L'ACTUALITE RUSSE EN FRANCAIS MISE AU POINT PAR RUSSIE POLITICS SUR Facebook ET Twitter!

lundi 1 octobre 2012

Le dernier classement des gouverneurs: l'opinion du pouvoir ne correspond pas toujours au soutien populaire

Voir: http://www.gazeta.ru/politics/2012/09/30_a_4793793.shtml

Le nouveau classement des gouverneurs vient d'être publié. Comme un des critères de notation consiste en l'existence de bonnes relations entre le Gouverneur et le pouvoir, les résultats ne correspondent pas toujours au classement qu'aurait pu faire la société. Ce qui pourra poser des difficultés lors des prochaines élections.
 
Selon le Fond "La politique de Saint-Petersbourg" et l'agence de communication "Mitchenko consulting", qui établissent régulièrement ces classements, les poids lourd sont sur le départ et nombre de gouverneurs, dont le mandat arrive à terme, vont se trouver en situation difficile dans le cas d'élections concurrentielles.
 
S. Sabianine (Moscou), R. Kadyrov (Tchétchénie), E. Sovtchenko (Belgorod), S. Choïgu (région de Moscou), V. Bassarguine (Perm), A. Khudilaïnen (Carélie), A. Kabylkine (Iamalo-Nenets), V. Radaev (Saratov) et A. Drozdenfo (région de Léningrad) sont en tête du classement.
 
Selon les auteurs du classement, S. Sabianine est en tête car un des critères est la manière dont le Gouverneur est apprécié par le pouvoir. Et sa position est encore renforcée par la manière dont il a géré les mouvements de protestation.
 
A l'inverse sont dans le rouge, V. Chport (Khabarovsk), A. Volkov (Oudmourtie), N. Vinogradov (Vladimir) et A. Kozlov (Orlov). N. Vinogradov, par exemple, est en place depuis 15 ans et il y a des chances qu'il ne reste pas en place jusqu'à l'expiration de son mandat.

Avec les modifications de la législation concernant l'élection des Gouverneurs, dans une situation réellement concurrentielle, le pouvoir va être en difficulté pour maintenir ses candidats dans toutes les régions. Mais parfois, une alternative peut être trouvée, comme l'illustre les élections de Riazan qui doivent aloir lieu le 14 octobre. Le candidat soutenu par le pouvoir est en situation délicate car il n'a pas un soutien inconditionnel de la population. La solution a été trouvée: un poste de sénateur a été proposé à son concurrent le plus sérieux, qui l'a accepté et a retiré sa candidature. Si cela montre l'utilisation d'une certaine forme de ressources administratives, cela démontre aussi le dévouement de certains candidats ... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

L'article vous intéresse, vous avez des remarques, exprimez-vous! dans le respect de la liberté de chacun bien sûr.