L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

mardi 5 avril 2022

Les expulsions de diplomates russes : ce n'est pas le temps de la diplomatie


Il y a un temps pour chaque chose. Aussi désagréable que cela puisse paraître, ce n'est pas le temps de la diplomatie. La Russie a beau s'évertuer à s'accrocher envers et contre tout, contre son intérêt même, aux mécanismes diplomatiques, c'est le temps du combat. Celui de la diplomatie reviendra ensuite, quand l'une des parties considèrera avoir perdu. En attendant, les diplomates sont instrumentalisés comme des munitions et s'ils ne savent pas se battre, ils feront perdre leur pays. Le monde atlantiste a clairement précisé la chose en expulsant les diplomates russes, en leur niant le statut de diplomates, en en faisant des espions. La France suit le mouvement et annonce des expulsions massives.

Le ministère français des Affaires étrangères l'a déclaré hier, la France entre dans la danse des expulsions de diplomates russes :

"La France a décidé ce soir de l’expulsion de nombreux personnels russes sous statut diplomatique affectés en France dont les activités sont contraires à nos intérêts de sécurité.

Cette action s’inscrit dans une démarche européenne.

Notre première responsabilité est toujours d’assurer la sécurité des Français et des Européens."

Il s'agirait de 35 diplomates. En cela, la France souligne son allégeance à l'Atlantisme et suit les pays Baltes, l'Allemagne et, avant encore, d'autres pays européens comme la Belgique, les Pays-Bas, la République Tchèque ou la Slovaquie, faisant clairement passer le message : la Russie n'est plus un état fréquentable, elle est présentée en fait comme un Etat terroriste, donc elle n'a pas le droit d'avoir des diplomates, comme ses journalistes étaient requalifiés de propagandistes. La seule présence de diplomates russes dans l'espace satellite atlantiste pose manifestement un problème de sécurité, posé non pas par des diplomates (ce qui serait absurde), mais par des "espions".

Que les pays satellites des Etats-Unis tiennent cette démarche est regrettable, mais logique. Que la Russie s'accroche à la diplomatie, alors que le conflit n'est pas épuisé, est contre-productif. Le temps de la diplomatie viendra, que la phase active du conflit ne présentera plus d'intérêt pour l'une des parties, c'est-à-dire quand elle reconnaîtra sa défaite. En attendant, les diplomates doivent être combatifs, car ce n'est pas le moment des compromis. En Ukraine et en Europe, ils l'on parfaitement compris. L'Ukraine mène réellement une guerre contre la Russie et, à travers elle, le monde atlantiste. La Russie, elle, veut rester dans le cadre d'une opération postmoderniste à connotation militaire. Ce décalage est parfaitement illustré par les déclarations de Lavrov, qui laissent songeur :

"Les négociations entre la Russie et l'Ukraine se déroulent de manière assez intensive, a déclaré M. Lavrov.

Moscou, a-t-il dit, espère que la partie ukrainienne dans les négociations sera guidée par ses propres intérêts et n'écoutera pas les conseillers."

La diplomatie russe est très bonne en temps de paix, tant que le conflit reste politique, qu'il peut se régler par une joute oratoire. Mais depuis le glissement vers un conflit militaire, la diplomatie russe n'a pas été réorientée, elle est de plus en plus décalée.

Comment peut-on sérieusement parler de la défense par l'Ukraine de ses intérêts propres, quand le pays est totalement pris en main et que ses élites dirigeantes ne demandent qu'une plus grande soumission à l'OTAN et à l'UE ?  Comment peut-on sérieusement parler de négociations, quand les actes et les déclarations des pays atlantistes, qui soutiennent l'Ukraine, vont vers un réarmement en temps réel de l'Ukraine, vers une augmentation de la présence militaire de l'OTAN en Europe de l'Est, vers des attaques militaires du territoire russe ? Refuser la guerre ne permet pas de l'éviter, comme refuser le conflit pendant 8 ans n'a pas permis à la Russie d'éviter son embrasement. Bien au contraire, faire preuve de faiblesse politique est le meilleur moyen de provoquer un embrasement militaire : l'on n'attaque que les faibles. Et la force ne doit pas être démontrée uniquement militairement, il faut également une force politique, une unité des élites politiques, ce qui fait largement défaut en Russie, à l'inverse de l'Ukraine et des pays satellites atlantistes. Et là est sa plus grande faiblesse.

PS: La Pologne déclare être d'accord pour héberger des armes nucléaires américaines sur son territoire.

 


 

16 commentaires:

  1. Moi, je n'attends qu'une chose, c'est la raclée que va donner l'armée russe a l'armée ukrainienne du Donbass.

    RépondreSupprimer
  2. Oui la diplomatie russe on voit ce que cela donne avec la guerre en Ukraine .

    RépondreSupprimer
  3. Contrôler les médias (en France, ils sont contrôlés par l'Etat et neuf milliardaires), couper les canaux de communication de masse (je pense à RT et à Sputnik que j'arrive quand même à recevoir après avoir bricolé le DNS de ma box Internet, mais la manipulation n'est pas évidente pour quelqu'un qui n'a jamais fait d'administration réseaux) et virer des diplomates dont la fonction est la communication entre états et personnels politiques, cela porte un nom : LA DICTATURE. L'esprit de George Orwell s'il existe doit bien se marrer : "Ben alors les gars, je vous avais tout dit 8 ans avant la WWII et 90 ans avant la Grande Réinitialisation...Qu'est-ce que vous foutez les mecs ? Jamais vous vous battez pour vos libertés ?".
    LOL.

    RépondreSupprimer
  4. Concernant l'unité politique des membres de l'OTAN, cet épisode ne serait que provisoire. L'unité politique demeure encore apparente pour un moment. Le suivisme de nos dirigeants répond à des règles inscrites à Washington. Nous verrons si ces règles résisteront aux réalités économiques en cours de transformation en Europe. Il se pourrait bien que l'Ukraine passerait alors au second plan...

    En ce moment, en Allemagne, depuis la suspension de North Stream-2, les industriels ont commencé à faire de la résistance. Ce mouvement est encore très peu médiatisé mais pourrait conduire à des conséquences à moyen terme. Certains officiels de l'Etat fédéral les rejoignent sur l'idée convergente de la remise en question de l'OTAN. L'évolution des événements liés à l'Ukraine offre une opportunité. Le budget de 100 milliards € récemment octroyé par Berlin pour réarmer sa défense viendrait à terme en complément de sa politique d'une économie dominante sur le continent européen. Un "grand retour" de l'Allemagne pourrait transformer progressivement le paysage géopolitique au centre de l'Europe. Le North Stream-2 n'attendrait donc que son heure, la diplomatie continue son travail en sourdine et l'axe Berlin-Moscou ne serait pas tout à fait mort...

    Dans cette éventualité, sur l'Histoire encore à écrire, l'épisode Biden pourrait bien n'être qu'un bref intermède comme l'a été la dernière victoire de Napoléon à la bataille de Ligny, le jour qui précède sa défaite à Waterloo... Qui se souvient encore de la bataille de Ligny ?

    RépondreSupprimer
  5. On doit condamner les guerres, toutes.
    Reconnaissons que les EU ont leur part de massacre pour leur idéologie et leurs intérêts. Je vous fais grâce de la longue liste. Mais je n'ai pas souvenir des sanctions infligées à ces dirigeants "gendarmes du monde capitaliste." Ce qui ne justifie pas
    d'autres guerres. Mais ceux qui provoquent et encouragent les guerres portent une lourde responsabilité. Du Vietnam aux massacres des républiques séparatistes via l'armée et les milices de Kiev depuis 2014 .Les avancées de l' OTAN vers l'est préférées à la diplomatie ont allumé la mèche d'un baril de poudre dont ils avaient connaissance.Quant aux atlantistes lâches ...ils restent les suivistes fidèles.

    RépondreSupprimer
  6. La justification de ces expulsions est le prétendu massacre de Boutcha attribué brut de fonderie aux soldats russes par le comédien de plateaux TV Zelenski. On s’attendait à une PSYOP sous forme d’attaque chimique à Kharkov (livraison de 80 tonnes d’ammoniaque pour ce projet qui a été annulé car médiatisé par les Russes) et finalement les clowns occidentaux et la clique d’ukronazes de Zézé ont fait preuve d’un peu plus d’imagination que prévu en massacrant 300 locaux. Sympa. Sur le théâtre des opérations, il y a avait plus de cinéastes et de caméras que de gens concernés. Une vraie production hollywoodienne. Clap clap clap. On se retrouve un peu dans les mêmes conditions qu’avec la destruction en plein ciel du Boeing 777 du vol MH17 de la Malaysian Airlines en 2014 par les ukronazes qui ont utilisé du vieux matériel militaire russe histoire de bien brouiller les pistes. Environ 300 macchabées dans les deux cas. Lavrov, et son homologue inoxydable Vassily Nebenzya vont devoir faire une explication de textes à l’ONU pour contrer la propagande ukro-occidentale. Pas évident de faire de la contre-propagande quand tous les canaux de communication ont été coupés ou sont hyper-contrôlés. La veulerie des Ukrainiens me sidère : en être réduit à flinguer ses propres ressortissants pour internationaliser ce conflit interne et stupide, c’est tellement pathétique que les mot me manquent.
    Quelques pistes de ré-information sur le sujet :
    - https://www.mycentraloregon.com/2022/04/04/russia-ukraine-live-updates-kremlin-reacts-to-images-of-dead-bodies-in-bucha/
    - https://www.youtube.com/watch?v=uinEY8RGF6A
    - Analyse de Michel Collon du 4 avril 2022 : https://www.youtube.com/watch?v=CD-vpG9--7g
    - J’attends avec impatience les points de situation de Xavier Moreau (Stratpol), Christelle Néant (DOnbass Insider) et des analystes de The Duran pour y voir un peu plus clair (Al Christoforou, Al Mercouris et Gonzalo Lira).

    RépondreSupprimer
  7. PS : j'ai toujours écrit sur ce blog ma méfiance à l'égard de la Pologne dont les élites sont scélérates et sont comme des sangsues, toujours à soutirer de l'argent aux autres et pleurer misère pendant qu'ils plantent des coups de poignards dans le dos des gens qui les ont nourris. Le fait que ces tordus du bulbe rachidien veuillent installer des missiles nucléaires US pointés en direction de Moscou montre bien toute la veulerie de ces élites fourbes. Les bases militaires US installées sur leur territoire seront rasées sans pitié par les Russes qui se feront un plaisir d'utiliser leurs nouvelles armes hypersoniques non nucléaires qui font d'immenses dégâts. Cela leur fera les pieds à ces clowns qui se rêvent maîtres d'un nouvel empire de la Mer Baltique à la Mer Noire.

    RépondreSupprimer
  8. Tout ça ne serait pas arrivé si Staline ne s'était pas arrêté à Berlin. Quelle négligence! Pourquoi donc n'a-t-il pas continué jusque Gibraltar?!?!?! On aurait du gaz et des pirojkis. Et on n'aurait pas besoin de diplomates. Juste des kinjals. Et on pourrait dire bonjour à Ramzan Kadyrov quand il ferait ses courses à Nice avec Depardieu.
    Enfin bon, faut s'y faire. Pas de gaz.
    S'il vous plaît, regardez la vidéo de Boutcha, au moment où l'ukrofuté derrière la caméra filme le rétroviseur droit de son véhicule et y montre que le mort qu'on vient de dépasser commence à se relever! https://reseauinternational.net/ukraine-la-levee-des-morts/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=ukraine-la-levee-des-morts

    RépondreSupprimer
  9. Nouvel épisode des "fantômes d'Azovstal" !
    Et voilà! Encore deux ukroptères à la mitraille! L'agence Tass explique que ce 5 avril au matin, la défense anti-aérienne russe a abattu deux Mi-8 qui essayaient d'approcher d'Azovstal. Décidément, ces gars, dans le trou, ils valent beaucoup d'hélicoptères... Au lieu de leur envoyer des vieux stingers et des javelins, faudra songer à leur filer un ou deux hélicoptères pour la suite du feuilleton, sinon, les autres, ils resteront dans leur trou.
    https://vz.ru/news/2022/4/5/1152254.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y-a-t-il des officiers supérieurs de l'OTAN coincés dans ce trou à rats que constitue l'usine Azovstal qui justifie le déploiement de tels moyens et les jérémiades de Macron au téléphone à Poutine ? Je suis impatient d'en savoir plus. LOL. :)

      Supprimer
  10. Je viens de lire les commentaires de ce fil de discussion et je pense qu'il y a un énorme malentendu : TOUT CE QU'IL SE PASSE EN UKRAINE EST DU FAIT DES ELITES POLONAISES QUI ONT TOUT ORCHESTRÉ DE A A Z, ET QUI ONT MANIPULE LES ELITES AMERICAINES ET EUROPEENNES (RUSSOPHOBES accessoirement) A LEUR AVANTAGE.
    Tout le reste n'est que du pipeau.
    A l'intention du gestionnaire de ce magnifique blog : pardon chère Madame pour les majuscules... cela n'est pas très orthodoxe vis-à-vis de la "Netiquette" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'on ne parle pas assez de la grande puissance géopolitique de la Pologne )))) C'est quand même la première fois que je lis que la Pologne, qui s'écrase totalement devant les US, a manipulé les élites américaines.

      Supprimer
    2. Oui j'ai conscience que cela fait bizarre à lire mais la diaspora polonaise est beaucoup plus puissante qu'on ne veut bien le dire...et quand on voit par exemple tout le mal qu'un Zbigniew Brzeziński -pathologiquement russophobe- a fait en manipulant les élites américaines contre tout ce qui touche de près ou de loin à la Russie (administration Carter, Reagan, Bush, Obama), on peut s'interroger (ce fameux Brzeziński a été fait docteur honoris causa d'une université de Cracovie pour services rendus à la cause polonaise). Maintenant, est-ce que la russophobie américaine et européenne est le fait de la Pologne ? Clairement non, cette russophobie des élites occidentales existait avant le bolchevisme. Par contre, il serait bon que les élites polonaises qui profitent bien de nos largesses financières depuis un bon moment déjà, après avoir profité de celles de l'URSS, puissent dire de temps à autre que si les Russes n'avaient pas défait les nazis au prix de pertes très lourdes, ils parleraient une autre langue et que rien que pour cela, ils leur doivent un minimum de respect. Je dis ça je n'ai rien dit. :)

      Supprimer
  11. Euh, excusez-moi, mais vous avez vu où des "élites américaines"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui bien sûr, toutes celles qui constituent le fameux "Swamp" américain, constituées pour l'essentiel de WASP mais pas que. Ces élites se bouffent le nez entre elles en ce moment, et ont ceci de particulier, elles sont très influençables...demandez-donc aux Israéliens ce qu'ils en pensent (champions toutes catégories de la manipulation des élites)...LOL.

      Supprimer
  12. Plus sérieusement, je pense que la scénographie diplomatique russe est destinée aux 2/3 du monde, aux non-russophobes. Ceux-ci ne pourraient soutenir la Russie si elle n'utilisait pas cet "espace de dialogue". Pour le comprendre, il suffit de lire les commentaires des responsables politiques chinois.
    Les démarches diplomatiques russes ne concernent pas le règlement de la situation en Ukraine, ni la "guerre de la propagande" avec les régimes occidentaux. L'opinion publique occidentale, la Russie s'en fiche comme d'une guigne, et on peut le comprendre

    RépondreSupprimer

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.