez je suppose?

      Supprimer
    3. On ne va pas comparer Poutine à Hitler, soyons sérieux. En revanche, avec les vaccins, on impose les QR Code et la surveillance et la soumission. C'est pas la vaccination en soit le problème, c'est son caractère obligatoire pour accéder à l'espace public.

      Supprimer
    4. Cest une possibiliter ce qu'il dit j'arrive pas retrouver la video .elle du etre nettoyer de youtube mais j'avais un scientifique dans les annee 80/90 qui parlait de controler les gens via les vaccins.donc maintenant qu'on sait que les gens sont connecter au blutooth on est droit de ce poser la question.

      Supprimer
    5. J'ais oublié de préciser: "vacciné avec le vaccin Russe"

      Supprimer
    6. On peut être admiratif pour ce que Putin a fait pour son pays mais actuellement ont peut ce poser certaines questions. Depuis la covid 19 nous sommes déjà en pleine fiction devenue réalité, le compteur linky et la 5G en marche forcé avec menace, ce qui arrive en Autriche, en Australie, au Canada et dernièrement en Hollande nous montre la froide réalité. La destruction programmée de l'Europe, voir les Georgia guidestones, les vaccinations avec graphène et constaté dans l'eau du robinet, l'aimantation des points de vaccinations, les codes alphanumériques des vaccinés sur les smartphones etc...

      Supprimer
    7. C'est la vaccination en soit qui est le problème.

      Supprimer
  8. Pas facile de se faire une idée... La confiance dans la vaccination reposerait sur la fiabilité du Spoutnik V qui n'est pas génique? On demande à voir dans 6 mois, dans 6 ans... D'ici là, l'eau aura coulé sous les ponts de Moscou, de Brooklyn et de Paris. J'omets Berlin qui n'a qu'une petite Spree... ah, pardon j'oubliais la Vistule!

    RépondreSupprimer
  9. Monsieur Nicolas Bonnal, je vous salue, bravo pour votre lucidité. La "Coronacrise" a ceci de formidable qu'elle fait "tomber les masques" justement, le régime politique russe avec Poutine à sa tête montre exactement sa vraie nature de régime mafieux à velleités despotiques, celle d'un système à la corruption généralisée où des centaines, peut-être des milliers de milliards d'euros ont été détournés depuis 20 ans (vers les banques et l'immobilier occidental, pas chinois ou iranien) sur fond de discours "patriotique", "militariste" et "conservateur" de façade alors que la Russie est un pays qui va très mal objectivement (-560 000 personnes en 2020, près d'un million en moins attendu en 2021), où près de 40% des hommes n'atteignent pas l'age de 60 ans, en déclin industriel stupéfiant (le Mexique a dépassé la Russie en sa production manufacturière), le programme spatial russe, jadis rival de l'américain, aujourd'hui est moribond, la Russie étant absente de l'essentiel de la recherche scientifique de pointe, principalement à cause d'une gigantesque fuite des cerveaux (vers l'Occident), étant l'un des premiers pays d'émigration du monde https://ec.europa.eu/eurostat/web/products-eurostat-news/-/ddn-20210315-1 , cela rend d'ailleurs peu crédible la thèse de la supposée puissance militaire russe, (impossible d'être une puissance militaire majeure avec une industrie largement dépassée à ce point, démontré de manière flagrante au Haut-Karabakh en 2020 où l'armemement russe de pointe a été surclassé par l'armement turc et OTAN malgré la position défensive, donc avantageuse, de l'Arménie). Un autre marqueur majeur du déclin terrible de la Russie est la "crise sanitaire" où l'état catastrophique des hopitaux russes s'est révélé, étant incapable de fonctionner un tant soi peu correctement, état désastreux reflétant celui des infrastructures en dehors de villes vitrines (Moscou, SPB, Sochi) et autres "millioniki". Le pouvoir russe étant trop occupé à jouer à la géopolitique pendant que l'intérieur du pays est en ruine, cette image peu reluisante d'un pays en échec complet étant en réalité la principale raison, bien plus que l'UE/OTAN/É-U de l'éloignement croissant des états post-soviétiques de la "sphère russe" (Maidan d'Ukraine, Kazakhstan abandonnant l'alphabet cyrillique au profit de l'alphabet latin, l'Azerbaidjan rejoignant la sphère turque, l'Arménie décue de l'incapacité de la Russie à l'aider militairement en 2020 cherchant un nouveau protecteur, "Stans" d'Asie Centrale d'où la Russie est progressivement évincée par la Turquie et la Chine, Moldavie où les candidats "pro-russes" perdent et même la Biélorussie où s'observe un processus similaire à celui de l'Ukraine nonobsant le raidissement de Loukachenko, les Bélarus votant avec leurs pieds en allant vers les pays d'Europe de l'Ouest, Pologne notamment (60 000 Bélarusses ayant quitté le pays en 2020 sur un pays de 9000 000). La Russie devient de fait un pays de plus en plus isolé, satellite de la Chine pourvoyeur de ressources naturelles, technologiquement complètement dépassé, le bilan intérieur des 20 dernières années étant si faible que le président ne s'est jamais risqué à un débat contradictoire avec d'autres candidats, chose rarement soulignée. Bref, le bilan objectif du poutinisme est désastreux, la "coronacrise" et la brutalité des mesures étant juste le révélateur, seuls en occident des droitistes/dissidents naifs/mal informés/aveuglés/achetés peuvent croirent que la Russie d'aujourd'hui représente un quelconque contrepoids ou "modèle alternatif", plus vite ils l'auront compris, le mieux ce sera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Tout ce qui est excessif est insignifiant." Talleyrand.

      Supprimer
  10. Si votre jugement sur la Russie et Poutine est vrai et se résume en "régime mafieux à velleités despotiques, et en un système à la corruption généralisée", à quoi vous sert de vous donner tout ce mal pour le dénoncer? Il suffit d'attendre que la poire mûre tombe.Et nos régimes à nous, où en sont-ils du point de vue de la corruption généralisée mafieuse? Les dénonciations grandiloquentes me sont toujours un peu suspectes.

    RépondreSupprimer
  11. Observateur, et bien, je crois que vous exagérez un peu : la Russie a des armes avec plus de 10 ans d'avance technologique ce qui a coloré l'occident de vert-jaunisse. C'est encore la Russie qui a mis au point un appareil permettant aux aveugles de voir ! Bref votre couplet est un brin pathétique; Aujourd'hui tous les pays du monde ont besoin de la Russie pour atteindre la station internationale. Votre tirade ressemble peu, excusez-moi à une analyse sérieuse et non partisane.

    RépondreSupprimer
  12. Ce qui a été dit plus haut est factuel, et n'est opposable que sur le fond avec des faits, l'ironie cache mal l'absence de contre-arguments. Tiens, pour finir une toute dernière nouvelle, ô combien parlante, Pavel Dourov, génie russe de l'informatique, fondateur de VK et Telegram, tant affectionés par la "dissidence", qui a quitté la Russie depuis des années vient d'acquérir la citoyenneté...française

    https://lenta.ru/news/2021/11/22/durfr/
    très représentatif de cette fuite des cerveaux hémorragique de talents ne voyant pas d'avenir dans la Russie d'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  13. Ce qui explique la porte dérobée pour la police française sur télégram et VK.
    Mais rien ne dit aujourd'hui si M Dourov n'est pas un sousmarin KGB ? Ce serait un joli coup d'ailleurs, tout comme pour tous les autres génies russes de l'infornatique et des cryptos. Aller savoir, vous le factuel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le KGB n'existe plus depuis le 3 décembre 1991, vous le retardataire.

      Supprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.